Franchise

La PropTech Masteos lève 15 millions d’euros pour changer de dimension

Par Christian Capitaine | le | Agence immobilière indépendante

Spécialisée dans l’investissement locatif, la startup Masteos, fondée en 2019, annonce un financement de 15 millions d’euros. Les objectifs de cette jeune pousse, qui n’emploie que des salariés pour la livraison de ses opérations clés en main (recherche du bien, réalisation des travaux, gestion locative…) : embaucher 250 salariés dans les 18 prochains mois et ouvrir 24 villes supplémentaires.

Maxime Hanquier et Thierry Vignal, cofondateurs de la Masteos - © BENOIT DIACRE
Maxime Hanquier et Thierry Vignal, cofondateurs de la Masteos - © BENOIT DIACRE

Proposer un service « clés en main » pour simplifier l’investissement locatif. Telle fut l’ambition de Maxime Hanquier et Thierry Vignal lorsqu’ils ont lancé, en 2019, la startup Masteos.

Son point fort, alors qu’« acheter pour louer reste, en France, selon les deux cofondateurs, un parcours du combattant qui nécessite du temps et des connaissances dont tout le monde ne dispose pas » : s’appuyer sur trois filiales qui, chacune, déploie une activité à part entière : 1/ l’acquisition du bien immobilier ; 2/ la réalisation des travaux et l’aménagement en mobilier ; 3/ la gestion locative.

« Masteos ne compte que des salariés, précise Thierry Vignal, nous ne sous-traitons aucune tâche. Et pour la partie liée aux travaux, nous nous appuyons, dans certaines villes dans lesquelles nous sommes déployés, sur des entrepôts d’environ 1 000 m2 » (soit à Paris, Lille, Marseille, Bordeaux et Lyon).

Concurrent des agences immobilières généralistes

Et le cofondateur d’expliquer, plus précisément, le positionnement de sa structure : « Encore à l’heure actuelle, l’investissement locatif est un marché qui demeure adressé, pour l’essentiel, par les agences immobilières classiques. Or, elles ne disposent pas des compétences techniques pour bien travailler. C’est précisément sur ce marché que nous intervenons en tant qu’acteur capable de prendre en charge l’ensemble de l’opération immobilière », complète-t-il.

C’est-à-dire : dénicher le bien (grâce à son équipe d’une cinquantaine de chasseurs immobiliers), établir sa modélisation financière (« nous disposons d’un arsenal d’outils et de conseillers qui nous permettent de bien évaluer le bien immobilier en amont  », précise Thierry Vignal), le configurer grâce aux outils 3D et prendre en charge l’ensemble des étapes inhérentes à sa location (grâce à ses gestionnaires locatifs salariés).

Quelles sources de revenus pour la startup ?

Pour se financer, la startup prélève 5 % du prix net vendeur du bien acheté (empruntable et déductible), auxquels s’ajoute (si l’investisseur décide que la location soit prise en charge par les soins de Masteos, ce qui reste une option) 5 % du montant du loyer.

Outre les investisseurs particuliers (le ticket moyen d’un bien oscille entre 200 000 et 250 000 euros) avec de nombreux profils de cadres supérieurs trentenaires, la startup développe également un activité BtoB en proposant ses services aux institutionnels. Globalement, « nous affichons actuellement un rythme de 100 opérations par mois », confie Thierry Vignal.

Un CA de 10 millions d’euros en 2021

Mais il est fort à parier que ce rythme s’accélère : la société vient d’annoncer avoir bouclé une levée de fonds de 15 millions d’euros auprès de la société de capital-risque Daphni, accompagnée d’un pool de « business angels » de la Tech et de l’immobilier, tels que les fondateurs de Pretto et de MeilleursAgents, ainsi que l’ex-CTO de Qonto, Gabriel Klein.

Et son cofondateur d’afficher ses objectifs : recruter, dans les dix-huit prochains mois, 250 collaborateurs (artisans du bâtiment, architectes, gestionnaires locatifs, chasseurs, conseillers en investissement, etc.), développer son activité dans 24 villes supplémentaires (elle est déjà présente dans 9 grandes agglomérations du pays), s’implanter à l'international (ouvertures de filiales en Allemagne, Belgique…) et réaliser, à fin 2022, un chiffre d’affaires compris entre 30 et 40 millions d’euros (contre 10 millions d’euros en 2021 et 2 millions d’euros en 2020).

Transférer cet article à un(e) ami(e)