Franchise

Immobilier à Marseille : l’agence Biens veut casser les codes !

Par Christian Capitaine | le | Agence immobilière indépendante

Anciens collaborateurs, à Marseille, d’agences immobilières dites « traditionnelles », Noémie Sitruk et Alexandre Rovetto ont lancé, début 2021, un nouveau concept à mi-chemin entre la néo-agence et l’agence immobilière traditionnelle. Explication de son architecture et de son fonctionnement avec son cofondateur.

Vincent Rovetto et Noémie Sitruk, avec, au centre, Aimy Amar, conseillère immobilière de l’agence - © D.R.
Vincent Rovetto et Noémie Sitruk, avec, au centre, Aimy Amar, conseillère immobilière de l’agence - © D.R.

Comment est née l’agence Biens ? De la volonté de ses deux cofondateurs, Noémie Sitruk et Alexandre Rovetto, respectivement huit et quatre années d’expérience au sein d’agences immobilières dites « traditionnelles » à Marseille (13), de « réinventer le modèle de l’agence immobilière en cassant les codes d’un marché que nous avons jugé à la fois obsolète, trop cher et insatisfaisant », répondent-ils.

« Tout a commencé par une prise de conscience et un constat sans appel, reprend la cofondatrice de Biens : nous assistons, depuis plusieurs années, à une insatisfaction générale grandissante envers les agences traditionnelles, qui n’ont pas toujours su évoluer et s’adapter aux nouvelles tendances et aux nouveaux besoins de leurs clients.  »

Et cette dernière de cibler, surtout, « des commissions exorbitantes qui ont poussé les prix vers le haut tout en réduisant la plus-value des propriétaires en faveur de la rémunération des agents. »

Pour le vendeur, une solution évolutive

Le résultat ? La création, il y a tout juste un an par ces deux professionnels de l’immobilier, d’un concept qui se situe, toujours selon eux, « à mi-chemin entre la néo-agence à la commission fixe en euros et les agences traditionnelles. »

Plus en détails, l’architecture du concept de l’agence Biens est construite autour « d’une solution évolutive, à la carte, en libre-service, qui offre aux propriétaires vendeurs (la startup ne travaille pas le marché de la location) toute la latitude de gérer sa vente », explique Alexandre Revetto, c’est-à-dire de la simple diffusion de l’annonce à un accompagnement complet.

Trois packs sont ainsi proposés aux clients.

L’offre « Premium », la plus prisée

  • Le premier, l’offre « Simple », est au tarif de 299 euros et comprend donc uniquement la diffusion de l’annonce du vendeur sur les portails (une cinquantaine de plateformes au total).

  • Le deuxième, l’offre « Avancée », décline le même service que le précédent et compte, en plus, le shooting des photos du bien (jusqu’à une quinzaine d’images en fonction du type de biens), ainsi que la rédaction de l’annonce et un soutien en ligne, fourni aux clients, pour la préparation des documents avant la signature de l’acte de vente. Coût de cette offre : 599 euros.

  • La troisième, l’offre « Premium », s’apparente à un accompagnement classiquement fourni par une agence immobilière, « avec une prise en charge totale du processus de vente par nos soins, précise le cofondateur de Biens, avec des honoraires agences fixés à 4 % du montant de la vente, quand, au sein des réseaux traditionnels, le montant oscille plutôt aux alentours de 4,8 % à 4,9 %.  »

Il ajoute : « Notre agence n’a pas pignon sur rue. Elle ne s’appuie que sur des bureaux. C’est ce qui nous permet, notamment, de pratiquer un tarif si compétitif dans le cadre de notre pack offre Premium, offre qui reste, d’ailleurs, la plus prisée de nos clients. »

Rayonner aussi hors de Marseille

Depuis son lancement début 2021, l’agence Biens a réalisé une vingtaine de transactions. « Nous avons même dépassé les frontières de Marseille avec des ventes réalisées notamment à Paris et à Amiens », précise Alexandre Rovetto.

Et pour se faire connaître après de vendeurs, l’agence, qui aspire ainsi à rayonner sur le plan national, s’appuie essentiellement sur le marketing en ligne et les réseaux sociaux. « Sans oublier le bouche à oreille, qui fonctionne très bien ! », relève le cofondateur de la stratup.

Transférer cet article à un(e) ami(e)