Franchise

« Capitaliser sur notre forte dynamique de croissance » (L. Pelletier, BSK Immobilier)

Par Christian Capitaine | le | Réseau de mandataires

Après une année 2021 clôturée prochainement sur un CA à +130 %, le réseau BSK Immobilier (1 500 mandataires) amorce une nouvelle phase de son histoire en faisant entrer le fonds Activa Capital dans son capital à hauteur de 30 %. Son PDG, Lionel Pelletier, fait toute la lumière sur les projets de sa structure et revient sur les facteurs-clés de son succès.

Lionel Pelletier, PDG de BSK Immobilier, a recruté en un an près de 800 mandataires - © D.R.
Lionel Pelletier, PDG de BSK Immobilier, a recruté en un an près de 800 mandataires - © D.R.

Quel bilan dressez-vous pour l’activité de BSK Immobilier au terme de 2021 ?

Cette année restera, pour notre réseau, éminemment porteuse. Sur le plan des affaires, tout d’abord, nous réaliserons, à la clôture de l’exercice, un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros (soit plus de 4 000 transactions réalisées), contre 13 millions en 2020.

La conjoncture et l’écosystème dans lequel nous évoluons nous ont, bien sûr, portés. Et ce, premièrement, grâce à des taux d’emprunt bas, puis grâce à une appétence forte des Français pour les résidences secondaires et enfin via le levier, qu’il ne faut pas négliger, de la multiplication des familles monoparentales.

Autre marqueur fort de l’année magnifique que nous clôturerons : nous serons passés, en terme d’effectif, en douze mois, de 700 à près de 1 500 mandataires.

Comment expliquez-vous ce doublement de vos effectifs par rapport à 2020 ?

Un gros travail d’optimisation de nos supports de communication a été réalisé ces derniers mois, ce qui nous a permis d’attirer de nouveaux conseillers. Ainsi, nous avons réussi à rendre notre offre plus attractive, avec, par exemple, un prix au forfait de seulement 125 euros par mois quand celui de certains réseaux leaders concurrents s’affichent à 200 euros.

Nous proposons également une rémunération plus importante que celles de nos confrères, avec une commission minimum reversée de 75 %. Enfin, nous sommes toujours portés par le marketing de réseau, un marqueur très fort de notre ADN - par ailleurs à forte empreinte familiale - qui fait de nos mandataires de véritables ambassadeurs de la marque BSK Immobilier.

Pourquoi avez-vous décidé d’ouvrir votre capital au fonds Activa Capital ?

Lionel Pelletier, PDG de BSK Immobilier - © D.R.
Lionel Pelletier, PDG de BSK Immobilier - © D.R.

Si ce fonds d’investissement nous a récemment rejoint - à hauteur de 30 %, tandis que je reste majoritaire, avec 70 % des parts - c’est pour amorcer une nouvelle phase de notre histoire, après la très forte dynamique de croissance qui nous a portés ces derniers mois et sur laquelle nous comptons bien capitaliser.

Le premier chantier consistera à améliorer nos outils (et surtout digitaux) et à en développer de nouveaux, qu’ils concernent l’estimation en ligne (avec l’objectif de récolter plus de leads pour nos conseillers), la création d’une université en ligne de formation, l’uniformisation de la signature électronique, ou encore le développement des outils de gestion pour permettre à nos mandataires de mieux gérer leurs équipes et d’aller plus loin dans le pilotage de leur activité.

Enfin, nous allons également mieux structurer nos équipes au siège et préparer l’avenir en vue d’un développement sur les marchés internationaux. Et j’aouterais que notre ambition est de réaliser, d’ici deux à trois ans, un chiffre d’affaires de l’ordre de 100 millions d’euros.

Que vous inspire le déploiement en France, il y a près d’un an, d’eXp Realty, le réseau de mandataires américain au 64 000 conseillers dans le monde ?

L’arrivée de cet acteur de poids dans l’Hexagone légitime notre modèle économique. La filiale eXp France va, nul doute, nous challenger, et c’est tant mieux dans le cadre de l’établissement d’une concurrence saine entre les acteurs.

Cela étant, il reste, pour cette belle marque américaine, à trouver sa place en France. Et je pense que, pour le moment, leur modèle n’est pas encore bien adapté au marché français.

Un dernier point sur vos objectifs : combien de mandataires peut compter, à terme, BSK Immobilier ?

C’est difficile à dire. Et ce, même si nous sommes toujours bien sûr, en phase de recrutement (les profils qu’attire le réseau sont à 60 % des personnes issues du monde de l’immobilier et à 40 % des personnes en reconversion professionnelle, ndlr).

A ce jour, notre présence est assez uniforme sur le territoire, et nous réalisons globalement 80 % de notre chiffre d’affaires en ruralité. S’agissant des grandes agglomérations, nous sommes encore peu présents, mais cela viendra, je n’en n’ai aucun doute !

Transférer cet article à un(e) ami(e)