Évaluation

Logement neuf : 29 400 logements réservés au 1er trimestre 2022 (-8,5 % par rapport au T1 2021)

Le | Services pour évaluer

Quels sont les principaux chiffres du marché du logement neuf, publiés par le service des données et études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique, le 20 mai 2022 ? Les réponses.

Quel état des lieux du marché du logement neuf en France ? - © D.R.
Quel état des lieux du marché du logement neuf en France ? - © D.R.
  • 29 400 logements neufs ont été réservés par des particuliers au 1er trimestre 2022, soit une baisse de 8,5 % par rapport au T1 2021.
  • 22 800 logements neufs destinés à des particuliers ont été mis en vente, soit un repli de 8,8 % par rapport au T1 2021.
  • Les ventes en bloc représentent 6 100 logements neufs « soit 16,2 % des réservations de logements neufs », en baisse de 13,4 % par rapport au 1er trimestre 2021, mais à un niveau comparable aux 1ers trimestres 2019 et 2020. Ces ventes en bloc sont principalement acquises par des bailleurs sociaux (67 %) mais cette part diminue par rapport au T1 2021 (82 %).
  • Les logements vendus en bloc sont concentrés dans les grandes agglomérations : 74 % des réservations ont lieu dans les zones Abis, A et B1. « Les réservations en zones B1 sont toutefois en baisse de 60 % ce 1er trimestre 2021 alors qu’elles augmentent fortement dans les zones B2 et C plus rurales ».
  • L’encours de logements disponibles est de 90 400, « un niveau parmi les plus bas des dix dernières années ». La baisse du nombre de logements s’explique en partie par le fait que le premier trimestre 2021 « avait des niveaux élevés de mises en vente et de réservations, correspondant à un rattrapage après les périodes de confinement suite à la crise sanitaire. Les réservations et mises en vente n’ont pas retrouvé leur niveau d’avant-crise : elles sont inférieures respectivement de 7,6 % et 15,3 % aux niveaux du premier trimestre 2019 », indique le SDES.

Logements particuliers : offre très forte pour les zones B2 et C

Le marché des logements neufs à destination des particuliers est très concentré dans les zones A-A bis et B1 au T1 2022 avec :

    • 35 % des mises en ventes  et 37 % des réservations (du marché de la promotion immobilière) en zones A et Abis ;
    • 40 % des mises en vente et 43 % des réservations en zone B1 ;
    • 17 % des mises en vente et 14 % des réservations en zone B2 ;
    • 8 % des mises en vente et 6 % des réservations en zone C.

Dans les zones A et A bis, qui réunissent Paris, une grande partie de l’Île-de-France, la Côte d’Azur et la zone frontalière avec la Suisse, les mises en vente et les réservations subissent une baisse au premier trimestre, plus importante que la moyenne nationale :

    • -13 % pour les réservations et -18,9 % pour les mises en vente au T1 2022 par rapport au T1 2021.
    • Sur 12 mois, la hausse est forte pour les mises en vente (+9,1 %) et modérée pour les réservations (+1,6 %) sur la période du 2ème trimestre 2021 au 1er trimestre 2022 par rapport à la période entre le 2ème trimestre 2020 et le premier trimestre 2021.

La zone B1, qui regroupe les autres grandes agglomérations de plus de 250 000 habitants, se caractérise par une baisse de la demande et de l’offre au T1 2022.

    • -6,8 % de réservations par rapport au premier trimestre 2021. L’offre baisse avec -12 % de mises en vente par rapport au 1er trimestre 2021.
    • En rythme annuel, le nombre de réservations (+9,1 %) et de mises en vente (+13,5 %) progresse sur la période du 2ème trimestre 2021 au premier trimestre 2022 par rapport à la période entre le 2ème trimestre 2020 et le 1er trimestre 2021.

Le marché en zone B2, qui comprend les autres communes de +50 000 habitants, se caractérise par une baisse des réservations et une forte hausse de l’offre :

    • -8 % de réservations et +26,1 % de mises en vente par rapport au premier trimestre 2021.
    • La tendance annuelle est plus dynamique qu’au niveau national : + 14,1 % pour les réservations et +18 % pour les mises en vente. « En particulier, les niveaux de la demande et de l’offre depuis début 2021 sont supérieurs à ceux d’avant-crise (…) Dans cette zone comme dans la zone C, la promotion immobilière a été moins impactée par la crise sanitaire que dans les zones plus tendues  ».

En zone C, qui comprend le reste du territoire, la demande et l’offre progressent toutes deux alors qu’elles baissent au niveau national :

    • +11,1 % de réservations et +8,4 % de mises en vente par rapport au 1er trimestre 2021.
    • En rythme annuel, la demande et l’offre progressent fortement : +26,2 % pour les réservations et +20,8 % pour les mises en vente.
    • « Comme dans la zone B2, les niveaux de la demande et de l’offre depuis le début 2021 sont supérieurs à ceux d’avant-crise ».

Transférer cet article à un(e) ami(e)