Franchise

Bellman, le néo-syndic à la croissance express

Par Christian Capitaine | le | Réseaux-franchise

Il y a près d’un an, le néo-syndic de copropriété Bellman, qui déploie ses services (pour l’heure) uniquement en région parisienne, concluait un tour de table de 4 millions d’euros. Depuis, il a bien grandi. La preuve par les chiffres avec son cofondateur et CEO Antonio Pinto.

Les équipes de Bellman, avec, à gauche, Antonio Pinto - © D.R.
Les équipes de Bellman, avec, à gauche, Antonio Pinto - © D.R.

Mai 2020. Le néo-syndic de copropriété Bellman levait, un an après sa fondation, 4 millions d’euros. Son objectif, confiait dans les colonnes d’ImmoMatin à cette époque son CEO et cofondateur Antonio Pinto : 1/ « Améliorer notre plateforme, que ce soit au niveau des interfaces destinées aux gestionnaires ou à celles des copropriétaires » ; 2/ « Recruter de nouveaux gestionnaires. » 

La barre des 1 M d’€ franchie 

Février 2021. Force est de constater que les objectifs ont été atteints. L’entreprise est ainsi passée, entre ces deux dates, de 8 à 45 collaborateurs. Pour sa seule équipe (gestionnaires et comptables) affectée aux travaux de gestion (renégociations des contrats, recherches de nouveaux immeubles…) les effectifs ont été multipliés par 3 pour atteindre 22 personnes.

Quoi de plus logique lorsque, entre mai 2020 et février 2021, le nombre d’immeubles gérés par la startup a été multiplié, lui, par 5 pour atteindre les 240 (pour près de 6 500 copropriétaires résidents). 

Du côté de la plateforme, et « devant cette explosion de la taille de nos équipes de gestionnaires », souligne Antonio Pinto, « nous avons amélioré la qualité de nos outils en interne, et notamment pour la gestion de projets. Avec cet objectif : être mieux armés, plus efficaces à la tâche et davantage transparents vis-à-vis de nos clients. » Résultat : l’entreprise n’a eu de cesse de grandir depuis sa fondation et annonce, début février 2021, avoir dépassé la barre des 1 millions d’euros en revenus récurrents. 

ADN « techno » très fort 

Pour expliquer ce succès, le cofondateur de la startup (celle-ci ne déploie ses services, pour l’heure, qu’en région parisienne) avance plusieurs facteurs. « Si de nombreuses copropriétés nous ont rejoints, c’est parce qu’elles étaient, avant, mécontentes de leur ancien syndic », souligne-t-il.

Et d’ajouter : « Jusque très récemment, le métier avait très peu évolué. Avec mon associé (nous sommes tous les deux ingénieurs informatiques de formation), nous sommes partis d’une feuille blanche pour réinventer cette activité et développer de nouveaux outils. Car Bellman, c’est avant tout un ADN « techno » très fort. Mais c’est aussi un modèle différent puisque nos gestionnaires sont récompensés en fonction du travail accompli. » 

Quel regard porte Antonio Pinto sur les syndics en ligne, autre modèle de syndics qui a fait des émules ces récentes années ? « Mis à part d’être bon marché, ils n’offrent gère de valeur ajoutée, répond-il. Leurs équipes ne se déplacent pas dans les copropriétés, donc délaissent le côté humain de la relation client fournisseur pourtant apprécié des copropriétaires.  » 

Quel impact de la crise sur les AG ? 

Sur cette question précise des assemblées générales, quel impact a eu la crise sanitaire sur leur organisation ? «  L’impact est assez limité, répond le cofondateur de Bellman, même si des changements sont intervenus : nous devons, par exemple, les tenir plus tôt, c’est-à-dire avant le couvre-feu ; nous avons aussi développé les AG via visio-conférence, qui fonctionnent plutôt bien même si les discussions et les débats sont moins nourris qu’en présentiel ; les votes par correspondance se sont aussi multipliés ; puis les conseils syndicaux demandent de ne plus mettre à l’ordre du jour des dossiers importants pour les décaler à l’année prochaine, comme par exemple les travaux dans les copropriétés qui dépassent le million d’euros. »

Et de conclure : « Globalement, les AG se passent bien : les copropriétaires sont présents, ils votent et nous sommes plutôt épargnés par les soucis informatiques.  »

Transférer cet article à un(e) ami(e)