Franchise

5 conseils pour devenir mandataire immobilier

Par Christian Capitaine | le | Réseau de mandataires

Fondateur, en avril 2021, de La Maison des Mandataires, et auteur d’un livre blanc sur les mécanismes et rouages de la profession, Vincent Pavanello, expert reconnu du secteur de l’immobilier, livre ses précieux conseils pour entamer sereinement une carrière de mandataire immobilier.

Vincent Pavanello, cofondateur de La Maison des Mandataires - © Coralie Daudin
Vincent Pavanello, cofondateur de La Maison des Mandataires - © Coralie Daudin

1/ Bien se renseigner sur le métier

Avant de se lancer, il est vivement recommandé, assure Vincent Pavanello, de bien se renseigner sur le métier de mandataire car, dit-il, « son mode de fonctionnement demeure encore méconnu en France  ». Il y a donc au préalable, poursuit-il, « un important travail d’acculturation à entreprendre  » avant de franchir le Rubicon.

Deux éléments-clés qui structurent ledit fonctionnement de la profession sont rappelés par notre expert dans les colonnes de son livre blanc : 1/ « Le contrat d’agent commercial mandataire indépendant en immobilier que conclut le réseau avec chacun des conseillers en immobilier est un contrat commercial, conclu entre indépendants et cessible à tout moment. » 2/ « En échange d’une cotisation mensuelle comprise entre 150€ et 300€ HT, les conseillers indépendants bénéficient d’une large gamme de services offerte par leur tête de réseau. »

2/ Se constituer une trésorerie de départ

Certes les compétences varient en fonction des profils, mais l’on ne devient généralement un mandataire efficace, sur le plan commercial, que quelques mois après le début de son activité. En conséquence, il est recommandé, avant de se lancer, de se constituer un matelas de trésorerie de quelques mois.

En moyenne, « un mandataire ne touchera pas de revenus avant trois à six mois », note Vincent Pavanello. Mais fort heureusement les barrières restent peu élevées pour intégrer l’enseigne : le droit d’entrée, qui correspond au montant de la cotisation mensuelle, est sans commune mesure avec celui requis pour développer un point de vente en franchise qui, cumulé à l’apport personnel de départ, dépasse largement les 50 000 euros.

3/ Bien évaluer sa zone d’influence

Une étude préalable et approfondie de son écosystème locale est fortement recommandée. Voici une liste des questions à se poser dans le cadre de cet exercice :  « Quelle est la densité de population de mandataires sur ma zone ? » La réponse, ici, peut être apportée en consultant les sites des réseaux qui, pour la plupart, renseignent sur leur maillage territorial. « Combien d’agences immobilières y sont implantées ? », « Combien de transactions y ont été réalisées ces derniers mois ? », « Quel est le niveau de l’offre immobilière ? », « Combien d’habitants compte-t-elle ? » Combien de déménagements y sont réalisés chaque année ? ». Et bien sûr, si l’on est reconnue comme une figure importante de son tissu local (de l’ancien boulanger à l’ancien banquier), l’atout sera de taille pour aller décrocher des mandats.

4/ Choisir son réseau avec soin

« Prenez bien le temps de choisir votre futur réseau, prévient Vincent Pavanello. Mettez-en quatre ou cinq en concurrence. Et demandez-leur quels arguments mettent-ils en avant pour vous attirer.  » Car dans leur nature, ils se distinguent en de nombreux points. Sur le plan de la formation, par exemple, préférez-vous les formats en présentiel ou en distanciel qu’ils dispensent ? Etes-vous taillés pour rejoindre un réseau de dimension nationale ou plutôt locale ? Et n’hésitez pas à vous renseigner auprès des mandataires qui prospèrent. Ils seront, à bien des égards, des éléments moteurs pour vous guider dans votre choix.

5/ Ne négligez pas la formation

Pour se lancer dans le grand bain de la profession de mandataire, il convient naturellement d’être motivé et organisé. C’est le lot, peut-être davantage encore que pour un salarié, de tout indépendant qui travaille depuis chez lui. Deuxième élément qui lui est intimement lié : la formation initiale. « Chaque nouveau mandataire qui rejoint un réseau se voit proposer un cursus de formation très dense », peut-on lire dans le livre blanc de notre expert. « Et Il faut la suivre avec la plus grande assiduité », poursuit Vincent Pavanello.

Et les inexpérimentés sont nombreux !« Plus de 80 % des nouveaux arrivants [au sein des réseaux de mandataires] n’ont pas d’expérience en immobilier et relèvent d’un processus de reconversion professionnelle », ajoute-t-il. Ainsi, il en va, sur ce point, de votre responsabilité individuelle, « car personne ne sera derrière vous pour vous motiver. »

Vincent Pavanello : Bio express

Expert reconnu dans le secteur immobilier, Vincent Pavanello a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet et a été nommé rapporteur d’une mission sur les nouvelles méthodes constructives par l’ancien ministre du Logement Julien Denormandie.

Intéressé par le digital et par les nouveaux acteurs du secteur immobilier, il fonde, en 2017, l’association Real Estech qui rassemble plus de 300 start-up et 50 PME. Il enseigne à Sciences Po Paris et s’exprime régulièrement dans les médias nationaux.

En avril 2021, il fonde, avec Martin Pavanello et Ramzi Tabka, La Maison des Mandataires, « la première communauté destinée aux mandataires immobiliers d’aujourd’hui et de demain. »

Transférer cet article à un(e) ami(e)