Franchise

IAD lève 300 millions d’euros et affiche ses ambitions

Par Christian Capitaine | le | Réseau de mandataires

Le réseau de mandataires leader en France a annoncé, vendredi 19 février 2021, avoir levé 300 millions d’euros auprès du fonds américain Insight Partners. « La capacité que nous avons eue à créer notre leadership en à peine douze ans s’est révélée un argument fort pour nos nouveaux investisseurs », assure à ImmoMatin Clément Delpirou, son CEO. Voici ses nouveaux objectifs.

IAD - © D.R.
IAD - © D.R.

Clément Delpirou, CEO du réseau, l’a annoncé vendredi 19 février 2021 : IAD vient de lever 300 millions d’euros auprès d’Insight Partners, un fonds américain « créateur de leaders mondiaux », observe-t-il, qui n’en est pas à son premier investissement dans une entreprise à forte empreinte digitale puisqu’il a accompagné le développement de Twitter, Blablacar ou encore Vinted.

Clément Delpirou, CEO de IAD - © D.R.
Clément Delpirou, CEO de IAD - © D.R.

« L’état d’esprit qui guide Insight Partners est la croissance. Avec ce fonds d’investissements, nous étions alignés. Nous n’avons pas eu à le convaincre de nous rejoindre. La capacité  que nous avons eue à créer notre leadership en à peine douze ans s’est révélée un argument fort pour nos nouveaux investisseurs. C’est eux qui désormais nous challengerons dans notre capacité à accélérer notre croissance », confie Clément Delpirou à ImmoMatin.

Participation minoritaire

« Il ne s’agit ni d’une vente ni d’une prise de contrôle. La participation de ce nouveau partenaire reste minoritaire », assure-t-il par ailleurs. Mais elle permet néanmoins à IAD « d’entrer dans la cour des grands » et se révèle comme « un témoignage formidable du succès de nos 14 000 entrepreneurs » (dont 13 000 travaillent dans l’Hexagone). Et d’ajouter : « L’ensemble de nos actionnaires poursuit l’aventure avec IAD. » A savoir ses trois actionnaires historiques (Malik Benrejdal, Jérôme Chabin et Jade Benrejdal), ainsi que les trois fonds d’investissements Naxicap Partners, IK Investment Partners et Rothschild Five Arrows. 

Fort de ce tour de table, le réseau de mandataires, qui revendique 4 % de part de marché sur le marché français de la transaction immobilière, entrerait dans le cercle fermé des licornes françaises (on en compte une dizaine) puisque sa valorisation, gardée confidentielle, approcherait le milliard d’euros.

Quels objectifs après ce tour de table ?

Avec cet argent frais, IAD se fixe deux principaux objectifs : 1/ D’abord, sur le plan de la dimension géographique. « Notre but est de renforcer notre leadership en France, indique le CEO du réseau, et d’accélérer notre développement à l’international : au Portugal, en Italie, en Allemagne (ou nous venons de nous implanter) et en Amérique du Nord » (dont le marché US, après une première incursion au Mexique en 2020).

2/ Ensuite, sur le poste « investissement », il s’agira de « continuer à développer la notoriété de notre marque même si nous figurons déjà comme le numéro un des réseaux de mandataires en France » ; puis, s’agissant du volet technologique, « nous apporterons à nos conseillers de nouveaux outils », complète-t-il. Cela passera par « le renforcement du CRM, l’introduction de l’intelligence artificielle dans les rapprochements et l’intégration de nouveaux outils de mobilité pour que nos conseillers soient encore plus efficaces sur le terrain.  »

Un CA annuel à +35 % en juin 2021

Après avoir clôturé son dernier exercice, le 30 juin 2020, sur un chiffre d’affaires (HT) de 270 millions d’euros, IAD a déjà « une très bonne visibilité », assure Clément Delpirou, sur le montant de ses prochains revenus déclarés, le 30 juin 2021 : « Nous devrions atteindre la barre des 370 millions d’euros », soit une progression de plus de 35 %.

Et aux Cassandres qui affirment que le succès d’IAD n’est pas celui d’une entreprise mais plutôt le fruit de l’hégémonie des fonds d’investissements, son CEO affirme : « Mais vision est radicalement différente de celle-ci. Il est important de rappeler qu’il y a de la place pour tous les modèles, c’est le client final le juge de paix. Notre vision de la croissance est plutôt que le succès d’IAD est celui des 14 000 entrepreneurs indépendants qui travaillent quotidiennement au sein de notre réseau, et pas celui d’une quelconque hégémonie. » A bon entendeur.

Transférer cet article à un(e) ami(e)