Franchise

IAD poursuit sa forte dynamique de croissance

Par Christian Capitaine | le | Réseau de mandataires

Chiffre d’affaires, biens à la vente, effectifs, parts de marché détenues : le réseau de mandataires IAD, qui a clôturé son dernier exercice annuel le 30 juin 2020, maintient le rythme de croissance sur lequel il est installé depuis sa création, en 2008. Son CA, notamment, a progressé cette année de 24 %, pour atteindre 270 millions d'€ (HT).

Réseau IAD
Réseau IAD

IAD, toujours plus haut. Le réseau de mandataires a rendu public, mardi 7 juillet 2020, une série de données qui témoigne de son inexorable ancrage, depuis sa fondation en 2008, dans le paysage français du marché de la transaction immobilière dans l’ancien. Son chiffre d’affaires, tout d’abord. A la clôture de son dernier exercice, le 30 juin 2020, IAD a vu ses revenus progresser, sur un an, de 24 %, pour atteindre 270 millions d’€ (HT).

Roland Tripard, président d’IAD
Roland Tripard, président d’IAD - DR

Prix moyen de vente d’un bien au cours de cette période : un peu au-dessus de 200 000 €, soit une progression, sur un an, de 3 % à 4 %. « Ce niveau de performance, réalisé alors que le marché fut, deux mois durant, fortement impacté pour cause de confinement, nous rend très fiers et témoigne du travail fourni par nos entrepreneurs-mandataires », commente Roland Tripard, président d’IAD.

+40 % de compromis signés en juin 2020

Quel bilan d’activité dresse le réseau de cette ère si singulière du confinement ? « Nous avons enregistré, comme tout le monde au cours de cette période, un coup de frein, d’abord au niveau de la prise des mandats, poursuit son président, avec seulement 3 000 mandats rentrés en mars et 2 400 en avril. » Les deux mois qui suivirent furent, en revanche, « synonymes de rebond », complète-t-il, avec 12 800 mandats signés en mai et, surtout, 17 800 en juin 2020, soit une progression de 52 % par rapport à juin 2019.

Même tendance au niveau des compromis de ventes : alors que le réseau n’avait signé, en avril, que 1 300 compromis, le chiffre grimpa à 2 300 en mai et, surtout, à 5 100 en juin 2020, soit une hausse de 40 % versus juin 2019. « Lors du confinement, les Français ont été empêchés de conclure leur projet immobilier. Donc, nous assistons, depuis le levée du confinement, à un phénomène de rattrapage au niveau du marché, analyse Roland Tripard. Mais pas seulement : ces bonnes performances traduisent également tout le bien-fondé et la force de notre modèle de développement. »

Casser les codes de la profession

Et ce dernier d’en rappeler les trois principaux piliers : 1/ Le fait d’avoir, à sa fondation, casser les codes de la profession en ne s’appuyant pas sur la traditionnelle agence immobilière (« ce qui nous permet de faire des économies et donc d’être entre 25 % à 30 % moins chers que les acteurs traditionnels », commente le président du réseau). 2/ Son agilité, rendue possible par le déploiement de ses outils digitaux et par l’autonomie et l’indépendance de ses mandataires.

3/ L’entraide et le partage qui lient, entre eux, les agents commerciaux, dont le recrutement s’opère, pour rappel, via le parrainage (ou marketing de réseau). « Lors du confinement s’est créé spontanément un groupe, « IAD se forme », qui a fédéré plus de 7 000 personnes, illustre Roland Tripard. Ce fut l’occasion, pour nos conseillers, d’échanger sur leurs bonnes pratiques, notamment au travers de capsules vidéo. »

Mandataires : hausse de 28 % des effectifs

Autre marqueur de la dynamique d’IAD en France en 2020 : la hausse de ses effectifs de mandataires. Alors qu’au 30 juin 2019 le réseau en recensait 8 122, un an plus tard, il en dénombrait 10 371, soit une progression de 28 %. « Ce nombre de conseillers sur lequel s’appuie le réseau fait de IAD la première force commerciale de l’immobilier en France », commente son président. Avant d’ajouter : « 80 % des mandataires qui nous rejoignent son des néophytes de la transaction immobilière. Et 50 % d’entre eux, douze mois après le démarrage de leur activité, font toujours partie de nos effectifs. Ce qui prouve bien que notre réseau joue un réel rôle d’ascenseur social.  »

Dernier marqueur : ses parts de marché. Détenant, en juin 2020, 3,5 % de parts marché sur la totalité des ventes réalisées sur le plan national (en intégrant donc les transactions réalisées entre particuliers, puis celles des notaires et via successions), IAD comptait, à cette même date, 56 573 biens à la vente en ligne, (dont 30 % en exclusivité) « ce qui fait de notre réseau le premier acteur du marché, devant Safti, qui comptait, à cette date, un peu plus de 45 000 biens à vendre », observe Roland Tripard.

Lancement de la filiale allemande

Alors que le réseau vient de recruter son nouveau directeur général, Clément Delpirou, il annonce l’accélération de son expansion à l’international, où il a réalisé, lors de son dernier exercice, un CA de 8 millions d’euros. Présent, outre la France, en Espagne, Portugal et Italie, IAD révèle le lancement, à compter du 1er janvier 2021, de sa filiale en Allemagne, un pays où le marché de l’immobilier résidentiel pesait, en 2018, 180 milliards d’€, en hausse de 45 % sur les cinq dernières années.

« Nous sommes également en train de conclure l’acquisition d’un réseau en Amérique du Sud, indique le président. Ce rachat, première opération de croissance externe que nous menons depuis notre création, nous permettra ainsi de sortir pour la première fois des frontières de l’Europe.  » Le nom de ce réseau absorbé devrait être dévoilé « dans quelques semaines. »  

Transférer cet article à un(e) ami(e)