Franchise

« Le succès commercial de nos mandataires est notre priorité » (F. Debiais, IMOCONSEIL)

Par Christian Capitaine | le | Réseau de mandataires

Franck Debiais, président d’IMOCONSEIL, réseau de mandataires qui célèbre, en 2022, ses vingt ans d’existence, retrace sa genèse, décrit son modèle, rend compte de sa dynamique commerciale - qui a réellement décollé ces récentes années - et confie ses objectifs, soit recruter, cette année, un cinquantaine de nouveaux mandataires.

Le réseau créé par Franck Debiais compte près d’une centaine de mandataires - © D.R.
Le réseau créé par Franck Debiais compte près d’une centaine de mandataires - © D.R.

Pouvez-vous retracer la genèse d’IMOCONSEIL ? 

Notre réseau fêtera, cette année, ses vingt ans d’existence. Avant de le lancer, je travaillais déjà dans l’immobilier : j’y ai commencé ma carrière en 1997, chez Century 21 (où j’ai notamment intégré deux fois le Top 21 des meilleurs négociateurs), puis l’ai poursuivie, entre 2000 et 2002, au sein du réseau Avis Immobilier (qui deviendra ensuite Nestenn suite à sa fusion avec l’enseigne Solvimo).

C’est donc en 2002 que j’ai créé IMOCONSEIL qui, au départ, était un cabinet de conseils pour les entrepreneurs désireux de monter leur agence immobilière. Puis 2008 a marqué un tournant : c’est à cette date que j’ai décidé de faire de cette marque un réseau de mandataires.

Jusqu’en 2014, son développement s’est fait timidement ; il faut dire que j’avais peu de moyen. En revanche, le savoir-faire, je l’avais ! Puis tout s’est accéléré. Si bien, qu’à ce jour, nous comptons 93 mandataires répartis sur l’ensemble du territoire, avec des places fortes dans l’Ouest, le Nord et l’Est du pays.

Sur quels piliers vous êtes-vous appuyés pour assurer son développement ? 

Plutôt que de nous éparpiller à droite et à gauche, notre volonté a toujours consisté à construire un modèle qui permette à nos mandataires de s’appuyer sur de vrais points d’ancrage territorial. Nous avons toujours privilégié la réussite à l’action. Certes se déployer est important, mais demeure prioritaire pour nous, avant tout, le succès commercial de nos agents.

Pour ce faire, nous les formons, nous les encadrons, via notamment la mise en place de réunions de travail hebdomadaires, et mettons tout en œuvre - même si la formule est un peu galvaudée - pour qu’ils se sentent bien au sein du réseau. La relation humaine, chez IMOCONSEIL, est primordiale, c’est pourquoi lutter contre le sentiment d’isolement des mandataires fait partie de nos priorités.  

Quels sont les autres éléments-clés de votre modèle ? 

D’une part, nous garantissons à tous nos agents commerciaux la protection de leur secteur géographique, chaque zone étant minutieusement étudiée ; puis chacun d’entre eux a à sa disposition un référent sur lequel il peut s’appuyer pour toutes questions.

J’ajoute que, chez IMOCONSEIL, nous accueillons aussi bien des professionnels de l’immobilier expérimentés que des personnes en reconversion professionnelle. Ce qu’il convient, pour nous rejoindre, c’est avant tout de la motivation et un projet. Et l’on ne devient un bon mandataire qu’à force de courage, d’écoute et d’envie. 

Quelles offres commerciales proposez-vous à vos mandataires ? 

Nous déclinons deux packs. Un premier bouquet à 122 euros, qui comprend tous les outils nécessaires à un agent immobilier pour pouvoir travailler : outils des visites virtuelles, d’estimation immobilière, d’avis de valeurs, de signatures électroniques… sans oublier l’abonnement au top 5 des portails d’annonces immobilières.

Puis un deuxième, à 49 euros, qui comprend moins d’outils, et qui reste davantage destiné aux mandataires qui ont une double activité professionnelle. J’ajoute que nous leur reversons, en moyenne, 84 % du montant des commissions, avec des paliers allant jusqu’à 98 %. 

Quels sont vos projets et objectifs ? 

Alors que nos prévisions de chiffre d’affaires pour cette année (nous clôturerons notre exercice le 30 juin) s’établissent à 2,7 millions d’euros, soit en croissance de 22 % sur un an, notre ambition est de recruter, en 2022, une cinquantaine de mandataires, partout en France.

Nous avons à présent des bases solides. A plus long terme, nous visons une couverture nationale. Et pourquoi pas en accueillant des investisseurs. Nous n’avons jamais levé de fonds. Nous sommes ouverts !

Transférer cet article à un(e) ami(e)