Franchise

« Vers une année 2021 record » (Laurent Vimont, Century 21 France)

Par Christian Capitaine | le | Réseau de franchisés

1,1 million de transactions réalisées : c’est le volume que pourrait atteindre le marché dans l’immobilier ancien en France en 2021, selon Laurent Vimont, président de Century 21 France, qui dressait, ce mardi 29 juin 2021, le bilan de l’activité de son réseau à l’issue du premier semestre de l’année.

Laurent Vimont, Président de Century 21 France - © Benoît Barbedette
Laurent Vimont, Président de Century 21 France - © Benoît Barbedette

2021 : année record pour le marché français de l’immobilier dans l’ancien ? A mi-chemin du verdict, on s’y dirige tout droit, a affirmé Laurent Vimont, président de Century 21 France, mardi 29 juin 2021, dans le cadre du traditionnel point presse qu’organise la franchise immobilière à l’aube de la pause estivale.

« A ce rythme, a-t-il poursuivi, nous sommes partis pour réaliser une année 2021 exceptionnelle, avec une perspective de 1,1 million de transactions » réalisées par l’ensemble des acteurs du marché - quand le record fut franchi en 2019, avec 1 million d’actes signés.

Un marché en surchauffe

Car à la lecture des volumes de ventes réalisés par les près de 1 000 franchisés de l’enseigne sur le premier semestre 2021, le constat est le suivant : « Le marché a été en surchauffe », a relevé le président du réseau, avec une progression desdits volumes de 6 % par rapport à 2019, année de référence (ils ont progressé de 42 % versus le S1 2020, mais la comparaison avec cette période, marquée par le début de la crise sanitaire et le premier confinement, ne nous renseigne guère sur la dynamique réel du marché).

Pas de pause, non plus, du côté des prix : le prix moyen au m2 a progressé, au sein du réseau, de 6,8 % sur le segment des maisons et de 4 % sur celui des appartements.

Sauts de puces hors des hyper-centres

Pour expliquer ce fort en poupe du marché (« nous sommes les miraculés du Covid », a-t-il dit), Laurent Vimont a avancé deux principaux facteurs. D’une part, « il s’est appuyé sur des taux d’intérêt qui n’ont jamais été aussi bas. » Résultat : les acheteurs n’ont eu de cesse de voir leur pouvoir d’achat progresser.

Deuxième moteur : le choix de nombreux propriétaires de quitter les hyper-centres, en faisant un saut de puce, pour s’installer en périphérie et bénéficier d’un logement plus grand avec, si possible, un jardin ; « c’est le retour en grâce du pavillon », a constaté le président de la franchise immobilière

Paris : une ville de placements

Seule ombre au tableau : la marché parisien. « En janvier 2021, des indicateurs nous montraient déjà que les prix avaient atteint dans la Capitale un plafond de verre », a-t-il indiqué. La conséquence fut alors presque inévitable : une correction a donc eu lieu sur ce premier semestre 2021, avec un repli comme prévu du prix au m2 de 3,6 %.

Mais attention : « Cette baisse n’est que relative, car l’on retrouve à Paris les mêmes prix qu’en 2019, a constaté Laurent Vimont. De plus, cette baisse n’est certainement pas durable, car nombre de clients qui alimentent généralement le marché n’ont pas été actifs à cause de la crise sanitaire, je pense notamment à la clientèle étrangère. »

Du côté des volumes de transactions à Paris, pas de surprise : ils ont chuté de 20 % par rapport aux six premiers mois de 2019.

Et le président de Century 21 France d’ajouter : « Paris est devenue une ville de placements et de pied-à-terre. La preuve : l’investissement à titre locatif y a atteint un record historique avec 32,3 % du total des transactions réalisées. »

La pierre : valeur refuge absolue

Trois autres signaux émis par le marché au niveau national ont été identifiés par les équipes de Century 21 France à l’issue de ce premier semestre 2021 :

1/ Les délais de vente entre la prise de mandat et l’acte de vente ont sensiblement baissé pour passer à 81 jours pour les maisons (contre 100 au S1 2020) et à 79 jours pour les appartements (contre 90).

2/ La pierre est restée la valeur refuge absolue, ainsi que l’ont démontrés les achats destinés à l’investissement locatif, qui n’ont jamais été aussi nombreux (30,5 % des ventes, soit un pourcentage qui a été multiplié par deux en dix ans).

3/ Les achats dédiés à l’acquisition d’une résidence secondaire ont progressé fortement (+14,5 %), pour représenter 6,3 % des transactions. « Ces résidences secondaires sont deux natures : soit elles sont acquises comme lieux de villégiatures, soit comme résidences hybrides, ou semi-principales que l’on utilise pour vivre en famille et y télé-travailler. »

Transférer cet article à un(e) ami(e)