Franchise

Imkiz : pas de visite du bien, mais des honoraires bas

Par Christian Capitaine | le | Agence immobilière indépendante

Installée sur le marché de la transaction depuis un an, l’agence immobilière exclusivement en ligne Imkiz n’assure pas de présence physique lors de la visite du bien, mais peut se targuer d’honoraires particulièrement bas. Ceci expliquant cela, selon son fondateur, Benoît de Montremy.

Imkiz : pas de visite du bien, mais des honoraires bas
Imkiz : pas de visite du bien, mais des honoraires bas

Comment est né Imkiz ?

Ce projet est le fruit d’une expérience personnelle. Il y a plusieurs mois, je cherchais pour mon compte un bien immobilier. J’ai fait appel à des agences mais je suis resté déçu par les prestations proposées : les commissions demandées me semblaient bien trop élevées par rapport à l’implication du professionnel. Parallèlement, j’ai pris conscience que si je prenais moi-même en charge ma recherche j’allais être vite débordé, notamment au niveau de le gestion des appels. J’ai alors eu l’idée de lancer un assistant immobilier, sorte d’entreprise de coaching qui aident les particuliers à vendre leurs biens. Mais rapidement, j’ai senti les limites de ce modèle économique, notamment en regard des questions juridiques que soulèvent la vente d’un bien immobilier. J’ai alors franchi le pas et j’ai décidé, en 2018, de lancer Imkiz. D’abord sur le segment de la location, puis début 2019 sur le marché de la transaction. 

Quels sont les points forts de son concept ?

Imkiz est une vraie agence immobilière - nous sommes détenteurs de la carte professionnelle - et exclusivement développée en ligne. Nous n’avons pas de points de vente, et n’avons pas de velléités d’en développer. Nous accompagnons les futurs vendeurs depuis l’estimation jusqu’à la vente et ne facturons l’acquéreur qu’en cas de succès. Un point essentiel nous distingue de la concurrence : pour nos commissions, nous appliquons un forfait fixe de 1 390 € pour les biens vendus à Paris et dans sa première couronne, ainsi qu'à Lyon, Marseille et Nice, et de 890 € pour ceux situés sur le reste du Territoire (un écart qui s’explique uniquement par la plus grande somme de travail que requiert la vente d’un bien dans la Capitale et les grandes villes). Un autre point important nous distingue des autres agences : nous n’accompagnons pas les vendeurs et acheteurs lors des visites, même si nous les organisons pour eux. Et pour cause : si nous prenions en charge cette étape particulièrement chronophage, nous ne pourrions pas être aussi compétitifs au niveau de nos honoraires. Enfin, nos clients sont très satisfaits de nos prestations puisque 97 % d’entre eux nous jugent excellents, selon Trustpilot.

Quel bilan dressez-vous de votre activité depuis son lancement et quels sont vos objectifs ?

Fin 2019, nous avons clôturé notre première année pleine sur le marché de la transaction, avec une centaine de ventes réalisées, équitablement réparties entre Paris et la province. Le prix de vente moyen est resté très variable : nous avons à la fois vendu des biens d’un montant proche des 100 000 € contre d’autres au-delà de 2,4 millions d’€. Ainsi, nous sommes installés sur un rythme d’une dizaine de ventes par mois. Mais nous comptons passer, dès cette année, à la vitesse supérieure : notre ambition, avant fin 2020, est d’atteindre un rythme de 80 à 100 ventes mensuelles. Pour ce faire, nous allons faire passer nos effectifs de cinq à une quinzaine de salariés grâce, notamment, à une levée de fonds que nous allons actionner d’ici trois à six mois, d’un montant compris entre 300 000 et 500 000 €, auprès d’investisseurs institutionnels avec qui nous demeurons en discussion. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)