Évaluation

Covid-19 : EX’IM lance un protocole de reprise d’activité

Par Christian Capitaine | le | Services pour évaluer

Spécialisé dans le diagnostic immobilier et le repérage avant travaux dans le BTP, le réseau de franchise EX’IM, dépourvu de revenus depuis le début du confinement, a mis en place, le 9 avril, un protocole de reprise d’activité. Objectif : retrouver entre 10 % et 15 % de notre activité normale, table son pdg, Yannick Ainouche.

Yannick Ainouche, pdg d’Ex’IM
Yannick Ainouche, pdg d’Ex’IM

Depuis le 18 mars 2020, la centaine d’agences que compte le réseau EX’IM est à l’arrêt. Et pour cause : « Tous nos clients ont levé le pied sur leur activité, déplore Yannick Ainouche, pdg de l’enseigne (450 collaborateurs et un CA réseau 2019 de 38 M d’€). Les visites de biens ne sont plus possibles, les projets de locations sont gelés, ceux de ventes stoppés et les chantiers sont à l’arrêt. » Conséquence : « Depuis cette date, nos recettes sont à zéro et tous nos techniciens de terrain ont été mis au chômage partiel, poursuit-il. Seule demeure en activité une partie du personnel administratif et commercial afin de maintenir le lien avec le client.  »

Devant cette situation qu’il juge « dramatique sur le plan économique », Yannick Ainouche et ses équipes se retroussent les manches. Leur objectif : travailler sur un protocole de reprise d’activité. Finalement publié le 9 avril et proposé à l’ensemble des franchisés du réseau, il a depuis été envoyé à tous leurs clients.

Seuls sont concernés les lieux inoccupés

« Ce document nous permet de reprendre le travail, mais sous certaines conditions, expose le pdg d’EX’IM. En s’appuyant sur lui, on espère que le marché se décongestionne pour retrouver entre 10 % et 15 % de notre activité normale.  » Comptant une trentaine de pages, ce document retrace toutes les étapes à suivre scrupuleusement, par les collaborateurs d’EX’IM, pour travailler en toute sécurité (Comment se protéger ? De quel équipement se doter ? Quelles règles de distanciation à respecter entre collaborateurs ? Quels justificatifs à détenir, etc.).

Trois points importants à retenir : « Ce document ne concerne que les lieux inoccupés, n’expose ni les clients ni les techniciens à un risque de rencontre, et permet à ces derniers de travailler en toute sécurité et fluidité grâce aux outils dématérialisés », souligne Yannick Ainouche, qui se félicite également de voir que « certains confrères spécialisés dans le diagnostic immobilier nous ont suivi dans cette démarche.  »

Priorité à la sauvegarde de l’emploi

Le pdg d’EX’IM ajoute : « Je rends hommage au pouvoir public qui, grâce à la mise en place de son dispositif d’aide pour le chômage partiel, nous permet de conserver nos emplois. La sauvegarde des effectifs du réseau est ma priorité.  » Quant à l’estimation du marché de l’immobilier dans l’ancien sur laquelle il table pour 2020, il confie : « Si les agences immobilières arrivent à réaliser entre 550 000 et 600 000 transactions à la fin de l’année, on peut estimer que, dans ce contexte de crise, la performance sera de taille…  »

Transférer cet article à un(e) ami(e)