Portails

Le stock de biens à vendre est en hausse à Paris

Le | Sites pour les professionnels

Plus de 15 000 logements anciens seraient actuellement en vente à Paris, d’après la première édition du baromètre de Wall-Market. Quelle que soit leur localisation, les grandes surfaces gonflent les stocks et semblent les plus boudées par les potentiels acquéreurs

Le stock de biens à vendre est en hausse à Paris - © D.R.
Le stock de biens à vendre est en hausse à Paris - © D.R.

Le stock de logements anciens à Paris a été passé au crible par le portail d’annonces immobilières Wall-Market.com. Selon la première édition de son baromètre, qui s’appuie sur des données diffusées entre le 1er octobre et le 30 novembre dernier au sein de sites et journaux spécialisés, 15 525 logements anciens seraient actuellement en vente dans la capitale, soit 1,15 % du parc immobilier parisien. « Un volume important mais qui ne représente, au final, qu’un appartement à vendre sur 100 », tempère Thierry Maupas, responsable du développement réseau de Wall-Market.

Des arrondissements davantage impactés

D’après le baromètre, le stock de biens parisiens a significativement augmenté ces dernières années. Et ce sont les grandes surfaces qui accusent le coup. « Si Paris offre 3115 appartements de 5 pièces et plus, les 6e, 7e, 8e, 16e et 17 e arrondissements en proposent plus de 2600, soit 85 % à eux seuls », souligne Thierry Maupas. « Dans le 17 e arrondissement, nous disposons d’une forte demande de biens jusqu’à 130 m2 mais nous devons faire face à un accroissement problématique des stocks à partir de 160 m2 », illustrait Caroline de Croocq, directrice de l’agence Junot investissements, lors d’une table-ronde organisée par Wall-Market il y a quelques jours. Les appartements familiaux, qui représentent 20 % du stock de biens à vendre et qui ne semblent plus adaptés à notre mode de vie, plombent le marché parisien. Dans certains arrondissements de la capitale (7e, 8e et 16e), leur proportion monte à 40 %, selon le baromètre. Conséquence : pour ces biens, les délais de transactions s’allongent et, de facto, grossissent les stocks des logements disponibles à la vente.

Les studios se vendent bien

A l’inverse des grandes surfaces, les studios ainsi que les appartements de deux pièces ne restent pas longtemps sur le bras des agents immobiliers parisiens. « Ils conservent un avantage absolu : à peine 2140 studios et 4250 deux pièces sont actuellement à vendre à Paris. Non seulement les petites surfaces bénéficient d’un ticket d’entrée plus abordable mais la rareté de l’offre, tout arrondissement confondu, les place toujours en face d’une forte demande d’acquéreurs potentiels », décrypte Thierry Maupas. La mise en application de la loi Alur, qui prévoit notamment l’encadrement des loyers, risque toutefois d’avoir un impact significatif sur le stock de biens parisiens : elle pourrait entamer la rentabilité de certains investisseurs et les encourager à se débarrasser de leurs biens.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un(e) ami(e)