Logiciels

« L’avenir réside dans la convergence des activités des agences » (Samuel Essaka Ekedi, Vilogi)

Par Christian Capitaine | le | Interview

Le directeur du développement de Vilogi, éditeur de logiciels pour la gestion immobilière (syndics et gestion locative) croit fermement en la convergence des activités des agences immobilière, consacrant ainsi un point de vente qui traite l’ensemble des activités d’un logement. Il dresse également un état des lieux de son marché et revient sur les leviers de croissance sur lesquels il peut s’appuyer.

Vilogi, logiciels de gestion immobilière - © D.R.
Vilogi, logiciels de gestion immobilière - © D.R.

Comment a évolué l’activité de Vilogi au cours des derniers mois ? 

Sur la base des douze derniers mois glissants, nous sommes sur une progression de 30 % de notre chiffre d’affaires, en nous appuyant sur un portefeuille d’environ 1 600 clients.

Cette hausse d’activité s’explique, notamment, dans la mutation de nos acquisitions : pendant longtemps, nous avions, dans notre mix client, pour près de 50 % de créateurs d’entreprises qui s’équipaient pour la première en solutions logicielles. Un exemple, avec le néo-syndic de copropriété Homeland, qui a démarré avec nous et qui pèse aujourd’hui un poids significatif en termes de business.

Aussi, à tous ces nouveaux acteurs (nous pouvons également citer Cotoit), au-delà de nos outils, nous sommes en mesure de leur offrir des API, ce qui leur permet de personnaliser leurs outils.  

S’agissant de ce mix client, la donne a en effet récemment changé : nous bénéficions, aujourd’hui, de davantage de clients qui migrent vers nous que de créateurs. Et c’est très enthousiasmant. Et cela prouve que les professionnels déjà installés avancent à grands pas vers la digitalisation de leur process. 

Et qu’en est-il de votre activité avec les acteurs dits « traditionnels » ? 

Samuel Essaka Ekedi (Vilogi) - © D.R.
Samuel Essaka Ekedi (Vilogi) - © D.R.

Je n’oppose pas « acteurs traditionnels » et « acteurs digitaux ». Car la seule question qui mérite d'être posée est la suivante : Que suis-je en mesure d’apporter à mes clients ? De la transparence ? Des solutions faciles à utiliser ? Et à quel coût ?

Ce qui est certain, du côté de ces acteurs historiques, c’est la nécessité, qu’ils ont, de digitaliser leur process. Et nul doute qu’elle va s’accentuer. Je prends l’exemple d’Orpi, qui manifeste un intérêt grandissant pour nos solutions. Nous pouvons aussi citer des clients des réseaux L’Adresse, Laforêt ou encore Century 21.

Alors certes, nous n’avons pas signé de contrats cadres avec ces grands noms de la profession, mais nous travaillons avec quelques-uns de leurs adhérents.

Au sein de ces grandes enseignes, nous essaimons doucement et sûrement ; et notamment grâce à leur forum de discussions sur Facebook, destinés au partage des bonnes pratiques, et au sein desquels les outils de Vilogi sont souvent cités.  

Pouvez-vous rappeler quels sont les fondamentaux de l’offre Vilogi ? 

Principal point qui nous distingue des autres fournisseurs de logiciels pour la gestion immobilière : notre offre est tout inclus. C’est-à-dire que nous offrons un package digital de gestion dépourvu d’options. Cela est valable pour le logiciel de syndic de copropriété et pour le logiciel de gestion locative.

Dans cette approche, nous proposons également des applications mobiles. Exemple avec le logiciel de gestion locative : on compte des acteurs qui n’ont pas de logiciel métier mais qui ont un logiciel d’état des lieux. Chez Vilogi, il y a, à la fois, le logiciel métier et le celui pour l’état des lieux, sans coût supplémentaire. Cela permet au client de bénéficier d’une plateforme métier où il retrouve tout ce dont il a besoin pour travailler, par exemple la signature électronique, via notre partenariat avec Universign.   

Autre pilier de notre offre qui devient, chez Vilogi, un axe de croissance intéressant : les services de comptabilité (saisie comptable), qui offrent de la flexibilité à nos clients, et qui nous permettent de démontrer, auprès d’eux, les flexibilités opérationnelles qu’offre notre plateforme.  

J’ajoute que l’accompagnement de nos clients fait figure, chez nous, de priorité, à l’image des webinaires utilisateurs que nous organisons tous les mardis. Ces rendez-vous ont plusieurs objectifs : nous rapprocher de nos clients, créer une communauté, présenter les évolutions de nos offres, recueillir des besoins d’évolutions et animer la communauté.

Nous proposons également des essais sans engagement de nos logiciels, ce qui est une pratique assez rare sur notre secteur d’activité.  

Quels sont les principaux enjeux qui animent votre segment de marché ? 

Perdure cette séparation, que je juge artificielle, entre les administrateurs et les transactionnaires. Nous pensons que l’avenir de la profession d’agent immobilier passe par le développement d’un point de vente qui adresse des immeubles en 360°, qui traite l’ensemble du logement. C’est la convergence des activités.

D’autant plus qu’il faudra davantage, à l’avenir, rentabiliser les points de vente. Le professionnel qui se sera capable d’offrir les meilleurs services, avec un maximum de digitalisation, fera la différence. 

Est-ce à dire que Vilogi proposera, à l’avenir, des logiciels de transaction ? 

Nous y réfléchissons. 

Quelles sont, selon vous, les perspectives de business pour votre marché à court et moyen terme ? 

Le rétrécissement des volumes de transactions, lié à la hausse des coûts de construction, au logement qui ne peuvent sortir de terre et aux crédits immobiliers qui augmentent, va, nul doute, encourager de nombreux professionnels de la transaction à développer des activités récurrentes. Conséquence : cela va nous amener vers cette convergence dont nous parlions précédemment.

Et parce que, dans le même temps, la digitalisation du secteur avance à grands pas, nous avons bon espoir de continuer à réaliser de la croissance soutenue dans les proches années qui viennent. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)