Franchise

« Franchir la barre des 3 000 mandataires » (Michael Benchabat - Meilleurs Biens)

Par Christian Capitaine | le | Réseau de mandataires

S’appuyant, depuis sa fondation en 2018, sur un modèle qui privilégie le recrutement de conseillers expérimentés, le réseau Meilleurs Biens est un « Champion de la croissance », selon Les Echos. La preuve par les chiffres : ses revenus ont encore progressé de 60 % au premier semestre 2022. Interview de son fondateur Michael Benchabat, farouche défenseur du métier d’agent immobilier.

Michael Benchabat a créé Meilleurs Biens en 2018. Le réseau compte 350 mandataires. - © D.R.
Michael Benchabat a créé Meilleurs Biens en 2018. Le réseau compte 350 mandataires. - © D.R.

Quelle analyse faites-vous de la dynamique actuelle du marché de la transaction immobilière dans l’ancien ?

D’après les remontées du terrain que nous recueillons, nous observons, depuis plusieurs semaines, un certain ralentissement de l’activité : nos agents d’une part (ils sont près de 350 aujourd’hui, répartis dans 80 départements) éprouvent de plus en plus de difficultés à entrer des mandats et les acquéreurs, d’autre part, font preuve de plus d’attentisme.

Ce grippement du marché est certes lié à la hausse des taux, mais également au discours de certains médias qui font état d’un marché où les prix de l’immobilier sont en baisse, surtout à Paris. Résultat : les potentiels acquéreurs se mettent en pause, préférant attendre que les prix poursuivent leur baisse.

Alors certes, les acquéreurs reprennent la main, mais les vendeurs ne sont pas encore disposer à revoir leur prétention à la baisse. En conséquence, comme évoqué, le marché se grippe.

Comment cela se traduit-il dans les chiffres concernant le réseau Meilleurs Biens ?

Notre dynamique reste inchangée depuis notre fondation : la croissance. Quelques chiffres en témoignent : entre notre année de lancement, en 2018, et 2021, nous avons multiplié par 20 notre chiffre d’affaires. Aussi, entre 2020 et 2021, nos revenus ont été multipliés par 2,5 pour atteindre les 9 millions d’euros (HT).

Enfin, au premier semestre 2022, notre activité a progressé de près de 60 % par rapport à la même période de 2021, pour atteindre un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros (HT). Cette dynamique a d’ailleurs était salué, en février 2022, par Les Echos dans le cadre des Champions de la Croissance 2022, où nous avons figuré en 13e position.

A ce jour encore, la dynamique d’activité reste très forte, pour les agents de Meilleurs Biens, dans les villes qui sont bien desservies par les moyens de transports publics depuis les grandes métropoles. Cette tendance est, sans surprise, liée au développement du télétravail dans le contexte de crise sanitaire que l’on connaît, mais elle n’a eu de cesse de se confirmer depuis son surgissement.

Pouvez-vous rappeler les piliers qui structurent le concept de votre réseau ?

Depuis le lancement de Meilleurs Biens, notre mission repose sur deux éléments fondamentaux : simplifier le travail des mandataires grâce aux outils digitaux et optimiser leur revenu grâce à un back-office ultra-performants. Mais sans perdre notre dimension humaine !

L’ultra-digitalisation de nos process reste, à cet égard, un pilier structurant essentiel de notre modèle ; si bien qu’au siège, nous ne sommes que 7 personnes pour piloter le réseau quand chez certains de nos concurrents, à effectif de mandataires comparable, on en compte une trentaine.

La signature électronique, par exemple, est déployée chez nous depuis 2018 (80 % des mandats du réseau sont désormais signés électroniquement, NDLR) et l’utilisation d’outils comme le home-staging ou la visite virtuelle sont, chez nous, monnaie courante.

Et quid de votre politique de recrutement de mandataires ?

Là encore, depuis notre fondation, nous n’avons pas varié d’un iota : nous recrutons très majoritairement (soit 90 % de nos recrutements) des conseiller expérimentés, qui ont, au minimum, une année d’expérience sur le secteur de l’immobilier. Et nous leur offrons, à travers notre marketplace, tous les outils nécessaires pour qu’ils puissent travailler de façon autonome et en toute indépendance.

Notre philosophie pourrait être résumée ainsi : un développement sélectif, avec des professionnels expérimentés, sans MLM (marketing de réseau), afin que nos agents ne se cannibalisent pas entre eux.

J’insiste : le MLM, nous n’en voulons pas. Cette pratique dénature le métier d’agent immobilier. Elle n’a pour seule vocation qu’à engendrer des professionnels qui ne rêvent que d’une chose : être à la tête d’une équipe d’agents commerciaux et recruter. Or, les métiers de recruteur et d’agent immobilier sont deux professions biens distinctes !

Et preuve que notre concept fonctionne : notre turn-over n’est que de 15 % (contre près de 60 % chez certains leaders…) et il ne concerne quasi-exclusivement que des personnes qui partent en retraite.

Quels objectifs vous êtes-vous fixés sur le plan du développement ?

Notre modèle est tel que nous ne pourrons pas nous appuyer, comme d’autres réseaux bâtis sur le marketing de réseau, sur 10 000 à 15 000 conseillers. En revanche, nous pouvons aisément franchir la barre des 3 000, sans que nos mandataires ne se cannibalisent entre eux. Et sans, rappelons-le, leur garantir d’exclusivité territorial. Et avec cette ambition : devenir le réseau leader qui reverse 100 % des commissions à ses mandataires. 

Avez-vous des velléités d’expansion à l’international ?

Pas dans l’immédiat. Nous préférons rester, pour l’heure, focus sur la France. Mais il n’est pas exclu que nous ouvrions, dans un avenir proche, une antenne en Espagne.

Et pour financer votre développement, travaillez-vous sur une levée de fonds ?

Nous sommes sollicités par des fonds d’investissement et réfléchissons à cette potentialité. Mais pour l’heure rien n’est décidé. Nous sélectionnerons nos nouveaux investisseurs. Nous ne voulons pas faire entrer un fonds qui nous imposerait ses choix. Notre modèle de développement restera le « sélectif ».

Un site internet refondu

Réseau de mandataires qui se déclare comme le plus digitalisé de France, Meilleurs Biens vient de refondre son portail web dédié à ses conseillers. Outre d'être désormais disponible en version mobile (l’appli a été lancée en février 2022), il se distingue notamment par des temps de téléchargement bien plus rapide qu’auparavant, ce qui permet une meilleure optimisation du SEO.

Autres innovations récentes chez Meilleurs Biens : la possibilité de régler en ligne les honoraires dans le cadre de locations et l’optimisation de son outil d’estimation en ligne afin de générer plus de contacts pour ses mandataires.

Transférer cet article à un(e) ami(e)