Franchise

MeilleursBiens triple son CA en 2020

Par Christian Capitaine | le | Réseau de mandataires

Le réseau MeilleursBiens, qui permet à ses mandataires de conserver 100 % de leurs commissions, annonce une multiplication par 2,7 de son chiffres d’affaires en 2020 et un doublement de ses effectifs. Interview bilan et perspective avec son président, Michael Benchabat

Julien Maudy (associé), Marine Hubentz, Lucette Lendira, Agathe Signoret et Michael Benchabat - © D.R.
Julien Maudy (associé), Marine Hubentz, Lucette Lendira, Agathe Signoret et Michael Benchabat - © D.R.

Quel bilan dressez-vous de votre activité cette année ?

S’agissant, d’abord, de cette fin d’année : le mois de novembre, lié au deuxième confinement, fut totalement incohérent. Nous pouvions exercer notre métier d’agent immobilier sauf sur un point essentiel : l’organisation des visites. Dans ce contexte, nous avons, au siège, incité nos agents à déployer leurs outils de visites virtuelles et de visites en visio partagées.

Cela a donné de bons résultats : en un mois, dix offres nous ont été formulées, assorties de bons plans de financement, à valider par la suite par une visite physique. Reste qu’en novembre 2020, deuxième confinement oblige, nous avons accusé une baisse de 30 % de nos transactions.

Et depuis l’assouplissement des mesures liées à ce deuxième confinement, le business a-t-il redémarré ?

Oui, les affaires sont reparties, même si décembre demeure traditionnellement un mois où l’activité se révèle plus limitée. Jusqu’au 15 décembre, nous avons encore une fenêtre de tir pour conclure certains projets. Mais après, les Français n’auront plus la tête à chercher un logement. Concernant les visites, nous sommes, bien sûr, ravis de pouvoir à nouveau les organiser. Mais le protocole sanitaire qui nous oblige à limiter la visite d’un bien immobilier à une personne par demi-journée est un motif fort de frustration pour nos agents sur le terrain. Ils trouvent globalement cette mesure injuste.

Sur l’ensemble de l’année 2020, quel bilan dressez-vous pour MeilleursBiens ?

Il est très positif. Et ce pour deux raisons. D’abord, nous multiplierons par 2,7 notre chiffre d’affaires par rapport à 2019 pour approcher les 4 millions d’euros. Deuxièmement, nous doublerons nos effectifs de mandataires pour atteindre les 200. Nous sommes désormais présents dans cinquante départements français (y compris en Guadeloupe, à la Réunion et en Guyane), mais il nous reste encore des villes où nous sommes en quête d’agents commerciaux. Je pense notamment à Nantes, Rennes, Caen, La Rochelle, Limoges ou Clermont-Ferrand.

Quel regard portez-vous sur le marché en Ile-de-France, une place forte pour vous ?

A Paris, les prix n’ont pas baissé et ne devraient pas se replier. Et pour cause : le marché y est tellement tendu. Les potentiels acquéreurs y restent encore très nombreux. Autre phénomène en Ile-de-France lié à un changement de mentalité né du développement du télétravail : les maisons situées en première couronne sont de plus en plus prisées des porteurs de projets.

Et concernant, cette fois, le territoire français dans son ensemble, il est à noter que le critère de recherche d’un extérieur pour son futur bien (jardin, terrasse ou balcon) est devenu hyper important.

Quelles actualités vont rythmer vos prochaines semaines ?

Sur le plan des outils, d’abord, nous allons réaliser une refonte de notre site Internet en le dotant, d’ici fin décembre 2020, d’un nouvel onglet « Click & Visite ». Celui-ci répertoriera tous les biens qui seront accompagnés d’une visite virtuelle, d’une vidéo ou d’une visite en visio. Ces outils dématérialisés sont devenus incontournables. Les attentes des acquéreurs évoluent, ils sont demandeurs de ces nouvelles technologies. Sans compter qu’ils permettent à l’agent immobilier d’améliorer sa productivité en pré-qualifiant ses clients.

Aussi, courant janvier 2021, nous offrirons la possibilité aux clients finaux de prendre rendez-vous avec nos mandataires directement sur le site. Enfin, sur le plan des objectifs, nous ambitionnons de compter, d’ici un an, environ 500 agents mandataires. Une dernière information : nous sommes à l’étude d’une première levée de fonds pour asseoir notre développement, mais pas avant le second semestre 2021. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)