Franchise

Welmo : « Devenir le premier réseau de mandataires 100 % digitalisé »

Par Christian Capitaine | le | Agence immobilière indépendante

L’agence immobilière 100 % en ligne Welmo fait sa mue. Après avoir fait évoluer son mode de rémunération, elle a choisi de s’appuyer uniquement sur des mandataires pour mener à bien les projets d’acquisition immobilière de ses clients. Son CEO, Nicolas Gay, revient sur les principales évolutions du concept.

Le réseau Welmo a été fondé à Paris en 2016 - © D.R.
Le réseau Welmo a été fondé à Paris en 2016 - © D.R.

Ca bouge chez Welmo. D’abord, concernant la nature de son concept. Hier encore, l’agence immobilière 100 % en ligne s’appuyait sur des agents commerciaux salariés pour mener à bien les transactions. Désormais, c’est fini. Place aux uniques mandataires. Et son CEO, Nicolas Gay, d’afficher ses ambitions : « Devenir le premier réseau de mandataires en France 100 % digitalisé.  »

Il justifie également ce nouveau positionnement : « Depuis la crise sanitaire et le développement du télétravail, de plus en plus de Français aspirent à travailler en tant qu’indépendant. Alors que la frontière entre la vie personnelle et la vie professionnelle tend à s’effacer, nous voulons offrir à nos collaborateurs la plus grande liberté d’action possible. »

Comptant, à ce jour, 70 agents actifs, Welmo envisage de dépasser la barre des 200 à la fin de l’année 2021, pour atteindre les 1 000 d’ici 3 à 4 ans. « Nous continuerons, toutefois, de nous appuyer sur quelques salariés, dont le rôle consistera à développer le réseau des mandataires, qui fonctionnera par ailleurs sur le marketing de réseau », précise Nicolas Gay. Autre ambition affichée par le désormais réseau : le développement à l’international, avec dans sa mire - pour commencer - l’Espagne et Israël.

Digitaliser sans déshumaniser

L’autre évolution notoire du concept de Welmo a trait à son mode de rémunération. S’appuyant toujours sur une première offre, côté vendeur, à 990 euros (qui ne comprend ni la négociation avec l’acquéreur, ni la validation du plan de financement, ni la mise en relation avec le notaire), le réseau décline désormais - après avoir abandonné ses deux forfaits fixes de 4 990 euros et 7 790 euros - deux offres, dont le montant de la commission correspond à respectivement 1,9 % et 2,9 % du prix du bien (selon que le mandat soit exclusif ou non).

Nicolas Gay, CEO de Welmo - © D.R.
Nicolas Gay, CEO de Welmo - © D.R.

Ce qui ne change pas, en revanche, c’est le volet « visite du bien ». « Dans 95 % des cas, nos mandataires ne les font pas, précise le CEO. Elle restent à la charge des vendeurs. Mais que nous coachons. Ce mode de fonctionnement met le potentiel acquéreur en bonne confiance. »

Chez Welmo, la relation-client s’appuie avant tout sur la digitalisation des process. « Mais sans la déshumaniser », assure Nicolas Gay. L’estimation du bien, d’une part, est réalisée en visio, les signatures des mandats son effectuées électroniquement, les prises de rendez-vous avec les acheteurs et les envois de leads aux vendeurs par voies électroniques… Sans oublier la réalisation des photos et des visites virtuelles, prises en charge par des professionnels sélectionnés par Welmo.

4 ventes par mois par mandataire

Et il faut croire que le modèle fonctionne ! Alors que la structure jouit d’un taux de satisfaction de sa clientèle de 98 %, 40 % des ventes qu’elles réalisent sont issues de recommandations. « Chez Welmo, un mandataire actif qui travaille à temps plein vend en moyenne quatre biens par mois, soit huit fois plus qu’un agent immobilier classique, affirme son CEO. Et certains d’entre eux vont même jusqu’à dix biens par mois. »

Réalisant 75 % de son activité en Ile-de-France (dont 25 % dans la Capitale), ses mandataires sont aujourd’hui implantés dans les quinze principales villes de France. « Au premier trimestre 2021, nous avons enregistré une croissance de nos ventes de 150 % versus la même période de 2020, confie Nicolas Gay. Et sur l’ensemble du premier semestre 2021, nous devrions avoir bouclé environ 500 projets immobiliers, contre 200 il y a un an sur le même périmètre. »

Welmo et les autres réseaux de mandataires n’ont pas fini de faire parler d’eux : selon la Maison des Mandataires, ils devraient réaliser dans les proches années 30 % des ventes dans l’ancien, contre 20 % aujourd’hui.

Transférer cet article à un(e) ami(e)