Évaluation

Résidentiel : 26 800 logements autorisés à la construction en octobre 2022 (-13,2 % vs août 2022)

Le | Services pour évaluer

26 800 logements sont autorisés à la construction en octobre 2022 (-13,2 % par rapport à août 2022 et - 4,5 % par rapport à la moyenne des 12 mois précédant la crise sanitaire), indique le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, le 30 novembre 2022

De novembre 2021 à octobre 2022, 500 700 logements ont été autorisés à la construction (+ 7,5 %) - © BB
De novembre 2021 à octobre 2022, 500 700 logements ont été autorisés à la construction (+ 7,5 %) - © BB

Sur les 26 800, 12 700 sont des logements individuels, 14 100 des logements collectifs. Les données sont corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables. « Ce niveau, le plus bas depuis juillet 2020, peut s’expliquer comme un contrecoup du nombre exceptionnellement élevé d’autorisations en août ainsi qu’au début de l’année 2022 », indique le ministère.

« La baisse importante d’autorisations en septembre 2022, qui se poursuit en octobre, était surtout marquée pour les logements collectifs dans les zones tendues (en zones B1, A et A bis) où les communes sont éligibles à l’aide à la relance de la construction durable (ARCD) au titre de 2022. En effet, ces communes ont autorisé un nombre record de logements collectifs en août pour bénéficier de cette aide dont le montant est calculé sur la base des logements autorisés entre septembre 2021 et août 2022 ; le faible nombre d’autorisations de logements collectifs en septembre et octobre 2022 pourrait s’expliquer par l’instruction anticipée de certaines demandes d’urbanisme avant l’échéance pour l’ARCD  », indique le SDES.

Concernant les mises en chantier, 36 200 logements sont commencés en octobre 2022 (+4,4 % par rapport à août 2022) : 15 100 individuels, 17 800 collectifs, 3 300 logements en résidence. « Au cours de ces trois mois, on estime que les mises en chantier de logements ont été inférieures (-1,5 %) à leur moyenne des 12 mois précédant le premier confinement. »

Logements commencés : des données moins exhaustives

En raison du contexte d’instabilité depuis la crise sanitaire, les méthodes de recueil des données ont dues être ajustées par le ministère de la Transition écologique. Pour les mises en chantier, leur estimation était « déduite de celle des autorisations dans le cadre d’un modèle qui supposait une relative stabilité de la distribution des délais de mise en chantier et des taux d’annulation ».

« Ce modèle ne pouvait rendre compte d’un contexte aussi mouvant que celui observé depuis la crise sanitaire, même s’il reste utile pour un cadrage et une vérification de moyen terme de la cohérence entre les estimations des mises en chantier et celles des autorisations. Les estimations des mises en chantier reposent donc beaucoup plus que précédemment sur les déclarations d’ouverture de chantier qui sont collectées dans la base Sitadel2 », indique le ministère.

« Ceci pose une difficulté, car la centralisation des informations sur les ouvertures de chantiers est beaucoup moins exhaustive et rapide que celle des autorisations : en moyenne, 41 % des ouvertures de chantiers réalisées un mois donné parviennent à Sitadel2 dès le mois suivant, contre 72 % pour les autorisations, 69 % après 6 mois contre 92 % pour les autorisations. »

500 700 logements autorisés à la construction sur 1 an

  • De novembre 2021 à octobre 2022, 500 700 logements ont été autorisés à la construction, soit 34 900 de plus qu’au cours des 12 mois précédents (+ 7,5 %) ;
  • Sur la même période, 380 800 logements ont été mis en chantier, soit 6 400 de moins (- 1,6 %) que lors des 12 mois précédents (novembre 2020 à octobre 2021).

« Si on prend comme point de comparaison les 12 mois précédant la crise sanitaire (mars 2019 à février 2020), le nombre de logements autorisés au cours des 12 derniers mois est supérieur de 8,9 %, celui de logements commencés est inférieur de 1 %  », indique le SDES.

Transférer cet article à un(e) ami(e)