Portails

« L’investissement locatif est un marché d’avenir »

Par Christian Capitaine | le | Actualité

Startup dédiée à l’investissement locatif, Investir dans l’ancien accompagne ses clients depuis l’acquisition du bien jusqu’à sa mise en location, en passant par sa rénovation et son équipement en produits d’ameublement. En phase de déploiement, la société collabore avec plus de 10 000 professionnels de l’immobilier qui agissent, pour elle, en tant qu’apporteurs d’affaires, dont les agents immobiliers. Interview de son cofondateur, Raphael Pardo

Raphael et Lior Pardo ont fondé la startup en 2018 - © D.R.
Raphael et Lior Pardo ont fondé la startup en 2018 - © D.R.

Sur quel marché est positionné votre plateforme ?

Investir dans l’ancien est une startup dédiée à l’investissement locatif, lancée en 2018. Nous accompagnons ainsi nos clients investisseurs privés dans toute la France ; et ce, de A à Z. Plus en détails, quatre étapes structurent notre accompagnement :

1/ Le sourcing, cette étape qui consiste à chercher les biens pour nos clients. Ici, nous nous appuyons notamment sur des professionnels de l’immobilier qui agissent, pour nous, en qualité d’apporteurs d’affaires (agents immobiliers, marchands de biens, notaires, diagnostiqueurs, chasseurs, etc.) et à qui nous reversons une commission comprise entre 2 % et 3 % s’ils dénichent, pour nous, un bien (et pouvant aller jusqu’à 7 % pour les agents immobiliers).

2/ La réalisation des travaux, qui sont pris en charge par un artisan que nous avons préalablement sélectionné. 3/ L’équipement du bien en produits d’ameublement, qui peut être coordonnée par un architecte. 4/ La location et la gestion du bien.

Quels types de biens proposez-vous et quels sont les profils de vos clients ?

Nous sommes susceptibles de proposer tous types de biens (maisons, immeubles de rapport…) autofinancés et avec un cash-flow positif. Le prix d’achat moyen d’un bien (qui offre à l’investisseur une rentabilité moyenne comprise entre 7 % et 8 %) est de l’ordre de 300 000 euros, et celui-ci peut être situé aussi bien dans une grande ville que dans une plus petite commune.

Concernant les profils de nos clients (dont nous analysons bien sûr la capacité de financement), ils sont, à ce jour, essentiellement franciliens ou expatriés en Grande-Bretagne et en Suisse. J’ajoute que nous travaillons également avec des clients professionnels (foncières, fonds d’investissement…) qui recherchent des biens à haut rendement et avec beaucoup de travaux à réaliser.

Et surtout, pour tous nos clients, notre accompagnement est à 100 % sur-mesure : derrière chaque recherche, il y a de l’humain. Nous budgétisons tout !

Dans votre approche commerciale, qu’est-ce qui vous distingue des autres plateformes d’investissement locatif ?

Par rapport à la concurrence (notre écosystème compte entre cinq et six autres acteurs à forte empreinte digitale), nous sommes, d’une part, les moins chers du marché : nos honoraires sont fixés à 4 % pour les volets gestion et location du bien immobilier.

D’autre part, et par rapport à nos concurrents, nous accompagnons nos clients dans la recherche de financement, puis nous les conseillons en matière de fiscalité. De plus, nous avons une vision à long terme et pouvons, en ce sens, bien conseiller les investissements que nos clients doivent réaliser.

L’investissement locatif est, sans aucun doute, un marché d’avenir : sur les 1,2 million de transactions immobilières conclues en 2021, 35 % l’ont été dans le cadre d’un investissement pour la location.

Et ce pourcentage progresse d’année en année. Et nul doute que la réforme des retraites, qui devrait refaire surface prochainement, devrait conduire nombre d’investisseurs à se porter vers l’immobilier, qui reste le placement le plus sûr.

Depuis votre lancement en 2018, comment avez-vous grandi et quels sont vos objectifs de développement ?

Nous avons profité de la période du Covid pour bien nous structurer. Notre société, autofinancée à 100 % et rentable, compte aujourd’hui des bureaux à Paris, Lyon, Marseille, Strasbourg, Lille, Nantes, Toulouse et Nice.

En 2021, nous avons réalisé une centaine de transactions (pour environ 400 à 500 mandats décrochés) et notre plateforme internet draine, mensuellement, 5 000 visiteurs. Pour 2022, nous tablons sur 1 000 mandats et environ 150 transactions.

Nous venons, par ailleurs, de nous doter d’un nouveau site web et d’une nouvelle identité, et sommes en phase de recrutement active : pour renforcer nos équipes (nous sommes pour l’heure une vingtaine), nous recrutons des analystes immobiliers, des chasseurs de rentabilité, des développeurs web, des communicants et des marketeurs.

Transférer cet article à un(e) ami(e)