Portails

Vente immobilière interactive : la jeune pousse Winup va lever 600 000 euros

Par Christian Capitaine | le | Actualité

Winup a rejoint, en mars 2021, l'écosystème de la vente aux enchères immobilières sur le web. Comptant, à ce jour, 130 clients agences immobilières, la startup veut donner un coup d’accélérateur à son déploiement commercial et annonce qu’elle va boucler une levée de fonds de 600 000 euros avant fin 2022.

Maxime Larhantec, CEO : «  La vente interactive est idéal pour décrocher des mandats exclusifs.  » - © D.R.
Maxime Larhantec, CEO : «  La vente interactive est idéal pour décrocher des mandats exclusifs.  » - © D.R.

Le canal de l’enchère immobilière hexagonale s’agrandit. Depuis mars 2021, il compte un nouvel acteur : Winup, structure « créée par un professionnel pour des professionnels », comme aime à le rappeler son fondateur, Maxime Larhantec, ancien agent immobilier installé en Bretagne, d’abord au sein d’un réseau de mandataires puis à son propre compte.

« J’ai lancé l’entreprise seul, après une année de travail de mise au point du concept. Aujourd’hui, nous sommes trois. Et après plus d’un an d’activité, nous comptons 130 agences immobilières clientes - indépendantes et sous enseigne : ERA, Century 21, Guy Hoquet, Orpi… - ainsi que quelques mandataires », expose-t-il.

Quels facteurs l’ont convaincu de se lancer dans l’aventure de la vente immobilière interactive, canal de ventes immobilières qui compte désormais, sur le web en France, une petite dizaine d’acteurs ?

« Notre modèle permet de répondre à trois questions : Comment satisfaire un vendeur qui veut vendre au meilleur prix (confronter l’offre à la demande se révèle, en ce sens, très éclairant pour lui) ? Comment aider un acquéreur qui veut s’accorder un peu de temps afin de se positionner sur un bien ? Et enfin, comment aider un agent immobilier à se différencier de ses concurrents, le tout en prenant des mandats exclusifs ?  », répond le créateur de Winup.

Pas de commission prélevée sur les ventes

Après avoir souscrit un abonnement à la plateforme (dont le montant n’a pas été dévoilé à Immomatin mais « qui varie en fonction du nombre d’agences immobilières détenues par le professionnel  », indique le fondateur de la startup), les agences partenaires ont, avant le démarrage de l’enchère, classiquement à leur charge, quatre étapes clés qui structurent la relation client avec vendeurs et acquéreurs : la prise de mandat, l’aide au propriétaire dans la constitution de son dossier de vente, l’organisation des visites et la validation de la capacité financière de l’acquéreur.

Pour la diffusion des annonces, Winup s’appuie sur les portails en précisant qu’il s’agit d’une vente interactive. « Aussi, nous ne prélevons aucune commission sur les ventes réalisées par nos clients. Et ceux-ci, en plus de bénéficier, au départ, de deux heures de formation gratuite, peuvent réaliser avec leur abonnement autant d’enchères qu’ils le souhaitent », ajoute Maxime Larhantec.

Salle d’enchères en marque blanche

Appli Winup - © D.R.
Appli Winup - © D.R.

Puis arrive le jour J de la vente. Le vendeur accède à la salle d’enchères (il a, au préalable, définit un prix de réserve) et reçoit les offres instantanément (le prix de départ est, en moyenne, 15 % à 20 % plus bas que le prix de l’estimation).

Il en choisit une et poursuit le processus classique d’une vente, tout en conservant le dernier mot. « C’est lui qui choisit librement l’acquéreur en fonction de son offre et de son profil financier  », précise-t-on chez Winup.

La salle d’enchères, sous la forme d’une appli, est commercialisée par Winup à ses clients en marque blanche. « Pouvoir la personnaliser pour une agence immobilière (en y intégrant par exemple son logo), permet de renforcer la relation client  », relève le CEO de la startup.  

Un tour de table de 600 000 euros

Depuis son lancement il y a un an et demi, Winup a vu passer sur sa plateforme 230 enchères. Et il est fort à parier que le rythme s’accélère : la jeune pousse va, à horizon six mois, étoffer ses  équipes commerciales de quatre nouveaux collaborateurs, ainsi que de nouveaux formateurs.

Pour financer ces prochaines étapes, qui la mèneront également à travailler dans un pays limitrophe de la France en septembre 2023, Winup annonce qu’elle bouclera, avant la fin de l’année 2022, une levée de fonds de 600 000 euros. « Outre des investisseurs « classiques », mon but est de faire entrer mes clients au capital de l’entreprise », confie Maxime Larhantec. A bon entendeur…

Transférer cet article à un(e) ami(e)