Franchise

« S’intéresser à l’acquéreur revêt une importance primordiale » (X. Bras, Synapse-Immobilier)

Par Christian Capitaine | le | Réseau de mandataires

Ancien mandataire chez Capifrance, Xavier Bras a cofondé à Bordeaux, en janvier 2021 avec son associée Valérie Decool, l’agence Synapse-Immobilier spécialisée dans la transaction dans l’ancien. Sa particularité : s’appuyer, grâce au big data et à l’intelligence artificielle, sur un outil de matching afin que se rencontrent vendeurs et acquéreurs.

Xavier Bras, cofondateur de Synapse-Immobilier - © D.R.
Xavier Bras, cofondateur de Synapse-Immobilier - © D.R.

Lancer un nouveau concept d’agence immobilière en pleine crise du Covid, n’est-ce pas risqué ? 

Au contraire, c’est le bon moment ! Le climat est, certes, anxiogène. Mais nous allons prendre le temps nécessaire pour bien nous lancer. Et une fois la crise derrière nous, tout le travail de préparation qu’il convient de déployer pour ce type de projet aura ainsi été réalisé. Et nous serons fin prêts ! Nous demeurons, par ailleurs, convaincus d’une chose : en sortie de crise, la demande sera forte.  

Quels facteurs vous ont décidés de créer Synapse-Immobilier ? 

Pour répondre, il convient au préalable de rappeler notre parcours professionnel. Le concept de Synapse-Immobilier, à fort empreinte numérique, peut tout d’abord s’appuyer sur l’expertise de Valérie Decool, qui a travaillé plusieurs années pour de grands groupes du secteur du luxe pour leur pôle communication, ainsi que pour des agences digitales.

Valérie Decool, cofondatrice de Synapse-Immobilier
Valérie Decool, cofondatrice de Synapse-Immobilier - © D.R.

Pour ma part, après avoir exercé plus de vingt ans dans le domaine du high-tech au sein d’entreprises américaines, j’ai embrassé une carrière de mandataire immobilier, qui a duré un an et demi, au sein du réseau Capifrance, jusqu’en 2020. J’ai ainsi pu analyser et comprendre les limites de leur modèle.

C’est-à-dire ? 

Dans ces grands réseaux, il est tout d’abord difficile, sur un même périmètre géographique, de se distinguer des autres mandataires. De plus, leur stratégie fait essentiellement la part belle à la quête du mandat de vente.

Or, nous sommes convaincus, chez Synapse-Immobilier, que s’intéresser à l’acquéreur revêt également une importance primordiale.

Ainsi, pour que vendeurs et acheteurs se rencontrent plus facilement, nous avons déployé un outil de matching qui s’appuie sur le big data et l’intelligence artificielle. 

Comment fonctionne cet outil de matching ?

Nous commençons par réaliser des campagnes d’informations ciblées sur les réseaux sociaux (pour l’heure sur facebook) et sur les forums, via l’envoi de questionnaires, afin de récolter des données acheteurs. Nous demandons par exemple à ces potentiels acquéreurs : « Où vivez-vous ? », « Quels types de biens recherchez-vous », « Quels environnements privilégiez-vous ? » « Quel est votre mode de vie ? », etc.

Et une fois que nous rentrons un mandat, nous poussons cette offre sur les réseaux sociaux et sur les forums aux personnes susceptibles d’être intéressées par le bien à vendre. Ainsi, nous réalisons, en amont, un vrai travail de collecte d’informations. Avec cette ambition : connaître le mieux possible les futurs acquéreurs. 

Et quid de vos équipes commerciales sur le terrain ? 

Nous n’oublions pas, bien sûr, la dimension humaine inhérente à l’activité d’un agent immobilier. Aux futurs mandataires - notre objectif est de pouvoir nous appuyer, à horizon fin 2021, sur une dizaine d’agents commerciaux - nous leur livrons également, depuis le siège, l’ensemble des outils technologiques et digitaux, déclinés également à travers la visite virtuelle, le logiciel de transaction Hektor et l’accès aux principaux portails d’annonces (notre pack est à 89 euros HT par mois). Et ainsi, nos mandataires peuvent pleinement se concentrer sur leur relation avec la clientèle.

Transférer cet article à un(e) ami(e)