Franchise

Keymex Immobilier table sur un doublement du nombre de ses franchisés en 2021

Par Christian Capitaine | le | Réseau de franchisés

Spécialisée dans la transaction, la franchise Keymex Immobilier puise son originalité dans le développement de centres d’affaires qui fédèrent plusieurs acteurs-clés de la chaîne immobilière. Rappel de la genèse du projet, explication de son concept et ambitions de développement avec Frédéric Simon, son président.

Les centres d’affaires Keymex occupent une surface comprise entre 500 et 1 000 mètres carrés - © D.R.
Les centres d’affaires Keymex occupent une surface comprise entre 500 et 1 000 mètres carrés - © D.R.

Pouvez-vous rappeler la genèse de Keymex Immobilier ? 

Ancien multi-franchisé de l’immobilier traditionnel pendant plusieurs années, j’ai lancé Keymex Immobilier en 2016 avec cette ambition : créer un nouveau modèle économique de franchise immobilière qui s’appuie sur des centres d’affaires avec, à leur tête, non pas des profils commerciaux mais des femmes et des hommes dotés d’un profil de manager et de gestionnaire de PME.

Autre idée forte de notre concept : réunir, au sein de nos centres d’affaires, un écosystème qui fédère plusieurs pôles d’activités. Concrètement, l’objectif est de pouvoir y rassembler des partenaires-locataires telles que des sociétés de courtage en immobilier, des entreprises du Bâtiment ou encore des diagnostiqueurs etc.

Frédéric Simon, président de Keymex Immobilier - © D.R.
Frédéric Simon, président de Keymex Immobilier - © D.R.

Quels sont les autres points-clés de votre concept ? 

Il y en a plusieurs. D’abord, nous sommes développés en franchise, depuis 2018, dans des agglomérations de minimum 300 000 habitants. Pour pouvoir ouvrir un centre d’affaires, dont la surface est comprise entre 500 et 1 000 m2, il faut compter, au départ, sur une enveloppe comprise entre 400 000 et 500 000 euros, dont 50 % en apport personnel afin de financer le besoin en fonds de roulement (BFR).

La franchise Keymex Immobilier est également spécialisée dans la transaction immobilière, aussi bien dans le tertiaire que dans l’ancien, et bientôt dans le neuf. Nous couvrons tous les segments de marché, jusqu’au haut de gamme. Le fait de développer des centres d’affaires est, d’ailleurs, souvent un gage de sérieux et de professionnalisme pour les personnes qui veulent vendre des biens prestigieux tels que des manoirs.

Enfin, nous faisons grand cas de la formation : tous les négociateurs qui travaillent dans nos centres d’affaires ont, avant leur intégration, suivi un parcours intensif de formation de dix-huit semaines. 

Quels sont les profils des négociateurs des franchises de Keymex immobilier ? 

Ils sont recrutés par le franchisé et ont un statut d’agent commercial indépendant. Alors que Keymex Immobilier travaille à 80 % en mandats exclusifs (nous privilégions la qualité et non pas la quantité), ils jouissent d’une forte rémunération, soit le double de celle de l’univers de la franchise immobilière traditionnelle. Percevant entre 60 % et 90 % de la commission, nos agents commerciaux touchent également des revenus supplémentaires de nos partenaires-locataires lorsqu’ils sont, pour eux, apporteurs d’affaires.

Enfin, même s’ils ne s’occupent ni de leur formation ni de leur accompagnement, ils perçoivent également de leurs filleuls un pourcentage sur le chiffre d’affaires réalisé par ce dernier. J’ajoute que chaque centre d’affaires s’appuie, pour son fonctionnement au quotidien, sur un ou deux coachs en fonction du nombre de conseillers dans le centre, un chargé de communication et marketing pour accompagner à la fois le négociateur et le franchisé, et un assistant administratif et comptable.  

Comment s’est développée la franchise Keymex Immobilier depuis son lancement ? 

Le lancement de la franchise date de 2018. Et depuis, nous avons ouvert, en France, 25 centres d’affaires franchisés. Notre objectif est de doubler ces effectifs d’ici fin 2021. Même ambition du côté des agents commerciaux : alors qu’ils étaient 280 début 2020, ils sont désormais 700, et notre ambition est de doubler ce nombre à la fin de l’année prochaine.

Dans notre mire, nous avons ciblé plusieurs villes où nous souhaitons y installer des centres d’affaires : les agglomérations de Metz, Nancy et Strasbourg, la zone d’Annecy et de Grenoble, la région lyonnaise (pour y ouvrir un deuxième centre), celle de Cannes et de Nice, la ville de Perpignan et enfin le Pays basque et la région toulousaine.

Deux derniers chiffres : un centre d’affaires Keymex Immobilier est amené à rassembler, au bout de quatre ans, une centaine de négociateurs commerciaux, et réaliser un chiffre d’affaires compris entre 3 et 5 millions d’euros.

Transférer cet article à un(e) ami(e)