Franchise

« Devenir le leader européen de l’investissement locatif » (Thierry Vignal, Masteos)

Par Christian Capitaine | le | Agence immobilière indépendante

Masteos boucle un tour de table de 40 millions d’euros. Cette opération devrait permettre à cette startup en hyper-croissance d'être présente, fin 2023, dans les 50 plus grandes villes de France et voir ses effectifs atteindre, à cet horizon, les 500 collaborateurs.

Masteos envisage de recruter 500 nouveaux collaborateurs en 2023. - © D.R.
Masteos envisage de recruter 500 nouveaux collaborateurs en 2023. - © D.R.

« Cette opération démontre toute l’excitation actuelle des fonds pour la proptech, secteur hier oublié par les investisseurs. Et si nous attirons autant de capitaux, c’est parce qu’avec l’immobilier, nous traitons du tangible, des actifs tangibles.  »

Thierry Vignal, PDG et fondateur de Masteos, peut se frotter les mains. L’hyper-croissance, dynamique sur laquelle est installée sa startup depuis sa fondation en 2019, n’est pas prête de s’essouffler (ses revenus devraient approcher, selon le PDG, les 25 millions d’euros en 2022, après 6 millions en 2021 et 2 millions en 2020).

10 % du capital détenu par les salariés

Neuf mois après un tour de table de 15 millions d’euros, elle vient d’annoncer, ce lundi 13 juin 2022, avoir bouclé une levée de fonds de 40 millions d’euros (Série A) auprès de DST Global Partners, de Daphni et de ses propres salariés, (ces derniers ont souscrit à hauteur de 10 %, soit, en moyenne, entre 10 000 et 20 000 euros par actionnaire-salarié). « Gabriel Klein, notre CTO depuis fin 2021 et ancien de chez Qonto, a personnellement investi 3 millions d’euros », relève Thierry Vignal.

L’organisation du capital de Masteos, société valorisée à hauteur de 125 millions d’euros, s’établit désormais comme suit : « Une bonne moitié détenue par moi et mes associés, un tiers par DST Global et Daphni et le reste par nos salariés », précise ce dernier à ImmoMatin.

Ambition européenne

Spécialisée dans l’accompagnement des particuliers pour l’ensemble des étapes de leur investissement locatif en leur fournissant une prestation clés en main (sélection, rénovation et ameublement du bien immobilier, modélisation de ses performances, mise en location et gestion locative), Masteos n’a pas fini de grandir.

Thierry Vignal, PDG de Masteos - © D.R.
Thierry Vignal, PDG de Masteos - © D.R.

« Il y a un an, nous étions présents dans 7 villes de France, contre 21 aujourd’hui. Fin 2023 notre objectif est le suivant : être implantés, avec nos équipes de salariés, dans les 50 plus grandes villes du pays », affirme son PDG.

Après la Belgique fin 2021 et l’Espagne début 2022, le Royaume-Uni et Allemagne figure également dans sa mire ; en attendant l’Italie, les Pays-Bas et le Portugal en 2023.

1 000 projets réalisés en 3 ans

Cet investissement de 40 millions d’euros devrait également permettre à Masteos d’accélérer sur le plan RH. Comptant, à ce jour, 320 salariés (chasseurs immobiliers, architectes, artisans du bâtiment…) et environ 80 free-lance, la société, implantée partout physiquement là où elle opère (« cette présence interventionnelle nous permet, contrairement à la concurrence, un contrôle total de l’exécution de nos tâches », précise Thierry Vignal), envisage, dès cette année, de recruter 300 nouveaux collaborateurs et 500 autres en 2023.

Avec près de 1 000 projets réalisés depuis sa création il y a trois ans (dont 416 actuellement sous promesse de vente), la startup vise également, grâce à ce tour de table, à poursuivre le développement de sa technologie, soit la mise en place de la digitalisation de l’ensemble du process d’investissement locatif sur une application : recherche du bien, transaction, suivi du chantier, suivi de la performance locative sur smartphone, etc.

Et telle est, à terme, l’ambition de Masteos :  « Devenir le leader européen de l’investissement locatif », affirme son PDG.

Transférer cet article à un(e) ami(e)