Kize : l’accélérateur de business des promoteurs immobiliers


Le mardi 08 octobre 2019 | Sites pour les professionnels
Kize -
Opérationnelle depuis avril 2019, la startup Kize, co-fondée par Benoît Perrot et Bertrand Frey, agit comme un accélérateur de business pour les promoteurs immobiliers grâce à son algorithme émotionnel. Explication.

Spécialiste, à la tête d’une société de conseils en immobilier d’entreprise, Benoît Perrot fait en 2016 ce constat sur le marché de l’immobilier de logements neufs. « Dans la peau du futur acquéreur, trouver un bien sur le web, où 85 % des demandes sont exprimées, s’apparente à un parcours du combattant : non seulement les critères de recherches s’avèrent toujours les mêmes, à savoir la situation géographique, le prix et le nombre de chambres ; mais en plus dans la jungle des programmes, entre les promoteurs, les commercialisateurs, les conseils en gestion de patrimoine et j’en passe, on est perdu ! »

Un investissement initial de 1,2 million d’euros

Pour retrouver le droit chemin et plus de fluidité, le marché doit, selon lui, adopter la posture suivante : « Se tourner vers l’acquéreur », c’est-à-dire, « lui donner les moyens d’exprimer ses besoins dans une technologie capable de lui présenter, en retour, le logement qui lui convient le mieux. » Avril 2019 : après de longs mois de travail, 1,2 million d’euros investis par les deux fondateurs (Benoît Perrot et son ami Bertrand Frey), et une levée love money, Kize et son algorithme baptisé « Algorimmo » prennent leur envol. « On parle d’un algorithme émotionnel nouvelle génération, précise Benoît Perrot, qui permet au futur acquéreur de dénicher le bien qui correspond le mieux à ses valeurs, ses convictions, son mode de vie ou son art de vivre. »

Concrètement, celui-ci renseigne d’abord sur la plateforme web de l’entreprise une première série de critères (Est-il aventurier ? Intellectuel artiste ? Gourmet épicurien ?). Ensuite, les conseillers en patrimoine immobilier de Kize (ils sont douze) prennent le relais. « Avec eux, le futur propriétaire va affiner sa recherche, en fournissant d’autres critères. Il verra ensuite son dossier se constituer et se finaliser, précise le co-fondateur. Nous fonctionnons, en somme, comme une société de conseil patrimonial, avec cette volonté affirmée de conserver cette relation humaine. »

Un catalogue de plus de 20 000 appartements

Kize tire ses revenus des transactions réalisées par les promoteurs immobiliers (la startup touche en moyenne 6,5 % de leurs montants). « Les promoteurs - nous comptons une cinquantaine de partenaires, dont les dix plus gros nationaux - sont nos mandants, précise Benoît Perrot. Ils nous confient leurs stocks. » Et d’ajouter : « Nous comptons sur un catalogue de plus de 20 000 appartements et réalisons, en moyenne, deux ventes par semaine.  »

Mais Kize veut aller plus vite. Pour ce faire, la plateforme a décidé de s’appuyer sur deux nouveaux relais de croissance. D’abord, les banques, « les premiers vendeurs d’appartements en France, rappelle le co-fondateur, avec qui nous sommes sur le point de signer des partenariats ». Puis les quelque 12 000 conseillers en gestion de patrimoine installés en France. « Le but, précise Benoît Perrot, c’est de leur fournir un accès à notre plateforme pour qu’ils connaissent mieux le profil immobilier de leurs clients, gagner un temps record dans la proposition de biens argumentée et, en cas de vente d’un bien, de leur verser jusqu’à 85 % de notre rémunération. » Et pour accélérer encore, Kize prépare pour la fin du premier trimestre 2020 une levée de fond. Objectif : recruter de nouveaux collaborateurs et booster l’algorithme.

Par Christian Capitaine

Transférer cet article à un ami