Digit RE Group passe officiellement aux mains de LFPI


Par Gaëlle Fillion | le vendredi 18 janvier 2019 | Réseaux - Franchise
Digit RE Group passe officiellement aux mains de LFPI

L’opération était attendue depuis l’été dernier : la société d’investissement LFPI devient actionnaire majoritaire de Digit RE Group. La holding de la famille Pinault, Artemis, qui détenait le groupe immobilier jusqu’alors, reste minoritaire. Parmi les priorités stratégiques du nouvel actionnaire : accélérer les investissements technologiques.

Axel Springer était dans la course, tout comme Nexity ou Foncia. C’est finalement le dossier de la société de gestion d’actifs LFPI qui avait eu les faveurs d’Artemis pour le rachat de la majorité du capital de Digit RE. Cinq mois après le début des négociations exclusives, l’acquisition a été finalisée fin 2018 et annoncée début 2019. Le montant de la transaction et la structure exacte de l’actionnariat n’ont pas été communiqués.

3800 mandataires et 20 000 ventes revendiquées en 2018

Les huit filiales du groupe immobilier passent donc sous le giron de LFPI : les réseaux de mandataires Capifrance, Optimhome et Refleximmo, le site d’évaluation Drimki, le portail Immobilier-neuf.com, le réseau d’espaces Coworkimmo, la structure de formation Fice ainsi que Dili.fr, un service de marchand de biens en ligne lancé au printemps 2018.  

Surprise : Artemis, qui avait racheté Capifrance et Optimhome en 2011, conserve une part minoritaire du gâteau. "Pour nous distinguer de nos concurrents, nous avons proposé une offre donnant la possibilité à Artemis de rester à nos côtés. C’était aussi une manière de nous assurer que le Digit RE avait un fort potentiel de croissance", explique Olivier Lange, directeur général de LFPI Gestion.  Cette entreprise d’investissement généraliste avait déjà un pied dans l’immobilier avec un portefeuille de 200 immeubles en France, en Allemagne, en Autriche et en Italie. C’est en revanche sa première opération dans l’univers des mandataires et des services technologiques immobiliers. A noter que plusieurs membres du comité exécutif de Digit RE ont investi ou réinvesti à titre personnel dans le capital du groupe.

« Ne pas courir mille lièvres à la fois »

Pour 2018, Digit RE annonce un chiffre d’affaires consolidé de 172.6 millions d’euros en Europe (incluant donc l’activité d’Optimhome en Allemagne et au Portugal), soit + 5% par rapport à 2017.

La priorité du groupe en 2019, c’est d’abord d’assurer la continuité et le développement des projets actuels, notamment Dili, "encore en phase d’observation et d’expérimentation". Désireux de renforcer ses positions historiquement lacunaires dans les grandes villes et de réinvestir la dimension physique de l’immobilier, le groupe entend aussi poursuivre le développement de ses agences « vitrées » baptisées L’Atelier Capi, avec 4 nouvelles ouvertures d’ici l’été prochain, contre 7 ouvertes à ce jour.

"Nous voulons exécuter parfaitement tout ce que nous savons faire, là où on sait le faire. Notre développement, nous ne l’envisageons pas seulement à travers le recrutement ; nous voulons surtout amener nos conseillers au succès", assure Olivier Colcombet, PDG de Digit RE Group. Pour ce faire, Digit RE entend accélérer ses les investissements technologiques autour de la data, de la qualification des leads, du marketing automation. "Le groupe a été pionnier dans le développement d’outils digitaux. Il faut maintenant investir dans de nouvelles fonctionnalités pour renforcer l’efficacité des outils", résume Olivier Lange. Le groupe n’exclut pas d’intégrer de nouvelles technologies par croissance externe.

"Alors que le marché immobilier oscillera entre -3 % et 0 % cette année, nous visons +10 % de notre chiffre d’affaires pour 2019", conclut Olivier Colcombet.

Transférer cet article à un ami