Portails

CapiFrance met l’accent sur l’immobilier d’entreprise

Le | Sites pour les professionnels

Cette année, le réseau de mandataires prévoit de se positionner sur un marché jusqu’ici inexploité par l’enseigne : celui des commerces et des entreprises. En plus de développer son maillage territorial, CapiFrance devrait accompagner, par le biais de la formation, ses conseillers immobiliers

CapiFrance met l’accent sur l’immobilier d’entreprise - © D.R.
CapiFrance met l’accent sur l’immobilier d’entreprise - © D.R.

Se différencier des réseaux de mandataires en affinant son expertise : telle est l’ambition de CapiFrance. Racheté fin 2011 par la holding de François Pinault, le réseau de 1500 conseillers immobiliers a choisi de poursuivre son développement en renforçant sa filière commerces et entreprises. « Même si l’ADN de CapiFrance est l’habitation immobilière, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait des ventes additionnelles à réaliser dans la filière des commerces et des entreprises et que nos conseillers spécialisés n’avaient pas un rayonnement assez important pour avoir une lecture du marché suffisamment précise », explique David Messica, directeur commerce.

Un effectif renforcé d’ici deux ans

Pour performer sur ce segment de marché, le réseau prévoit de consolider son maillage territorial. De 120 spécialistes en commerces et entreprises, CapiFrance souhaite passer à 240 d’ici deux ans, en partie par la voie du recrutement. Cette année, ces spécialistes pourront devenir des référents métiers sur des thématiques aussi variées que les salons de coiffure, les brasseries, les immeubles mixtes, les demandes de financement… Et ainsi accompagner, sur le terrain, les conseillers non-spécialistes souhaitant apporter une réponse de proximité à leurs clients. Un dispositif rendu possible grâce à la pluralité des profils qui appartiennent au réseau. « Comme nos conseillers, qui ont généralement entre 40 et 45 ans, ne sont pas tous issus du monde de l’immobilier, nous capitalisons sur leurs spécialités acquises lors de leur carrière précédente », souligne David Messica. En parallèle, des actions de sensibilisation devraient être conduites envers 300 conseillers de l’immobilier traditionnel. « Nous souhaitons, grâce à des modules de formations, que ces conseillers soient des apporteurs d’affaires pour la filière commerces et entreprises », explique-t-il.

Un segment de marché prometteur

Si le réseau de mandataires, qui a enregistré un chiffre d’affaires de 53 millions d’euros en 2013, renforce son expertise dans l’immobilier de commerce et d’entreprises, c’est également car ce marché conserve un certain dynamisme, à l’inverse de celui des particuliers. D’après le baromètre du Bulletin Officiel des annonces civiles et commerciales, le volume d’investissement annuel est de 16 milliards d’euros depuis 2011. « Si le nombre de transactions stagne, le montant moyen de chaque vente est en hausse, ce qui fait de ce marché le plus rentable des actifs immobiliers », conclut David Messica.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un(e) ami(e)