Portails

Immobilier de prestige : les réseaux leaders poursuivent leur dynamique de croissance

Par Christian Capitaine | Le |

Dans un contexte de résilience de l’immobilier de prestige en France, ainsi que l’a démontré la dernière étude du portail Belles Demeures (Groupe SeLoger), cinq acteurs de ce segment de marché (Daniel Féau, Junot Immobilier, Sotheby’s International Realty, Consultants Immobiliers et Coldwell Banker Europa Realty) particulièrement actifs à Paris, dressent un bilan de leur activité à l’issue du second semestre 2022.

Copyright : Daniel Féau, réseau d’immobilier de luxe en France - ©  D.R.
Copyright : Daniel Féau, réseau d’immobilier de luxe en France - ©  D.R.

Résilience. C’est, selon Belles Demeures, le terme qui sied le mieux au marché de l’immobilier de prestige en France, et alors que le contexte conjoncturel, rappelle le portail du Groupe SeLoger, reste marqué par une situation macro-économique et géopolitique chahutée.

Ainsi, à fin juin 2022, les prix de l’immobilier dudit segment affichent une progression, sur douze mois, de 1,9 %. Surtout, ce sont les maisons qui lui permettent d’afficher cette résilience, avec des hausses, depuis le premier confinement de mai 2020, de 14 % pour atteindre près de 6 900 euros du m2. A l’inverse, pour les appartements, les prix ont chuté, sur cette même période, de 5 % (près de 7 800 euros le m2).

La quête d’un environnement privilégié

Que recherchent en priorité les porteurs de projets immobiliers sur le segment du prestige ? « Principalement, un environnement privilégié, répond Thomas Lefebvre, vice-président data & science du Groupe SeLoger et Meilleurs Agents. Ils veulent changer de cadres de vie. Ils veulent plus d’espace et un extérieur. » Et pour eux, l’immobilier de prestige reste une valeur refuge, « puisqu’il s’agit, pour 68 % des futurs acquéreurs, d’un placement sûr. »

Parmi les secteurs géographiques les plus demandés figurent, notamment, la Côte d’Azur. Concentrant 17,2 % des annonces de maisons de luxe, la région enregistre une hausse des prix pour ce type de biens de 10,5 % sur les deux dernières années (10 912 euros le m2).

Dans cette même veine, « les maisons en Provence connaissent un franc succès, reprend-on chez Belles Demeures, avec une hausse des prix de 23,2 %. » Mais c’est surtout sur la côte Atlantique et en Bretagne que les prix des maisons de luxe ont flambé : respectivement + 28,2 % et + 29,3 % sur deux ans. Enfin, les Alpes restent des emplacements privilégiés des biens d’exception avec des maisons dont le prix bondit de 16 % sur deux ans, avec des biens autour de 7 200 euros le m2.

Nicolas Pettex-Muffat, Daniel Féau : « Une rentrée de septembre qui devrait être très animée »

Réseau d’agences immobilières expertes du segment du luxe à Paris, Daniel Féau peut se frotter les mains. Au premier semestres 2022, il a vu ses ventes de biens situés au-delà de 3 millions d’euros exploser par rapport au premier semestre 2019, soit une activité en hausse de 180 %.

« Les acquéreurs sont essentiellement parisiens, et recherchent des appartements dans le 7e arrondissement, l’Ouest parisien et les beaux départements de l’ouest de la capitale », précise Nicolas Pettex-Muffat, directeur général du groupe.

Avant de constater avec force : « Alors que la panique enfle, en France, face à la situation du pouvoir d’achat, il est tout à fait clair, dans la tête des acquéreurs de biens de luxe, qu’il vaut mieux emprunter à 3 % avec une inflation à 8 % (soit le scenario qui se dessine, NDLR), plutôt qu’avec des taux d’emprunt à 1,7 % et une inflation à 5,2 %. Ce différentiel existant entre inflation et taux d’emprunt qui va croissant est une incitation à investir. Et si l’euro reste faible par rapport au dollar, la rentrée de septembre devrait être très animée sur notre segment de marché du luxe. » 

Franck Sylvaire, Sotheby’s International Realty : « Un attrait énorme pour les maisons à Neuilly  »

Autre réseau d’immobilier de prestige bien implanté à Paris, Sotheby’s International Realty (un prix moyen de la transaction à 2,1 millions d’euros), affirme, par la voix de Franck Sylvaire, président de ses agences Paris Ouest, que « l’immobilier de luxe dans la capitale et en France ne s’est jamais aussi bien porté. »

Après une activité en hausse de 30 % en 2021 et un premier trimestre 2022 encore très dynamique, Sotheby’s International Realty constate toutefois, depuis la guerre en Ukraine et les échéances électorales (présidentielles et législatives) « un marché un peu à l’arrêt, surtout du fait d’une moindre appétence des clients français pour l’achat immobilier. »

Mais heureusement, « les clients internationaux, américains en tête, ont pris le relai, observe Franck Sylvaire, en devenant propriétaires de biens dont les prix oscillent entre 2 et 7 millions d’euros et situés dans des quartiers tels que la Madeleine, le 16e arrondissement ou ceux du cœur de la capitale. »

Et ce dernier de poursuivre : « Depuis le Covid, nous enregistrons à Neuilly-sur-Seine (92), un attrait énorme pour les maisons, les hôtels particuliers avec jardin ou encore les appartements, duplex et rez-de-jardin avec extérieur. Récemment, une maison avec jardin présentée à 5,2 millions d’euros a généré 25 visites en 48 heures !  »

Sébastien Kuperfis, Junot Immobilier : « Lille bénéfice à plein de l’engouement des Parisiens »

Forte de quinze agences immobilières à Paris spécialisées dans l’immobilier de luxe, la marque Junot Immobilier constate que les quartiers du nord de la capitale (9e, 10e et 18e, arrondissements) - « là où les commerces et les beaux appartements sont en nombre », selon son président Sébastien Kuperfis - ont pris beaucoup de valeur depuis dix ans et restent très recherchés pour leur ambiance et leur relative mixité.

Sébastien Kuperfis ajoute : « A Lille, où nous venons d’ouvrir une agence, ville très agréable et où les prix de l’immobilier restent raisonnables (entre 5 000 et 6 000 euros le m2 dans la vieille ville), beaucoup de Parisiens acquièrent de l’immobilier, soit pour y vivre à plein temps, soit pour y télé-travailler. Cette ville bénéficie en effet à plein de l’engouement des Parisiens qui y trouvent un mode de vie très agréable et une intégration rapide, à une heure à peine en train de la capitale. » 

Laurent Demeure, Coldwell Banker Europa Realty : « Les acquéreurs internationaux sont de retour »

Enfin, le réseau de franchisés Coldwell Banker Europa Realty, qui affiche une hausse de son activité de 7,2 % depuis le début de l’année, l’affirme par la voix de son président, Laurent Demeure : « A Paris, les acquéreurs internationaux sont de retour, notamment les Américains, les Anglais, les Nord-européens, ainsi que les jeunes russes fortunés qui jugent la pierre comme un actif sécurisé. »

Et d’ajouter : « Les acquéreurs n’arbitrent plus uniquement avec le prisme « cadre de vie » comme depuis la sortie du Covid, mais aussi avec un logique d’investissement sur le long terme. »

Jonathan Sitbon, Consultants Immobilier (Paris Victor Hugo)

« Dans les beaux quartier parisiens, l’offre, bien qu’un peu plus importante en volume, reste faible. Et surtout toujours aussi rare en qualité. Quant à la demande, elle reste beaucoup plus importante que l’offre. Et tant que ce déséquilibre demeurera, aucune baisse en valeur du marché n’est à prévoir. D’autant que les taux restent à des niveaux très bas. »

Transférer cet article à un(e) ami(e)