Portails

Colocation : SpareRoom rachète Appartager

Par Christian Capitaine | le | Actualité

La plateforme britannique de colocation SpareRoom vient d’officialiser le rachat du Français Appartager, entité de Roomgo. Motivations et objectifs de cette opération avec Rupert Hunt, CEO et fondateur de SpareRoom.

Rupert Hunt, CEO et fondateur de SpareRoom
Rupert Hunt, CEO et fondateur de SpareRoom

Appartager a trouvé un nouveau refuge. Le site français de colocation (3,5 millions d’utilisateurs dans l’Hexagone depuis sa fondation en 2001), vient d’intégrer le giron du Britannique SpareRoom, autre plateforme de colocation lancée en 2004, qui revendique le statut de leader au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, avec respectivement 10 millions et 1,5 million d’utilisateurs.

Appartager, « une marque reconnue et populaire »

« Nous avions, par le passé, déjà acquis de plus petits concurrents en Grande-Bretagne et outre-Atlantique. Mais il s’agit, avec cette opération, de notre première acquisition d’envergure en Europe, relève Rupert Hunt, CEO et fondateur de SpareRoom. Ce projet nous motive grandement. Nous sommes très impatients de nous développer en France afin d’accroître notre base mondiale de plus de 11 millions d’utilisateurs. »

Cette acquisition, dont le montant est gardé confidentiel, s’inscrit dans une opération plus large encore puisqu’elle intègre le rachat de la plateforme Roomgo, l’ancien propriétaire d’Appartager présent dans près de vingt pays. « Voilà plusieurs années que nous regardons avec attention le marché français de la colocation. Nous avons toujours envisagé de lancer une entité de SpareRoom en France, poursuit Rupert Hunt. Acquérir Appartager nous offre ainsi la possibilité de nourrir cette ambition en nous appuyant sur une marque reconnue et populaire. »

Un budget marketing multiplié par dix

Décidé à « mettre à profit son expérience dans la gestion de sites acquise au Royaume-Uni et aux Etats-Unis pour moderniser et optimiser la plateforme Appartager », SpareRoom se fixe plusieurs objectifs. « A court terme, reprend son CEO, nous allons investir du temps dans le développement produit, puis nous améliorerons la satisfaction client. Enfin, nous investirons davantage dans le marketing, avec l’ambition de multiplier par dix le budget qui lui est consacré. » Autre objectif à horizon proche : « Regagner des parts de marché en France et redevenir le leader du secteur à la fin de l’année 2020. »

La colocation, une arme anti-crise

Et lorsqu’on interroge Rupert Hunt sur le potentiel de développement de la colocation en France, il confie : « Les loyers dans les grandes villes y ont considérablement augmenté ces dernières années. Et la crise du Covid-19 devrait prochainement affecter la situation de financière de nombreuses personnes, y compris dans les années qui viennent. Dans ce contexte, le recours à la colocation devrait progresser, comme ce fut d’ailleurs le cas après le krach financier de 2008. »

Transférer cet article à un(e) ami(e)