Logiciels

Logiciels : Enova et Arkiane se rapprochent pour constituer Octrolis

Par Christian Capitaine | le | Logiciels de gestion

Spécialistes des logiciels de locations de vacances immobilières, les éditeurs Enova (déployé sur le littoral) et Arkiane (qui compte ses places fortes dans les Alpes) se sont rapprochés pour constituer le groupe Octrolis (Enova étant vendu pour un montant tenu confidentiel). Alain Gilbert, ex-PDG d’Enova, explique les raisons qui l’on convaincu de céder son entreprise. Et Olivier Charbaut, PDG d’Octrolis, dévoile ses ambitions de développement.

Olivier Charbaut (PDG d’Octrolis) et Alain Gilbert (ex-PDG d’Enova) - © D.R.
Olivier Charbaut (PDG d’Octrolis) et Alain Gilbert (ex-PDG d’Enova) - © D.R.

Quelles raisons vous ont convaincu de céder votre entreprise ?

Alain Gilbert (Enova) : C’est le fruit d’une décision que j’ai prise il y a plusieurs mois, et qui a coïncidé avec ma volonté de faire valoir mes droits à la retraite.

Avec Olivier Charbaut, que je connais bien puisque nous sommes liés, tous les deux, par le monde de l’édition, et plus spécifiquement sur le segment des logiciels de tourisme dans le domaine de la location de vacances (Arkiane étant déployé à la montagne, dans les Alpes, et Enova sur le littoral), nous avons toujours entretenu de bonnes relations.

Je me suis alors ouvert à lui et lui ai fait part de mon souhait de céder mon entreprise. Nous avons discuté de façon très ouverte de cette opportunité. Puis le processus, s’est enclenché très rapidement. Qu’Enova intègre ce nouveau groupe, Octrolis, m’est apparu comme la solution idéale : l’idée d’Oliver étant de conserver deux projets complémentaires.

Avez-vous été approchés par d’autres acteurs ?

A. G. : Oui, j’ai été, à plusieurs reprises, approché par d’autres groupes. Mais je n’ai jamais voulu donner de suites. J’avais vraiment à cœur que le projet d’Enova perdure et reste cohérent. Et, avec les autres partenaires potentiels, cela n’était, de ce point de vue, pas possible.

Pouvez-vous rappeler le cœur de métier d’Enova ?

A. G. : Enova est éditeur de logiciels spécialisés dans la gestion immobilière. Et ce, dans ses deux principaux aspects : la gestion locative de vacances et la gestion locative à l’année, qui sont l’objet de deux logiciels différents, même s’ils reposent sur la même technologie.

La société compte, aujourd’hui, un peu plus de 300 clients agences immobilières, avec une très forte implantation sur le littoral, du nord de la France jusqu’au Pays basque, en passant la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Depuis plusieurs années, Enova poursuit une croissance régulière de son activité, de l’ordre de 4 à 5 % par an. Et le but est de continuer cette trajectoire en consolidant les métiers et les compétences.

Pourquoi avez-vous décidé de racheter Enova pour constituer, avec votre entité historique Arkiane, le groupe Octrolis ?

Olivier Charbaut : Le premier élément qui m’a convaincu de réaliser cette opération est la bonne entente que nous nouons, depuis longtemps, avec Alain Gilbert. Aussi, notre vision du métier est proche à bien des égards, et notamment pour tout ce qui concerne le management des équipes, qui doit être, selon nous, bienveillant et humain. Nous sommes également tous les deux convaincus qu’il est important de laisser de l’autonomie aux salariés et de déléguer en confiance.

Deuxième point de rapprochement qui a pesé en faveur de cette décision : la complémentarité des offres des deux entreprises. Complémentarité, d’une part, sur le plan géographique, avec cet aspect de la saisonnalité puisque les clients agences immobilières d’Enova ont une grosse activité l’été alors que les clients d’Arkiane (ils sont environ 150 et très essentiellement des agences indépendantes) ont davantage une activité forte durant l’hiver.

Enfin, il est également intéressant de réunir, au sein d’une même structure, deux logiciels complémentaires sur le plan technique, ce qui va nous permettre de couvrir tous les besoins du marché. Pour rappel : Enova étant un logiciel agile et précurseur en matière d’outil de gestion full web, à contrario d’Arkiane qui est, lui, encore caractérisé par une partie physique à installer chez le client.

Octorolis va donc continuer à décliner les deux entités ?

O. C. : Absolument. Le but, c’est qu’il n’y ait aucun changement perturbant pour nos clients. Nous conservons les deux équipes, ainsi que les supports et les noms des deux structures. Le tout, pour une continuité de service au sein du nouveau groupe constitué Octrolis. Le changement sera uniquement opéré dans la mise en commun de la R&D pour apporter plus de fonctionnalités des deux côtés et enrichir nos deux univers. 

Nourrissez-vous également des ambitions de développement sur le segment des logiciels de transactions ?

O. C. : C’est effectivement un chantier que nous avons ouvert avec Arkiane, mais qui est, pour l’heure, en stand-by. Ce n’est pas le domaine dans lequel nous avons, pour l’heure, le plus d’efficacité. Pour l’instant, nous préférons nous concentrer sur la volet gestion, avec la location de vacances et la location à l’année.

Quels sont vos objectifs de développement pour les mois à venir ?

O. C. : Pour les 12 prochains mois, l’objectif, côté Enova, est de réussir la migration et le déploiement de la « V2 Vacances » sur le parc existant et pour les nouveaux clients. Nous avons, sur ce point, un gros challenge à relever sur lequel nous travaillons tous les jours.

Et concernant le groupe Octrolis, l’objectif c’est de devenir un acteur incontournable de ce métier très spécifique de la location de vacances. Enfin, côté clients, notre ambition est de dépasser, en nombre, la barre des 500 d’ici deux ans.

Transférer cet article à un(e) ami(e)