Franchise

Bourse de l’Immobilier maintient sa croissance

Par Christian Capitaine | le | Agence immobilière indépendante

Dans un marché de la transaction dans l’ancien en repli en 2020, le réseau Bourse de l’Immobilier (près de 500 agences immobilières en France) a enregistré une nouvelle hausse de ses revenus, comprise entre 3 % et 4 %. Et a indiqué à ImmoMatin, par la voix de son directeur général, Benjamin Salah, la mise en place, en 2021, d’un plan de déploiement de près de 50 nouvelles unités.

Benjamin Salah, directeur général de Bourse de l’Immobilier - © D.R.
Benjamin Salah, directeur général de Bourse de l’Immobilier - © D.R.

Comment se sont portées les affaires du réseau Bourse de l’Immobilier en 2020 ?

Notre réseau a enregistré, l’an passé, une nouvelle année de croissance. Son chiffre d’affaires, porté par la réalisation de 14 000 transactions, a ainsi atteint 107 millions d’euros, contre 103 millions en 2019. Et si l’on intègre les CA réalisés par nos cinq autres enseignes (lire encadré), nos revenus, au niveau du Groupe, ont franchi, en 2020, la barre des 120 millions d’euros.

Ce niveau de performance nous rend très fiers puisque, hormis les réseaux de mandataires à domicile, nous demeurons le seul réseau de taille, et notamment si l’on nous compare aux grands acteurs de la franchise, à avoir généré, l’année écoulée, de la croissance sur le secteur de l’immobilier ancien.

Comment expliquez-vous cette performance ?

Elle est, tout d’abord, la preuve que notre modèle économique, qui s’appuie sur des agences de proximité, avec notamment le déploiement de places fortes en ruralité, fonctionne bien. Aussi, et même si cet argument peut sembler convenu, notre succès est le fruit d’une implication très forte de nos équipes.

Notre réseau, qui n’enregistre structurellement qu’un très faible turn-over, s’appuie sur des collaborateurs à la fois soudés entre eux et mobilisés. Et c’est grâce, d’ailleurs, à la solidité de cet édifice que nous avons pu, à la fin du confinement du printemps 2020, repartir très fort, avec des mois qui ont suivi à des niveaux de croissance historiques.

Vous annoncez également, pour 2021, un vaste plan de déploiement de nouvelles agences sur le Territoire…

Nos ambitions de développement pour cette année restent élevées. Surtout, elles correspondent, chez nous, à la réalité.

Et pour ce faire, nous nous en donnons les moyens. Aujourd’hui, Bourse de l’Immobilier compte 485 agences intégrées. Notre objectif, pour 2021, est d’en compter entre 40 et 50 supplémentaires, soit un rythme d’ouvertures comparable à celui des dernières années.

Agence Bourse de l’Immobilier de Saint-Aignan (Loir-et-Cher) - © D.R.
Agence Bourse de l’Immobilier de Saint-Aignan (Loir-et-Cher) - © D.R.

Ce déploiement concernera les zones où nous sommes déjà implantés, à savoir : l’Ile-de-France, la Bretagne, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie, le Centre et le Bassin lyonnais. Et ce, aussi bien dans les métropoles, les villes moyennes, sur le littoral que dans les zones rurales.

A cet égard, ces zones rurales, parfois délaissées par les réseaux de franchise, sont pour nous de véritables opportunités. Notre objectif n’a pas changé : y implanter des agences de proximité, au contact de la population. 

Du côté de vos effectifs, quels sont vos objectifs de croissance ?

Pour accompagner ce développement de nouvelles agences, nous recruterons, cette année, 750 collaborateurs, soit 500 salariés et 250 agents commerciaux. Et sur ces 500 salariés, 150 concerneront des postes de cadres, soit, principalement, des responsables d’agences ou des responsables de groupe, mais également des responsables de formation.

Au niveau du marché, à quelles évolutions pouvons-nous nous attendre en 2021 ?

Premier élément, au niveau de notre Groupe : l’année démarre très fort, et nous en sommes même un peu surpris. Notre entreprise poursuivra, en 2021, sa dynamique de croissance, il n’y a pas de raison qu’elle s’essouffle.

S’agissant à présent, du marché, je crains qu’il ne subisse des soubresauts, conséquences du séisme provoqué par la pandémie. De nombreux observateurs nous alertent, à juste titre, sur un chômage qui pourrait progresser. Auquel facteur s’ajoutent les PGE que les entreprises devront rembourser, ainsi qu’une pression fiscale qui pourrait se révéler plus forte.

Dans ce contexte, nous pouvons nous attendre à une année difficile. Et ce, même si le marché à fait preuve, l’an passé, d’une forte résilience.

Un groupe porté par six enseignes

Le groupe Bourse de l’Immobilier poursuit, en 2021, sa stratégie de diversification. Pour ce faire, outre le réseau Bourse de l’Immobilier spécialisé dans l’ancien, il s’appuie sur une offre de services complète au travers de cinq enseignes, chacune spécialisée sur un secteur d’activité précis : le marché du neuf, avec RegardNeuf ; la gestion locative, avec Intégral Immobilier ; les locaux professionnels, avec AdresseProlancée en janvier 2021 ; le courtage en prêts immobiliers, avec ImmoBanques  ; et l’immobilier de prestige, avec RealySmart.

Transférer cet article à un(e) ami(e)