Century 21 et Airbnb main dans la main dans la sous-location !


Par Aurélie Tachot | le vendredi 29 juin 2018 | Réseaux - Franchise
Century 21 et Airbnb main dans la main dans la sous-location !

Le partenariat est hautement symbolique ! Alors qu’il y a quelques mois, les réseaux immobiliers reprochaient à la plateforme Airbnb de menacer le parc immobilier locatif de longue durée, Century 21 annonce cette semaine avoir trouvé un accord avec la plateforme de voyage pour encadrer la sous-location, moyennant un partage d’honoraires.

Les réseaux immobiliers sont-ils en train de retourner leur veste ? Ces dernières années, les critiques des professionnels du secteur envers Airbnb, la plateforme américaine dédiée à la location de logements de particuliers, ont été plutôt violentes. Certains lui reprochaient de raréfier l’offre de location traditionnelle tandis que d’autres allaient jusqu’à dire qu’elle participait à la hausse des prix en encourageant les investisseurs à acheter massivement des biens pour les louer à la nuitée… ʺJe ne me suis jamais opposé à cette plateforme, se défend Laurent Vimont, président de Century 21 France. Je craignais juste qu’elle fasse fuir les propriétaires bailleurs.ʺ

7 % d’honoraires pour les agences

Quoiqu’il en soit, Century 21 a désormais décidé de faire d’Airbnb un allié. ʺLes accords signés entre Monoprix et Amazon d’une part et Carrefour et Google d’autre part nous ont encouragé à nous ouvrir aux nouveaux acteursʺ, confie Laurent Vimont. C’est chose faite depuis ce mardi, date à laquelle le réseau a annoncé avoir signé un partenariat avec Airbnb pour faciliter la sous-location de logements à des voyageurs. ʺLe marché de la sous-location, en particulier lorsqu’il est réalisé par les locataires eux-mêmes, est un marché qu’il faut consolider. En créant un bail « Century 21 Airbnb compatible », nous permettons aux locataires de respecter ces trois règles : avoir l’accord de leur propriétaire, ne pas dépasser les 120 jours de location par an et ne pas encaisser plus d’un an de loyerʺ, explique-t-il. Concrètement, ce nouveau bail, qui est d’ores et déjà expérimenté à Paris, repose sur un partage d’honoraires entre le locataire (qui empoche 70 % des revenus générés, moyennant la gestion de l’annonce et l’accueil des voyageurs), le propriétaire (23 %) et l’agence immobilière (7 %, correspondant à la mise en ligne de l’annonce sur Airbnb et la réalisation des démarches administratives). C’est donc une source de revenu non négligeable pour toutes les parties prenantes, notamment les étudiants, qui représentent 60 % des locataires dans les grandes villes. ʺC’est un partenariat vertueux car il n’assèche pas l’offre de logements, notamment dans les zones tendues, mais encourage la sous-location de biens occupésʺ, estime le PDG.

Un futur service de conciergerie ?

Une fois qu’il aura généralisé ce bail à d’autres grandes villes dont Nice, Marseille, Lyon, Bordeaux…, jusqu’où ira Century 21 dans l’enrichissement de ses services ? Le réseau immobilier, qui dénombre 852 agences réparties dans toute la France, deviendra-t-il une sorte de concierge via lequel les voyageurs d’Airbnb récupèreront les clés de leur logement ? La location meublée touristique sera-t-elle un relai de croissance ? Le président de l’enseigne immobilière (la première à nouer un tel partenariat à l’échelle mondiale !) fait preuve d’ouverture. ʺNous verrons comment la profession immobilière évoluera. Nous n’excluons rienʺ, conclut-il.

Transférer cet article à un ami