Havr, ou la serrure digitale “ultra-sécurisée”


Par Virginie WOJTKOWSKI | le mercredi 11 décembre 2019 | Réseaux-Franchise
Havr -
La start-up Havr, née à Compiègne, aurait-elle trouvé les arguments pour se démarquer dans le domaine des objets connectés et de la maison intelligente ? Spécialisée dans les systèmes de contrôle d’accès, elle a développé une serrure intelligente et connectée nommée Bright Lock.

Avec cette solution, Havr répond à une double problématique : la digitalisation des accès, aussi bien pour les particuliers que les groupes immobiliers”, nous apprend Simon Laurent, co-fondateur de la start-up Havr. Une application qui promet une gestion plus souple de la logistique interne. “On ne se pose plus la question de savoir qui doit donner les clés à un prestataire, qui doit ouvrir pour la livraison d’un colis”, explique le dirigeant qui a, par ailleurs, intégré le programme américain Plug & Play.

Créée en octobre 2017 par deux étudiants ingénieurs de l’Université de technologie de Compiègne, incubée au sein d’Euratechnologies jusqu’en juillet 2018, la société se positionne sur le marché avec un système d’ouverture de portes via téléphone portable par le biais d’un QRcode, à défaut d’une clé physique. “Notre solution se distingue de la concurrence grâce à l’utilisation d’une technologie différente. Au lieu de fonctionner avec des points de communication Wi-fi ou Bluetooth, nous utilisons le LiFi “, explique Simon Laurent. Une technologie, axée sur l’exploitation de flashes lumineux dispensés par l’appareil photo d’un smartphone, qui a déjà séduit au CES de Las Vegas en janvier 2018. “Les codes lumineux autorisent un accès permanent, temporaire ou occasionnel. Ils sont générés de manière unique et changent donc à chaque utilisation”, ajoute Simon Laurent qui assure que sa technologie est “ultra sécurisée”.  

Après avoir levé 1 million d’euros en juillet 2018, auprès de business angels, et 1,7 million d’euros à l’été 2019, auprès d’un pool de six banques, la société compiégnoise Havr a d’ores et déjà planifié sa troisième et quatrième levée de fonds. Sans dévoiler encore les montants, Havr programme une croissance externe au cours du premier trimestre 2020 - dont la finalité doit servir au développement sur le marché français et l’extension de la gamme de produits -  ainsi qu’une autre opération à la fin de l’année prochaine. Nul doute que la quatrième levée de fonds servira à l’internationalisation du système. Les premiers marchés visés étant l’Espagne et l’Allemagne, avant de toucher l’Italie et le Benelux en 2021, puis les Etats-Unis, le Moyen-Orient ou le Japon en 2022. La start-up, qui emploie actuellement 25 personnes, devrait compter 35 salariés d’ici fin 2020 et viser un chiffre d’affaires de 600 000 euros pour la fin de cette année 2019.

Transférer cet article à un ami