Logiciels

Une première levée de fonds pour Happywait

Par Christian Capitaine | le | Logiciels de gestion

En 2015 naissait Happywait, plate-forme en ligne dédiée à l’optimisation de la gestion de la relation-client sur le secteur de la promotion immobilière. En novembre 2019, la société annonçait sa première levée de fonds de 1,6 million d’euros. Description de l’outil et des nouveaux objectifs fixés par sa direction.

Une première levée de fonds pour Happywait
Une première levée de fonds pour Happywait

« Aujourd’hui, le promoteur immobilier est obligé de repenser sa relation-client. Il ne peut plus se contenter de vendre un bien. Et pour l’acquéreur, l’expérience d’achat doit se poursuivre au de-là de la signature, c’est-à-dire au moins jusqu’à la livraison du bien », expliquait Julien Mouazan, président-fondateur d’Happywait, à l’occasion du dernier « Afterwork » organisé par la FF2i (Fédération Française de l’Internet Immobilier), le 16 janvier, au siège de Bouygues Immobilier.

Pour répondre à ces nouvelles exigences, cette proptech française a, en 2015 (date de sa fondation), trouvé la parade : développer et proposer une plateforme web technique « clé en main  », en marque blanche, « dédiée à l’optimisation de la gestion de la relation-client », explique sa direction, et intégrable aux systèmes d’informations desdits promoteurs. Concrètement, cette plateforme (solution logicielle en mode SaaS) permet à l’acquéreur de vivre l’expérience de l’achat de son bien neuf dans un espace digital dédié dématérialisé.

Quel coût pour la prestation ?

Dans son espace-client collaboratif aux couleurs du promoteur, ce dernier a ainsi accès à plusieurs modules au sein desquels il pourra à la fois puiser de l’information et avoir accès à des services et à des prestations. Suite à la signature électronique du contrat de réservation, il accède à ses documents de vente via le coffre-fort numérique et la messagerie électronique pour dialoguer avec ses interlocuteurs dédiés. Il peut également choisir les matériaux, ainsi que ses demandes de modifications de travaux pour personnaliser son logement et répondre aux appels de fonds pour les règlements de ses factures. « L’abonnement à notre plateforme démarre à quelques centaines d’euros par mois en fonction du volume de lots en vente et selon le nombre de fonctionnalités déployées », précise Györgyi Bluteau, responsable marketing et communication de la société.

Et de préciser : « Notre outil fonctionne comme un hub de service qui donne accès à un certain nombre de prestations supplémentaires. Pour proposer une expérience client encore plus optimale tout au long de la construction, nous collaborons avec plusieurs start-ups dont le coeur de métier est également dédié à la digitalisation de la promotion immobilière. Elles apportent des expertises supplémentaires dans les domaines complémentaires, comme le courtage en financement, la collecte d’avis pour la e-réputation des promoteurs, les configurateurs 3D, les prises de vues des biens ou encore le suivi et le SAV des chantiers, pour n’en citer que quelques-uns. »

Plus de 700 opérations digitalisées

Cinq ans après sa création, Happywait annonçait fin novembre 2019 sa première levée de fonds d’un montant de 1,6 million d’euros auprès de la plate-forme de financement participatif en capital Anaxago, et Breizh Up, le fonds de co-investissement de la Région Bretagne géré par Sofimac Innovation. Objectif à l’issue de ce tour de table  : « Accélérer notre développement et renforcer notre position de leader de l’expérience client sur le marché de la promotion immobilière  », indiquait, à l'époque, la direction d’Happywait. Pour ce faire, l’entreprise a notamment renforcé son pôle commercial et accompagnement-clients et recruté plusieurs développeurs techniques afin de « parfaire la plateforme et développer les services et les fonctionnalités au sein du hub  », explique aujourd’hui Györgyi Bluteau. Avant de détailler : « Depuis cette levée de fonds, nous sommes passés de 10 à 16 salariés. » A ce jour, Happywait compte 70 clients promoteurs et a permis d’assurer la digitalisation de plus de 700 opérations immobilières regroupant environ 25 000 acquéreurs.

Transférer cet article à un(e) ami(e)