Les cinq chiffres à retenir de l’analyse de marché de la Fnaim


Le lundi 15 février 2016 | Sites pour les professionnels
Les cinq chiffres à retenir de l’analyse de marché de la Fnaim - D.R.

En 2015, le marché de l’immobilier a été caractérisé par une nette reprise du nombre de transactions dans l’ancien et dans le neuf. Grâce à une baisse des prix et des taux de crédits attractifs, le volume de transaction a été proche de ses records historiques des années 2000. Tour d’horizon des chiffres-clés les plus marquants de l’analyse de marché de la Fnaim.

800 000 transactions

Après avoir été stable au 1er semestre 2015, le volume des transactions a augmenté de manière significative à partir de l’été, à mesure que l’indicateur de confiance des ménages a progressé. Sur l’ensemble de l’année, la Fnaim a estimé à 800 000 le nombre de ventes effectuées dans l’ancien, contre 692 000 en 2014. Soit une croissance de 15,6 %. Porté par des taux de crédit toujours aussi bas, ce volume a quasiment retrouvé son niveau de 2007, qui avait recensé 810 000 ventes.

99 465 réservations en VEFA

Dans l’immobilier neuf, la reprise a également été au rendez-vous. Alors qu’entre 2013 et 2014, les réservations avaient chuté de 2,6 %, elles ont augmenté de 16,7 % en 2015, pour atteindre 99 456 unités. En plus des promoteurs, les constructeurs de maisons individuelles ont également retrouvé le sourire. En 2015, leur carnet de commandes a progressé de 10 % par rapport à l’année précédente. Environ 111 000 unités sont ainsi sorties de terre.

-1,9 % sur les prix         

En 2015, pour la 3e année consécutive, les prix des biens ont poursuivit leur correction. A l’échelle nationale, la Fnaim a constaté une baisse d’1,9 % par rapport à 2014 : -2 % en province et -1,4 % en Ile-de-France. Toutefois, le quatrième semestre de l’année a laissé entrevoir un changement de paradigme puisque les prix ont, de nouveau, affiché une hausse. En France, ils ont grimpé d’1,9 % par rapport au troisième semestre : +2,2 % en province et + 0,7 % en Ile-de-France.

-1,1 % sur les loyers

Les loyers des baux conclus en 2015 ont affiché un léger recul de 1,1 % à l’échelle nationale : -1,3 % en province et -0,8 % en Ile-de-France. Dans l’Hexagone, le loyer moyen est désormais de 13 euros/ m2. Est-ce l’une des conséquences de l’encadrement des loyers, la mesure phare de la Loi Alur ? Non, dit la Fnaim. La cause proviendrait plutôt de la paupérisation globale de la clientèle locative, qui oblige les propriétaires à adapter le loyer de leurs biens aux capacités financières de leur clientèle.

5 % de rentabilité locative

L’an dernier, la baisse des loyers a entraîné un repli de la rentabilité locative. Dans des villes comme Paris et Lyon, ce rendement brut (sans fiscalité locale ni charges locatives) a été inférieur à 5 %. Rennes et Clermont-Ferrand s’en sortent mieux avec une rentabilité supérieure à 6 %. Des pourcentages à mettre en perspective avec les charges supportées par le propriétaire, en constante augmentation, et le risque d’impayés des locataires, de plus en plus nombreux, estime la Fnaim. 

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami