Photos

Quelles vertus de la visite virtuelle ?

Par Christian Capitaine | le | Visites virtuelles

La visite virtuelle, bien aidée par le contexte de crise pandémique, suscite un engouement sans précédent chez les agents immobiliers. Quel est son objet ? Quels avantages elle procure aux professionnels ? Quels conseils doivent-ils suivre pour utiliser cette technologie dans les règles de l’art ? Deux fournisseurs experts nous répondent.

Visite virtuelle, Nodalview - © Nodalview
Visite virtuelle, Nodalview - © Nodalview

« Depuis deux à trois ans, quel succès ! Et que dire du rythme actuel, nous ne touchons pas terre : nous comptabilisons, chaque semaine, une centaine de leads supplémentaires », Nicolas Le Provost, directeur commercial France d’enVisite (1 700 clients agences immobilières en France), fournisseur de visites virtuelles, résume bien l’engouement que suscite cette technologie, lancée il y a pourtant une vingtaine d’années, auprès des agents immobiliers. « Il faut dire que les solutions sont aujourd’hui très simples à utiliser, poursuit-il. Plus aucun frein n’existe à l’acquisition de cette pratique. Aujourd’hui, un simple smartphone suffit. »

Un taux d’équipement encore faible

Thoma Lepelaars, CEO de Nodalview - © D.R.
Thoma Lepelaars, CEO de Nodalview - © D.R.

Le contexte de crise pandémique a, sans conteste, donné au déploiement de la visite virtuelle dans le secteur de l’immobilier un net coup d’accélérateur. « Lors du premier confinement, nous avions enregistré une demande 4 à 5 fois supérieure à celle d’une période dite « normale », indique Thomas Lepelaars, cofondateur et CEO de fournisseur Nodalview. Et pour ce deuxième confinement, même tendance haussière : la demande a été encore multipliée par deux. »

Quel taux d’équipement aurait atteint la visite virtuelle au sein de la profession des agents immobiliers ? Difficile d’être précis, répondent nos deux experts, qui s’accordent néanmoins sur une fourchette comprise entre 20 et 30 %.

Visite de « découverte »

On le ressasse depuis plusieurs jours et l’interdiction faite à la profession d’organiser des visites : la visite virtuelle n’a pas pour objectif de remplacer la fameuse (et incontournable !) visite physique. Dès lors, quel est son objet ? « Celui de remplacer la visite dite de découverte », affirme Thomas Lepelaars. Son confrère chez enVisite confirme : « La visite virtuelle ne remplace par la visite physique, elle la qualifie. Et faire visiter un bien est, pour le professionnel, particulièrement chronophage. Avec la visite virtuelle, il gagne donc du temps. »

Nicolas Le Provost ajoute : « Dans l’immobilier d’entreprise, où souvent plusieurs décisionnaires doivent s’accorder sur un projet, la visite virtuelle est aussi d’une grande utilité car elle permet de les regrouper, s’ils sont à des endroits différents, au sein d’une même interface. »

Un atout pour l’immobilier d’investissement

Dans un cas, néanmoins, la visite virtuelle pourrait se substituer à la physique visite : dans l’immobilier d’investissement, affirment certains observateurs de la filière, et notamment pour les projets de petites surfaces (studio et deux pièces). Et l’un d’eux de noter : « Dans le neuf, on achète bien un appartement sur plan. Pourquoi dans l’ancien, pour des projets limités en termes d’investissement, une visite virtuelle ne suffirait pas ? » Sans oublier sur le marché de la location, où certains projets ne seraient plus conclus que via la visite virtuelle…

Nicolas Le Provost, directeur commercial d’enVisite - © D.R.
Nicolas Le Provost, directeur commercial d’enVisite - © D.R.

Pour qualifier les candidats

Pour l’agent immobilier, se doter des outils de visites virtuelles lui confère d’autres solides avantages. « Nos visites virtuelles sont, pour le client final, de véritables expériences immersives. Pour le professionnel, c’est l’occasion de nouer avec lui une expérience interactive », souligne le CEO de Nodalview. « La visite virtuelle permet également à l’agent immobilier d’élargir sa cible de clients, car avec elle la notion de distance, entre un bien et un potentiel acheteur, n’existe plus  », poursuit Nicolas Le Provost.

Deux autres avantages sont à relever pour le pro : lui permettre de faire baisser le nombre de candidats par projet et lui faire augmenter la qualité desdits candidats.

Le bien sous son meilleur jour

Mais pour qu’une visite virtuelle soit réalisée dans les règles de l’art, des précautions sont à prendre et des impératifs à suivre. « Premièrement, réalisez-les lorsqu’il fait beau. Le bien doit être montré dans son plus beau jour », affirme le directeur commercial d’enVisite. « Puis ouvrez toutes les pièces de la maison ou de l’appartement afin de bien en comprendre la distribution des pièces, complète son confrère chez Nodlaview. Sans oublier ses extérieurs si le bien en possède, voire même son environnement.  »

Un dernier conseil : informerz vos clients vendeurs lorsqu’une visite virtuelle de leur bien a été - ou va être - réalisée. « Car c’est lui montrer que vous vous occupez de lui », conclut Thomas Lepelaars.

Transférer cet article à un(e) ami(e)