Franchise

Malgré le Brexit, les acheteurs anglais restent fidèles au marché immobilier français

Le | Contenu sponsorisé - Réseau de mandataires

Alors que de la fin de la période de transition du Brexit approche à grands pas, le marché immobilier français voit déjà revenir les acheteurs britanniques. Une aubaine non seulement pour les vendeurs français mais aussi pour Sextant, le plus english des réseaux de mandataires. Etat des lieux.

Sextant -
Sextant -

Nous avions observé un coup d’arrêt au moment du vote du Brexit, lié aux nombreuses incertitudes et au manque de visibilité pour les britanniques. Depuis que la sortie est actée, les demandes ont été multipliées par trois”, observent Brice Bonato et Matthieu Cany, co-fondateurs et dirigeants de Sextant France. Un attrait qui devrait se confirmer dans les mois à venir, voire même s’accélérer d’ici l’été 2021 au regard du véritable boom qu’a connu le marché français depuis le mois de juin. Le réseau Sextant a ainsi connu une hausse de 54 % de ses transactions entre juin et août derniers, dont 10 % de Britanniques parmi les acheteurs.

L’Hexagone a toujours la cote

Il faut dire que la France affiche de sérieux atouts pour les habitants d’outre-Manche. Non seulement, les prix de l’immobilier y sont beaucoup moins élevés qu’au Royaume-Uni où le prix d’un m2 en ville est 13 % supérieur à la France, mais la durée d’emprunt y est également plus longue avec un encours bancaire immobilier moyen 1,5 fois supérieur à ceux des Français. « L’incertitude sur la situation économique liée au Brexit au Royaume-Uni les pousse à trouver un pied-à-terre, en résidence principale ou secondaire, en dehors des frontières de leur pays.  » Parmi les acquéreurs britanniques, on retrouve essentiellement des seniors ayant capitalisé dans leur vie active au Royaume-Uni et qui souhaitent aujourd’hui vivre leur retraite en France avec un bon pouvoir d’achat. Quant à la typologie des biens ciblés, « Ce sont les maisons en campagne qui sont très recherchées. Elles représentent 96 % du total des demandes formulées par les acquéreurs britanniques », souligne Brice Bonato et Matthieu Cany.

La Bretagne a le vent en poupe

Parmi les régions les plus attractives pour les acheteurs britanniques, la Bretagne, avec 18 % du volume d’affaires du réseau Sextant, arrive en tête. La Normandie, le Bassin Aquitain ou encore la région Pays-de-la-Loire séduisent également les Anglais en raison de leurs accès facilités pour rentrer au Royaume-Uni. « Ce fort intérêt pour le marché français et surtout l’ouest de la France, zone privilégiée par les britanniques, est une aubaine pour les vendeurs”, analysent Brice Bonato et Matthieu Cany.  »L’enjeu pour un vendeur est d’avoir un maximum d’acquéreurs potentiels et la clientèle britannique supplémentaire vient renforcer cette capacité d’un vendeur à trouver un acquéreur au bon prix dans le bon délai”, concluent-ils.

Transférer cet article à un(e) ami(e)