Paroles d’agents : « La visite vidéo a sa place sur LinkedIn »


Le mercredi 13 mars 2019 | Vidéo Immo
Paroles d’agents : "La visite vidéo a sa place sur LinkedIn" - D.R.

Alexandre Schmidt capitalise sur la puissance des réseaux sociaux. Depuis quelques mois, le directeur de Lyon Agence utilise LinkedIn pour diffuser les vidéos des visites de ses biens. Une initiative qui lui permet de se démarquer de ses concurrents et d’attirer la curiosité des potentiels acquéreurs. Retour d’expérience.

Alexandre Schmidt n’en est plus à son coup d’essai : c’est désormais la quatrième vidéo que l’agent immobilier met en ligne sur les réseaux sociaux. En plus d’utiliser la page Facebook de sa société pour faire connaître ses biens, le directeur de Lyon Agence s’appuie sur le réseau social LinkedIn, jusqu’ici peu plébiscité par la profession immobilière. En diffusant des vidéos de visites de biens, il espère valoriser son portefeuille. « Lorsque les clients découvrent un bien par le biais de photos ou de visites virtuelles, il n’y a pas d’interactions : ils ne peuvent pas voir ce qu’il y a derrière un rideau ou une porte. La force de la vidéo, c’est qu’elle me permet d’ouvrir les placards à leur place  », raconte-t-il. Pour éviter de déformer la réalité, Alexandre Schmidt ne réalise aucun travail de montage suite au tournage vidéo. « Il me tient à cœur de montrer le bien tel qu’il est, avec ses avantages et ses défauts. Avant de le visiter de manière physique, le client a donc une vision du bien déjà très concrète. Il sait, par exemple, que le panneau électrique est à rénover  », précise-t-il. Le tournage est tout aussi simple. « Mon collaborateur me filme avec son smartphone. Pour ma part, je n’ai pas de fiches d’intervention préparées à l’avance. Je présente le bien en fonction de mon ressenti, ce qui donne un résultat très authentique », explique-t-il.

Un canal de diffusion supplémentaire

Même si elles sont mitigées, les réactions suite à ses premières initiatives l’encouragent à poursuivre. « Les vendeurs et les acquéreurs apprécient que la réalité ne soit pas enjolivée comme c’est parfois le cas avec des photos qui sont retravaillées  », explique Alexandre Schmidt. Par ailleurs, le format vidéo capte l’attention des acheteurs potentiels.  « Mon but était de trouver un autre canal de diffusion que la publicité classique pour trouver des acquéreurs  », précise-t-il. Les vidéos permettent d’ailleurs aux acheteurs de se décider au calme. « J’ai une cliente qui, après avoir visité un bien, souhaitait se replonger dans la visite. Elle n’a eu qu’à regarder la vidéo », explique-t-il. Enfin, l’agent immobilier touche une cible particulièrement large sur LinkedIn : du primo-accédant à l’investisseur, à l’échelle nationale comme internationale. Cette approche offre également des avantages en interne. « Lorsqu’un de nos collaborateurs doit mener une visite d’un bien qu’il n’a pas encore vu, il le découvre de façon réelle avec la vidéo. Il peut donc en parler comme s’il l’avait vu. Par ailleurs, lorsque les visites d’un bien sont espacées dans le temps, certains détails sont oubliés. La vidéo permet de se remettre dedans.  » Autant d’avantages qui encouragent Alexandre Schmidt à poursuivre ses tournages. Il souhaite, à terme, passer tout son portefeuille devant la caméra.

Valérie Desgardin-Bourdeau

Transférer cet article à un ami