Meero lève 230 millions de dollars et cible les particuliers


Par Aurélie Tachot | le vendredi 21 juin 2019 | Photos Immo
Meero lève 230 millions de dollars et cible les particuliers

Mais où Meero s’arrêtera-t-elle ? La start-up, qui fournit des reportages photos et vidéos dans le monde entier en moins de 24 heures, annonce un troisième tour de table auprès de ses investisseurs historiques et des fonds Eurazeo, Avenir Growth et Prime Ventures. Le montant récolté – 230 millions de dollars – est inédit au regard de la jeunesse de la société, qui fête ses trois ans en 2019. 

Meero évolue à une vitesse exceptionnelle. Moins d’un an après avoir récolté 45 millions de dollars, la start-up annonce un tour de table de 230 millions de dollars (soit 205 millions d’euros) auprès des fonds Eurazeo, Avenir Growth et Prime Ventures. Ses investisseurs historiques (Aglaé Ventures, Alven, Idinvest Partners…) ont également participé à l’opération. « C’est la plus grosse levée de fonds de série C réalisée en France à ce jour », souligne Meero, dans un communiqué. Seulement trois ans après son lancement, la société prévoit de continuer à se développer sur le marché de la photographie professionnelle, en mettant de nouveaux outils de comptabilité, de CRM et de marketing dans les mains de ses 58 000 photographes. « Certains prédisent que les hommes seront remplacés par des robots. Nous estimons que ce qui fait la différence de l’homme par rapport à la machine, c’est sa créativité. Notre objectif est donc d’aider les photographes à se recentrer sur leur créativité puisque c’est ce qui caractérise leur valeur ajoutée, en automatisant, via une intelligence artificielle, toutes les tâches chronophages et non-créatives : la retouche de photos, le marketing, la comptabilité, le légal, le transfert de fichiers… », explique Julien Zakoian, US General Manager de Meero. La boîte à outils des photographes travaillant avec la start-up devrait donc s’enrichir. Pour fédérer sa communauté, Meero prévoit également d’organiser des meetups mensuels et des masterclass pédagogiques, de proposer des contenus didactiques, de créer une fondation de soutien à la photographie…  L’objectif ? « Créer du lien et élargir notre communauté à 200 000 photographes.»

L’immobilier pèse 45 % du chiffre d’affaires

Meero, qui dénombre 31 000 clients dans une centaine de pays, entend également continuer son ascension dans d’autres secteurs d’activité. L’immobilier – qui fut le premier marché sur lequel la start-up s’est lancée – représente aujourd’hui 15 % de son chiffre d’affaires s’il est abordé uniquement via le prisme des agences immobilières et 45 % s’il est abordé via celui de la photographie immobilière au sens large (qui comprend la verticale du voyage, notamment des photos que la start-up produit pour Airbnb, l’un de ses clients historiques). « Nous débutons également sur le marché de l’e-commerce, qui est extrêmement prometteur et plus généralement sur les visuels de produits, où il y a de forts enjeux d’automatisation », confie Julien Zakoian. Meero prévoit par ailleurs de proposer ses services de photographie, jusqu’ici réservés aux professionnels, aux particuliers. D’ici 2020, la start-up pourrait notamment s’attaquer au marché des photographies de mariage, tout aussi prometteur.  Grâce à cette levée de fonds, qui porte à 300 millions de dollars le montant du financement de l’entreprise depuis son lancement, Meero devrait enfin parfaire ses technologies dédiées à la retouche de photos. Et pour cause : une prise de vue de 60 minutes nécessite jusqu’à 4 heures de travail de post-production. Cet objectif se concrétisera par la consolidation de son équipe « Tech ». D’ici la fin de l’année 2020, celle-ci passera de 80 à 300 collaborateurs.  Aujourd’hui, Meero emploie 600 salariés dans ses 5 bureaux : Paris, News York, Shanghai, Tokyo et Bangalore. La start-up vise les 1000 collaborateurs d’ici décembre prochain et l’ouverture de bureaux au Brésil d’ici 2020.

Transférer cet article à un ami