4 conseils pour réussir vos photos avec un drone


Par Stéphanie Marpinard | le mercredi 13 juin 2018 | Photos Immo
4 conseils pour réussir vos photos avec un drone

Grâce à des prises de vue époustouflantes, le drone est devenu en quelques années un sérieux outil de démarcation face à la concurrence. S’il parvient à se démocratiser, son usage requiert tout de même un certain savoir-faire. Les conseils de Julien Avezou, cofondateur d’Aheron, spécialiste de l’imagerie drone pour l’immobilier.

1.     Matériel : faites le bon choix !

Pour être en conformité avec la législation en vigueur, il est essentiel de prendre en considération les dimensions et le poids du drone. "Les drones de plus de 2 kg doivent en effet être équipés d’un parachute et d’un coupe-circuit extérieur, ce qui ajoute un coût supplémentaire à votre matériel", explique Julien Avezou. Faites le tour des constructeurs car, pour le même prix, les niveaux de performance sont variables. Les critères à prendre en compte ? La stabilité de l’image et l’autonomie de la batterie. Pour gagner du temps et limiter les coûts, il est préférable de réaliser le même jour les prises de vue de plusieurs biens. "Une autonomie de 30 minutes est largement suffisante pour couvrir au moins deux biens", précise le cofondateur d’Aheron.

2.     Sélectionnez les biens les plus adaptés

Une prise de vue par drone est idéale pour dévoiler les terrains, mettre en valeur les grandes superficies et le potentiel du paysage environnant, souligner la valeur ajoutée d’un bien atypique, valoriser une grande pièce ou encore pour créer des liens entre une véranda, par exemple, et le bâtiment principal. L’objectif ? "Assembler les pièces du puzzle pour raconter une histoire autour du bien et le sublimer", analyse Julien Avezou.

3.     Préparez votre séance en amont

Chaque vol doit être déclaré 5 jours à l’avance auprès de la préfecture. Il est également conseillé de consulter, en amont, un site de cartographie pour étudier le terrain et déterminer ainsi quels types de prises privilégier pour mettre en valeur le bien. "Le jour J, prenez le temps de faire le tour du bien afin de mémoriser les manœuvres à réaliser. Le fait d’élaborer votre plan de vol vous permettra d’optimiser votre batterie", souligne-t-il. Côté météo, la pluie est bien évidemment à proscrire, tout comme le vent qui risque de nuire à la stabilité de l’image mais aussi d’endommager votre matériel. Bon à savoir : lorsque vous déposez votre déclaration de vol à la préfecture, vous avez la possibilité de demander une plage de dates jusqu’à 7 jours, ce qui vous permet de planifier ensuite votre séance en fonction du temps.

4.     Maîtrisez les manœuvres incontournables

Pour le décollage, effectuez un mouvement vertical du bas vers le haut avec votre drone. "Cette trajectoire verticale permet d’avoir une vue directe sur la façade et la hauteur du bien", déclare Julien Avezou. Autre prise de vue intéressante : la 360°. La manœuvre consiste à faire voler le drone autour du bâtiment, en effectuant un mouvement à 360°. Certains drones disposent de modes intelligents qui permettent de tracer un point d’intérêt sur un logiciel avec un rayon déterminé pour que le drone fasse ensuite un mouvement circulaire automatique autour.  L’objectif ? Montrer toutes les perspectives du bien à travers des prises de vue très fluides. Enfin, des prises plongeantes, c’est-à-dire des prises plus serrées avec un mouvement du drone du bas vers le haut en direction du bâtiment filmé permettent de montrer le détail de l’architecture. "Pour terminer votre séquence, dé-zoomez en effectuant un mouvement de 45° du bas vers le haut tout en vous éloignant du bâtiment filmé", conclut-il.

Transférer cet article à un ami