Franchise

Sotheby’s France : six cents ventes au cours des huit premiers mois de 2022

Par Christian Capitaine | Le | Réseaux-franchise

Sotheby’s International Realty France - Monaco (70 agences dans l’Hexagone), a réalisé, au cours des huit premiers mois de 2022, un volume de ventes de plus de 900 millions d’euros, soit, sur la même période, une volumétrie « quasiment identique à celle de 2021, année qui avait battu tous les records », relève sa direction générale.

L'équipe de l’agence Sotheby’s de Biarritz. - ©  D.R.
L'équipe de l’agence Sotheby’s de Biarritz. - ©  D.R.

En dépit de contrariétés (élections présidentielles, guerre en Ukraine, contexte d’inflation forte, hausse des taux d’emprunt, etc.) qui auraient pu gripper la dynamique de marché, le réseau Sotheby’s International Realty France - Monaco a finalisé, entre janvier et fin août de cette année, plus de 600 ventes, à un prix moyen de 1,53 million d’euros.

C’est une volumétrie proche de celle de 2021 à pareille époque, qui avait été marquée par 660 ventes, à un prix moyen de 1,37 million d’euros.

« Sur les huit premiers mois de l’année, la dynamique de marché est toujours présente, commente Alexander Kraft, PDG de Sotheby’s International Realty France - Monaco. Les biens de qualité se vendent facilement et les acquéreurs sont prêts à mettre le prix pour des logements d’exception tant que le prix affiché est juste. »

Ce dernier ajoute : « Nous avons plus de 200 millions d’euros de transactions dans les tuyaux (sous promesse et/ou sous compromis), qui devraient se concrétiser d’ici la fin de l’année. Il est donc possible que nous nous approchions de nos résultats des années 2020 et 2021, qui étaient des années records pour le secteur.  »

Plafonnement de l’activité

Toutefois, le réseau observe, depuis cet été, un plafonnement de l’activité « qui semble indiquer une normalisation du marché immobilier de prestige à venir, commente Alexander Kraft. Plafonnement dû notamment à « un certain ralentissement de l’activité des acheteurs français », reprend le PDG de l’enseigne, mais heureusement « partiellement compensé par le retour des acquéreurs étrangers », et notamment de l’Europe de l’Ouest : Allemands, Suisses et Scandinaves.

« Nous remarquons également un retour en force des acheteurs américains, dont le pouvoir d’achat s’est accru en France du fait de la remontée du dollar. Ils profitent aussi de l’opportunité de voyager sans restriction pour la première fois depuis trois ans et réalisent enfin leur projet d’achat de résidence secondaires à l’étranger, qu’ils ont reporté pendant toute la période Covid », analyse Alexander Kraft.

La acquéreurs du Moyen-Orient ne sont également pas en reste, et demeurent « toujours autant attirés par le marché hexagonal, souhaitant transformer leur fond dollar en investissement dans la pierre française », commente le réseau.

Du côté de la clientèle étrangère absente, le réseau de citer les acheteurs asiatiques, à cause du Covid ; et ceux de d’Europe de l’Est, « phénomène sans doute lié à la guerre en Ukraine. »

Paris, un marché toujours actif

Par secteur géographique, Paris s’est révélé sur les huit premiers mois de 2022, « un marché très actif, commente Alexander Kraft. « Nos huit agences parisiennes (3e, 6e, 7e, 8e, 9e, 16e, 17earrondissements) ont bien fonctionné. Elles ont réalisé de très belles ventes, avec des budgets élevés. Dans l’ensemble, un bien affiché au bon prix part facilement. ».

S’agissant des perspectives, et dans un contexte où les acquéreurs français prennent désormais plus de temps pour finaliser leurs transactions - « Les négociations entre acheteurs et vendeurs deviennent plus longues que lors des années précédentes », remarque Alexander Kraft - « il faut s’attendre à un plafonnement de l’activité pour les mois qui viennent », soit « un indicateur d’une normalisation du marché après deux ans d’euphorie et de records. »

Transférer cet article à un(e) ami(e)