3 axes pour différencier et booster une agence immobilière


Le mercredi 29 mai 2019 | Publi-reportage - Sites pour les professionnels
3 axes pour différencier et booster une agence immobilière - D.R.
Nous observons à l’heure actuelle une action des pouvoirs publics et des collectivités locales pour redynamiser les centres-villes désertifiés. L’indicateur CessionPME, outil statistique sur l’évolution du marché professionnel, amène au constat suivant : 3 axes clés intéressent de plus en plus les agences immobilières du résidentiel. Le point avec Pascal Lambotin, directeur de CessionPME, n° 1 français de la cession d’entreprises, commerces et locaux professionnels

 

1. Les locaux professionnels

« Il y a encore quelques années, existait une véritable segmentation entre l’immobilier résidentiel et l’immobilier professionnel. Les agences immobilières captaient de temps en temps par opportunité des mandats de biens professionnels qui provenaient de propriétaires vendant à la fois leur bien résidentiel et professionnel », observe Pascal Lambotin.

Compte-tenu des stocks très importants de locaux vides dans les centres-villes, il est devenu habituel de réaffecter des biens professionnels en biens d’habitation, ou inversement des biens résidentiels en bureaux destinés aux professions libérales et autres. Un grand nombre de professionnels de l’immobilier résidentiel ont pris conscience de l’intérêt d’adjoindre vente et location de locaux professionnels à leur activité. « 100 % des propriétaires de biens professionnels sont par ailleurs propriétaires ou locataires de biens résidentiels », précise le directeur de CessionPME. Et d’ajouter : « Cette stratégie a eu pour effet de mettre en avant leur expertise sur les différents segments de l’immobilier, d’améliorer la prise de mandats tant sur le résidentiel que sur le professionnel et devenir par ailleurs des interlocuteurs privilégiés des instances économiques locales », ajoute-t-il. 

2. L’immobilier de rapport

Il n’est pas rare de constater que les agences immobilières disposent dans leur portefeuille de biens à rendements locatifs, immeubles avec des locataires, locaux professionnels loués.  Ces biens sont généralement mal valorisés sur le net. « Pourtant, l’analyse de la demande de l’indicateur montre un attrait grandissant des investisseurs pour ces produits », observe Pascal Lambotin. 

3. Les gîtes et chambres d’hôtes

Selon les régions, certaines agences immobilières disposent en portefeuille de gites et de chambres d’hôtes en exploitation. « Ces biens étaient jusqu’ici proposés à la vente sur une approche exclusivement résidentielle, or ces produits génèrent une activité commerciale les rendant éligibles au secteur professionnel. C’est la raison pour laquelle, CessionPME a dédié une rubrique spécifique », souligne-t-il.

« Au final, pour une agence immobilière du résidentiel, intégrer ces 3 axes à son activité offre l’avantage d’accroître sa notoriété au niveau du grand public et des instances économiques, de faciliter les rentrées de mandats tant sur le résidentiel que sur le professionnel, d’augmenter son chiffre d’affaires et surtout sa rentabilité sachant que les honoraires de l’immobilier professionnel sont supérieurs à ceux du résidentiel », conclut Pascal Lambotin.

Transférer cet article à un ami