Top départ du premier Observatoire des Prix Immobiliers


Par Stéphanie Marpinard | le lundi 13 octobre 2014 | Sites pour les professionnels
Top départ du premier Observatoire des Prix Immobiliers

Cinq ans après sa création, l’Association les Prix Immobiliers, qui rassemblent huit acteurs de poids du secteur, ouvre son Observatoire des Prix et lance son baromètre mensuel. L’objectif ? Proposer une photographie représentative du marché grâce à l’étude de 1,7 millions de références, soit plus de 40 % des données du marché. Focus sur ce nouvel outil.

L’aventure ne date pas d’hier… C’est, en effet, en 2009, que huit acteurs de référence sur le marché immobilier – Cimm Immobilier, Crédit Foncier, Crédit Logement, Crédit Mutuel, Gécina, SeLoger.com, le SNPI et Sogeprom - ont décidé de se regrouper et de fonder une association baptisée LPI, pour Les Prix Immobiliers. "Nous avons mis du temps pour élaborer cet observatoire car nous souhaitions disposer d’un outil qui soit scientifiquement crédible", rappelle Alain Duffoux, président du Syndicat national des professionnels de l’immobilier (SNPI) et porte-parole de l’association.

Des données fraîches

Alimentée chaque semaine par 4 434 agences immobilières, la base compte aujourd’hui 1,7 millions de références, soit plus de 40 % des données du marché. "Grâce à cet Observatoire, il y aura une fraîcheur des données qui n’existait pas jusqu’à présent sur le marché puisque celui-ci permettra d’obtenir pratiquement en temps réel les informations concernant les signatures, les mandats de vente, les compromis, les promesses et les actes définitifs", précise le porte-parole de l’association. L’Observatoire couvre l’ensemble des marchés immobiliers – neufs, anciens, professionnels comme particuliers – permettant ainsi de disposer de données représentatives. "Chaque donnée intégrée à la base est soumise préalablement à un test de fiabilité et de cohérence", souligne Michel Mouillart, professeur d’économie à l’Université Paris Ouest et membre de l’association LPI. Outre sa fraîcheur, la base se démarque également par la richesse de ses indications. Chaque référence de bien est, en effet, complétée de neuf types d’informations, tels que la localisation, le type de logement, son usage, son descriptif, l’époque de construction, la qualité énergétique, sans oublier les informations des différentes étapes de la transaction.

Un baromètre mensuel

Outre cet Observatoire, un baromètre mensuel développé en partenariat avec SeLoger sera diffusé le 25 de chaque mois. "Si la photographie représentative du marché immobilier permet une analyse structurelle sur une année, le baromètre mensuel offre, quant à lui, une analyse conjoncturelle", met en avant le professeur d’économie. Celui-ci permettra, en effet, de suivre chaque mois et de manière détaillée l’évolution du marché dans seize agglomérations françaises de plus de 150 000 habitants, mais aussi au niveau national, dans le neuf et l’ancien, pour les maisons, comme pour les appartements. Afin de comprendre les mouvements de fonds et d’anticiper au mieux certaines tendances, il décline également les prix signés et affichés.

Des résultats inattendus

La première édition du baromètre LPI-SeLoger qui se base sur les données du mois d’août 2014 révèle ainsi un retour à la hausse des prix de l’immobilier ancien en France (+ 2,2 % sur trois mois). Autre constat pour le moins étonnant : les prix moyens affichés sont inférieurs aux prix signés. Si les maisons en France ont ainsi un prix moyen affiché de 3 046 euros du mètre carré et de 3 548 euros pour les appartements, les prix signés s’établissent, quant à eux, respectivement à 3 096 et à 3 556 euros du mètre carré. "Cette tendance signifie que les prix sont en train de repartir à la hausse, mais que les vendeurs ne l’ont pas encore anticipé", conclut Michel Mouillart.

 

Transférer cet article à un ami