Acheter-Louer poursuit sa mue en misant sur des partenariats de qualité


Par Gaëlle Fillion | le mercredi 18 juin 2014 | Sites pour les professionnels
Acheter-Louer poursuit sa mue en misant sur des partenariats de qualité

 

Revigoré par le rachat de ses dettes début 2013, le site d’annonces immobilières fait preuve aujourd’hui d'un réel dynamisme avec à une efficace stratégie de repositionnement et une approche partenariale bien sentie. En parallèle, son activité d’éditeur d’outils web pour les agences continue elle-aussi de progresser… un marché dynamique sur lequel, l’air de rien, Acheter-Louer fait figure d’éclaireur. 

Aujourd’hui, le site héberge 730 000 annonces immobilières contre 200 000 il y a un an. Cette spectaculaire progression est notamment la conséquence de plusieurs partenariats avec des têtes de réseaux comme Laforêt ou Orpi. "Nous devrions atteindre le million d’annonces d’ici la fin de l’année", projette Fabrice Rosset, son PDG.

Un deal avec Liberation.fr

Au-delà du développement du volume d’annonces, le site prend également à bras le corps le chantier de l’audience. Un moteur de recherche Acheter-Louer a par exemple été intégré en décembre dernier sur la homepage de Liberation.fr. Une initiative qui a vraisemblablement porté ses fruits puisque le partenariat devrait prochainement s’élargir dans le cadre d’une rubrique dédiée à l’immobilier, qu’Acheter-Louer alimentera en annonces. "Se battre sur des mots clés pour être bien positionné est un puits sans fond. Nous préférons diffuser nos annonces sur des sites partenaires qui font déjà de l’audience pour apporter des contacts qualitatifs à nos clients", explique Fabrice Rosset. Des collaborations similaires avec des acteurs issus d’autres secteurs seraient en projet. Le site revendique 500 000 visites par mois. "3 millions si on intègre Libé, et plus encore à l’avenir avec nos prochains partenariats", se réjouit le dirigeant.

Pionnier sur le terrain de la puce NFC

60 % du chiffre d’affaires d’Acheter-Louer provient de son activité d’éditeur avec la réalisation entre autres de sites mobiles, d'applications, de pages Facebook, d'emailing etc. Un nouveau produit étonnant est récemment venu compléter son offre. Grâce à une petite puce installée sur la devanture d’une agence, les passants qui restent plusieurs secondes devant la vitrine – et manifestent donc a priori un intérêt pour les annonces affichées - reçoivent automatiquement sur leur smartphone un lien qui leur propose de découvrir tous les biens en portefeuille. Et ce, sans avoir préalablement installé quelconque application.  "Seuls 30 à 40 % des smartphones sont compatibles aujourd’hui", reconnaît Fabrice Rosset. Si cette technologie n’est manifestement pas encore tout à fait mûre, elle offre toutefois d’intéressantes perspectives à terme pour capter les futurs acquéreurs in real life. 

 

Transférer cet article à un ami