Vidéo : le salon RENT en pleine ébullition !


Par Aurélie Tachot et Mélanie Favreau | le vendredi 05 octobre 2018 | Réseaux - Franchise

Les visiteurs en ont pris plein les yeux et les exposants sont ravis des contacts qu’ils ont initiés. Autant dire que la 6e édition du salon RENT, qui s’est déroulée cette semaine au sein de la Grande Halle de la Villette à Paris, a largement tenu ses promesses. Le cru 2018 a accueilli plus de 5000 visiteurs, curieux d’appréhender les impacts de l’intelligence artificielle, la réalité augmentée et la blockchain sur le secteur de l’immobilier.

A quoi ressemblera l’immobilier de demain ? En se rendant au salon RENT, qui s’est tenu ce mercredi et jeudi, les professionnels de l’immobilier ont pu avoir un début de réponse. A en croire les innovations développées par les 250 exposants présents, le marché de l’immobilier va continuer à se digitaliser à vitesse grand V. La dématérialisation, notamment représentée par les sociétés HomePad, MeilleureVisite et Preventimmo, gagne du terrain : elle touche désormais tout le processus locatif : signature du bail, gestion des sinistres… La start-up WeProov, qui dématérialise l’état des lieux via une application mobile incarne cette accélération. La jeune pousse a convaincu le jury de la FF2i, à l’occasion du concours de start-up : elle a remporté le Trophée de l’innovation. Comme les années précédentes, la visite en 3D a été fortement représentée : « elle gagne en qualité et devient plus immersive », souligne Hervé Parent, organisateur du salon. Elle est désormais mieux intégrée au sein des portails d’annonces. Bien’Ici illustre cette tendance : il vient de signer un partenariat avec enVisite, qui développe un outil de visite guidée à distance. La visite immersive a donc de beaux jours devant elle, d’autant plus que la réalité augmentée, sur laquelle les éditeurs à l’image d’HomeByMe commencent à se positionner, devrait offrir une expérience utilisateur encore plus intéressante ces prochaines années.

La blockchain : un sujet abstrait qui questionne !

L’intelligence artificielle, qui était jusqu’ici un concept abstrait pour les professionnels de l’immobilier, voit enfin des mises en application concrètes. Grâce à l’IA, la société Deep Flow Realty rédige par exemple, pour le compte des agents, des annonces immobilières qui prennent en compte les enjeux de référencement sur Internet. SeLoger exploite, lui aussi, cette forme d’intelligence avec Chloé, une application vocale disponible sur Google Chrome « qui permet aux futurs acquéreurs d’initier des recherches de biens uniquement via la voix », indique Bertrand Gstalder, président de SeLoger. Encore confidentielle sur le marché de l’immobilier, la blockchain commence à faire parler d’elle. Cette année, cette technologie de stockage et de transmission de l’information, qui promet de sécuriser et d’accélérer tous les processus de transactions et de contractualisations, a fait l’objet de plusieurs conférences. Reste que les ambassadeurs de la blockchain, née avec le Bitcoin, se comptent encore sur les doigts d’une main. MyNotary fait partie de ceux-là : la start-up dépose déjà les documents liés à une vente tels que le mandat, l’offre d’achat, sur la blockchain. C’est également le cas de Syment, qui vient d’organiser la première assemblée générale de copropriétaires sur la blockchain. Et ce n’est que le début…

Transférer cet article à un ami