Le SNPI prend 15 % du capital d'Apimo


Par Gaëlle Fillion | le mercredi 18 mai 2016 | Logiciels de transactions
Le SNPI prend 15 % du capital d'Apimo

Le syndicat annonçait la semaine dernière le lancement de SNPI Access : un logiciel de transaction basé sur la technologie Apimo, que le syndicat met gratuitement à la disposition de ses adhérents.  Un petit pavé dans la mare qui fait d’autant plus de vagues que le SNPI figure en réalité parmi les actionnaires de la société Apiwork, qui édite Apimo.

Prise de participation minoritaire

Depuis le début du mois de mai, les agences immobilières adhérentes SNPI bénéficient d’un accès gratuit à une version de base du logiciel Apimo, sous la marque « SNPI Access ». On parle de modèle freemium, puisque une série d’options payantes est également proposée pour ceux qui souhaitent monter en gamme (Bénéficier de plusieurs comptes utilisateurs, par exemple). Objectif affiché : aider les professionnels de l’immobilier à prendre le virage digital, équiper les agences qui n’ont pas encore de logiciel, etc. Alors que le SNPI affirme ne pas être revendeur de la solution de transaction qui porte son nom, elle est en revanche actionnaire, depuis décembre dernier, de l’entreprise qui l’opère en marque blanche. « Le SNPI n’a pas la minorité de blocage » plaide Nicolas Guillaud de Saint-Férréol, fondateur et actionnaire majoritaire d’Apiwork.

SNPI et FNAIM : même combat ?

"Il y a un acteur de plus sur le marché ; nous regardons donc cette actualité avec intérêt et recul. Car la situation n’est pas nouvelle : la FNAIM essaie de percer le marché avec un logiciel syndical depuis longtemps. Cela n'a jamais été couronné de succès. Les agences préfèrent confier leurs données à un tiers de confiance" analyse Charles Cabillic, Président d’ac3, qui édite Immo-Facile, un des logiciels qui équipe aujourd’hui le plus d’agences en France – et notamment de nombreuses franchises.  Après avoir commercialisé un logiciel « maison » (Goventis) pendant de longues années, la FNAIM a racheté en 2014 la solution de transaction ElephantBird par le biais d’une prise de participation majoritaire. La solution est depuis commercialisée par la Fédération sous la marque Fnaim Connect. Autrement dit, si l’approche commerciale et capitalistique est différente, la démarche stratégique du SNPI reste toutefois relativement similaire à celle de son concurrent historique. Commercialiser – directement ou indirectement – un logiciel –freemium ou non-  est non seulement un complément de revenus pour ces acteurs syndicaux, mais également un levier de communication supplémentaire avec leurs adhérents. Et peut-être aussi une manière de recueillir des données «  à la source ».

Quand la gratuité fait débat

"Le terme « gratuit » me dérange car il fait du tort aux éditeurs. Les agences immobilières ont besoin de syndicats pour fédérer la profession, pas pour la diviser. La FNAIM et le SNPI continueront d’avoir besoin des éditeurs indépendants car un grand nombre de leurs adhérents utilisent des logiciels qui leur sont imposés – et les passerelles devront continuer à fonctionner" constate pour sa part Cyrille Tanchon, Président d’Agence Plus. Un avis que partage ac3 : "Ce qui est gratuit n’a pas de valeur. Or, sur un marché hyper compétitif  comme l’immobilier, c’est la finesse fonctionnelle des outils qui aide les professionnels à développer leur business. Une version d’appel gratuite ne peut convenir qu’à une frange minime des agences immobilières" conclut Charles Cabillic.

Transférer cet article à un ami