Congrès FNAIM : "Nous allons moderniser la loi Hoguet pour l’adapter aux nouveaux modèles économiques", Sylvia Pinel


Par Aurélie Tachot | le vendredi 18 décembre 2015 | Sites pour les professionnels

Cette année encore, le Congrès immobilier de la FNAIM a fait carton plein. Parmi les temps forts de cette 69e édition, qui a réuni, en début de semaine, plus de 3000 professionnels de l’immobilier : le discours de la Ministre du logement Sylvia Pinel, qui a annoncé un projet de loi visant à réformer la loi Hoguet. Une nouvelle réforme qui pourrait de nouveau faire grincer les dents des agents immobiliers…

Sylvia Pinel voulait rassurer les professionnels de l’immobilier… C’est finalement l’inverse qui s’est produit ! Au cours d’un discours tenu dans le cadre de la 69e édition du Congrès de la FNAIM, qui a réuni plus de 3000 visiteurs et 80 exposants, la Ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité a annoncé que l’intention du gouvernement était de "moderniser la loi Hoguet pour l’adapter aux nouveaux modèles économiques". Une phrase qui a suscité beaucoup de réactions de la part de la profession immobilière, réunie au Palais des Congrès de Paris. Et pour cause : en se penchant, avant la fin du mandat de François Hollande, sur cette loi de 1970, qui régit les métiers de la transaction immobilière et de la gestion locative, "le gouvernement pourrait se pencher sur le montant des honoraires perçus par les agents immobiliers", craint Jean-François Buet, président de la FNAIM.


Ce projet de loi, qui devrait également être porté par Emmanuel Macron, se traduira-t-il par un plafonnement des honoraires ? C’est la piste le plus probable, récemment empruntée par le gouvernement avec les notaires. Des précisions sont attendues dès janvier prochain, date à partir de laquelle les discussions avec la profession commenceront. Un chantier attaqué extrêmement vite "alors que de nombreux décrets suite à la Loi Alur sont encore attendus", estime Jean-François Buet, qui encourage les professionnels à "continuer de démêler les fils de la complexité réglementaire".

La mutation digitale s'accélère

En plus d’une "avalanche de réglementations", la profession doit faire face à une révolution digitale. "Nous n’échapperons pas au TripAdvisor de l’immobilier", a indiqué Jean-François Buet, pour illustrer la transformation numérique qui est en marche. Une tendance que la profession embrasse déjà. Lors du Congrès, la FNAIM a annoncé avoir signé un partenariat avec l’organisme de contrôle d’avis Opinion System. Celui-ci va aboutir sur le lancement d’un outil permettant aux clients d’évaluer, selon cinq critères, leur satisfaction vis-à-vis du professionnel qu’ils ont rencontré. Un questionnaire gratuit réservé aux membres de la FNAIM qui sera, dans un premier temps, réservé à l’usage interne. Un abonnement premium permettra ensuite aux professionnels de publier, sur le site de leur agence, les avis qu’ils auront reçus.

Le Congrès immobilier a enfin été marqué par la présentation officielle du portail de petites annonces de la profession : Bien’Ici. Une initiative à laquelle encore plus de professionnels vont bientôt pouvoir prendre part. "Nous lancerons, au premier trimestre, une opération de crowdfunding qui va permettre à plus d'agents immobiliers de devenir actionnaires du portail", a annoncé Jean-François Buet. Ces initiatives permettront-elles à la profession de sortir définitivement de la crise ? La route semble encore longue : 730 000 transactions ont été enregistrées en 2015, en augmentation de seulement 5% par rapport au chiffre, faible, de 2014... 

Transférer cet article à un ami