Les Français ne croient plus dans la baisse des prix immobiliers


Par Aurélie Tachot | le jeudi 24 octobre 2013 | Sites pour les professionnels
Les Français ne croient plus dans la baisse des prix immobiliers

Les futurs acquéreurs n’envisagent plus de baisse franche des prix dans les six prochains mois. Un changement de perception qui entraîne un regain de confiance dans la concrétisation de leur projet, d’après la 11e vague de l’Observatoire du moral immobilier de Logic-Immo.

Ils y croyaient pourtant dur comme fer il y a encore six mois… D’après une étude menée en septembre 2013 par le site d’annonces Logic-Immo.com et TNS Sofres auprès d’un échantillon de 1454 personnes, seuls 36 % des potentiels acquéreurs anticipent un recul des prix ces prochains moins, contre 59 % en avril dernier. Environ 53 % des Français ayant un projet d’achat s’attendent plutôt à une stabilité des prix tandis que 11 % prévoient même une hausse. Parmi les français les moins résignés, 45 % n’attendent pas de baisse supérieure à 5 %, contre 39 % en avril.

Des acquéreurs prêts à passer à l’acte

En tirant un trait sur la perspective d’un décrochage des prix immobiliers, les acquéreurs potentiels semblent paradoxalement avoir retrouvé le moral. "Dans ce contexte, les acheteurs se montrent plus confiants dans la concrétisation de leur projet à court terme. Ils ne se sentent plus bridés par la crainte de passer à côté d’une baisse des prix, même si le niveau de ces derniers reste une préoccupation majeure dans la réalisation de leur projet", confirme Stéphanie Pécault, responsable des études au sein de Logic-Immo. Même s’ils sont moins catégoriques qu’en début d’année, 59 % des acquéreurs estiment encore que la période est propice à l’achat. "En dépit de la remontée des taux, les conditions de crédit continuent à jouer un rôle de levier", précise-t-elle. Le contexte économique leur semble également moins sinistré qu’en début d’année : 43 % envisagent une stabilisation voire une embellie de leur environnement financier.

Les agents immobiliers sollicités

La perspective d’une stabilité des prix est rassurante pour les acquéreurs qui revendent un appartement ou une maison en parallèle : leur part a progressé de 23 % à 28 % entre avril et septembre 2013, souligne l’Observatoire. "Ce profil d’acheteur-revendeur est âgé de plus de 50 ans, cherche majoritairement à acheter une maison pour y faire sa résidence principale et souhaite consacrer une enveloppe de prix comprise entre 200 000 et 300 000 euros", explique Stéphanie Pécault. Ces acquéreurs, qui ne craignent plus d’être amenés à déprécier leur bien, s’appuient majoritairement sur les estimations des professionnels de l’immobilier (66%) puis sur le prix des biens similaires sur le marché (57 %) pour fixer leur prix de vente.

Transférer cet article à un ami