Bien'Ici : les réactions incisives des portails d'annonces


Par Aurélie Tachot | le vendredi 08 janvier 2016 | Sites pour les professionnels
Bien'Ici : les réactions incisives des portails d'annonces

Un mois après son lancement, le portail Bien’Ici continue de susciter de vives réactions, notamment de la part de ses concurrents, qui voient marcher, sur leurs plates bandes, un nouvel acteur de taille. Tour d’horizon des critiques positives, et surtout négatives, qu’ils formulent à l’encontre du nouveau portail d’annonces de la profession immobilière.

La démarche de la profession

La convergence des syndicats, des réseaux immobiliers et des promoteurs vers un portail commun de petites annonces est majoritairement saluée par les acteurs en place. "Sur le fond, c’est très positif, concède Roland Tripard, président du directoire de SeLoger.com. Comme les autres, cette initiative va faire bouger les lignes d’un marché emprunt de conservatisme." En partageant les mêmes combats sur la géolocalisation des biens, le descriptif des annonces et la qualité des photos, "ce nouvel acteur va œuvrer dans notre sens", ajoute-t-il. Seul le message véhiculé par Bien’Ici lors de son lancement est contesté. Cyril Janin, directeur général de Logic-Immo.com, regrette notamment un positionnement "grognon", qui a consisté à dire "qu’il n’y avait que des méchants sur le marché des portails."

L’actionnariat du portail

Tous les acteurs interrogés émettent des réserves quant à l’actionnariat de Bien’Ici. "J'ai été surpris par le choix de l’appel d’offres, qui s’est porté sur une filiale de Nexity, qui est la maison mère des réseaux Century 21 et Guy Hoquet. Je m'attendais à la sélection d'un acteur plus neutre. Les intérêts des agents immobiliers indépendants seront-ils respectés dans un groupe concurrent valorisé à 2 milliards d’euros ?", s'interroge Benoît Galy, fondateur de Green-Acres. Une circonspection partagée par Cyril Janin. "Le grand gagnant de cette histoire, c’est Nexity qui détiendrait, avec F4Maps, 49 % des parts. Ce montage laisserait aux fédérations et aux réseaux des parts très faibles et aboutirait donc sur un équilibre fragile. Le projet, qui se voulait œcuménique, ne le serait donc pas", décrypte-t-il. 

Les fonctionnalités de recherche

"Le rendu graphique du portail, notamment de la cartographie, est très impressionnant", concède Benoît Galy. Seul hic : le site s’appuie sur une technologie 3D "qui a le mérite d’être audacieuse mais qui soulève la question du référencement dans Google", explique le PDG, qui rappelle que c’est actuellement LeBonCoin.fr, peu connu pour ses qualités esthétiques, qui enregistre la meilleure audience. Quant aux fonctionnalités de géolocalisation, elles le laissent perplexe. "Elle met naturellement les programmes neufs à l'honneur, et c'est normal venant d'un site initialement conçu pour Nexity. Mais nous savons par expérience que, dans l’ancien, les professionnels sont rarement prêts à renseigner avec précision les adresses de leurs mandats quand ils n'ont pas l'exclusivité. Reste donc à savoir comment cette contrainte sera intégrée au site sans le dénaturer", indique-t-il.

Le volume d’annonces et le trafic

A court terme, Bien’Ici espère dénombrer 1,3 million d’annonces de biens et afficher "la plus grande volumétrie en France", expliquait, en décembre, Brice Cardi, P-DG de L’Adresse. Un argument balayé par Stéphane Scarella, directeur d’Explorimmo, l’un des portails finalistes de l’appel d’offres, qui rappelle "qu’empiler les annonces n’a jamais conduit au rendement." Pour Cyril Janin, ce volume d’annonces est surprenant, "dans la mesure où le portail ne diffuse pas les offres des mandataires, qui pèsent entre 15 et 20 % du marché." Au-delà de ce chiffre, il prévoit que "le nombre de contacts par agent sera très faible tant que l’audience de Bien’Ici ne décollera pas." Or, le consortium du portail n’envisage pas de lancer de campagne de communication pour se faire connaître, alors même que "sur Google, une requête immobilière sur deux porte sur la marque", rappelle-t-il. 

Les tarifs des abonnements

Pour diffuser leurs annonces sur Bien’Ici, les agents immobiliers devront débourser, à partir du mois de juin, entre 70 et 150 euros par mois. "Des tarifs qui sont proches de ceux d’Explorimmo", glisse Stéphane Scarella, mais qui "ne veulent pas dire grand chose tant que l’audience du site n’est pas connue", enchaîne Benoît Galy. Et ce n’est pas Roland Tripard qui va dire le contraire. "Diffuser une publicité sur TF1 et sur NT1, ça n’a pas le même prix, illustre-t-il. SeLoger.com, c’est 25 millions de visites par mois et 120 millions d’alertes mail mensuelles. Les tarifs sont calculés en fonction de l’efficacité." La grille tarifaire de Bien’Ici fait également tiquer Cyril Janin. "Ces tarifs prouvent qu’il n’y a pas de modèle économique derrière le portail et qu’il ne pourra pas se développer avec efficacité", conclut-il.

Transférer cet article à un ami