Les français attendent une baisse des prix immobiliers


Par Aurélie Tachot | le lundi 01 juillet 2013 | Sites pour les professionnels
Les français attendent une baisse des prix immobiliers

En dépit des taux de crédit historiquement bas, les acquéreurs potentiels désertent le marché immobilier. Inquiets de la dégradation de leur niveau de vie, ils préfèrent attendre que les prix des biens diminuent, d’après la 10e vague de l’Observatoire du moral immobilier de Logic-Immo.

Les acheteurs potentiels sont-ils en voie de disparition ? C’est ce que sous-entend une enquête trimestrielle menée par Logic-Immo en partenariat avec TNS Sofres. "En deux ans, le nombre de candidats à l’accession à la propriété est passé de 3,5 à 2,5 millions en France", annonce Stéphanie Pécault, responsable des études au sein de Logic-Immo. Le nombre de vendeurs est, quant à lui, resté stable, "ce qui laisse présager que leur marge de manœuvre pourrait continuer à s’éroder dans les mois à venir, d’autant plus si les taux d’intérêts, principal levier du marché, étaient amenés à remonter dans les mois à venir."

De la prudence !

La 10e vague de l’Observatoire du moral immobilier met en lumière un paradoxe : les français souhaitent investir dans la pierre mais sont de moins en moins nombreux à franchir le pas. Parmi les facteurs qui freinent leur projet d’acquisition, les sondés répondent les prix trop élevés du marché (70 %), l’absence de produits qui correspondent à leurs attentes (61 %), des difficultés à vendre leurs biens avant d’en acheter un autre (20 %)… Environ 65 % des sondés estiment pourtant que les conditions pour acquérir un bien sont réunies, contre seulement 36 % en 2012. La chute des taux de crédit pèse, sans surprise, dans la balance et enthousiasme 76 % des candidats à l’accession. Soit deux fois plus qu’en 2011. Mais la conjoncture économique, peu engageante, reste bien ancrée dans les esprits. 66 % des répondants ne ressentent pas d’amélioration de leur situation financière et, pire, 68 % craignent une dégradation de leur niveau de vie dans les mois à venir. "Ce comportement, en partie dicté par la situation de l’emploi freine le passage à l’acte, invite les acquéreurs à la prudence et les incite à faire plus de calculs", explique Stéphanie Pécault.

Une correction des prix espérée

D’après l’Observatoire du moral immobilier, 58 % des français attendent une décote des prix ces six prochains mois, contre 48 % en 2012 et seulement 17 % en 2011. "En achetant maintenant, les acquéreurs craignent de passer à côté d’une baisse des prix. Ils ne veulent pas renoncer à un éventuel manque à gagner", décrypte Stéphanie Pécault. Et sur ce point, les sondés ont beaucoup d’attentes : ils sont 77 % à penser que la baisse des prix ira jusqu’à 10 %. Près d’un répondant sur cinq espère même une diminution de plus de 10 %. Reste que si la conjoncture influence le comportement des acquéreurs, elle n’entame pas leur moral : ils sont 55 % à se déclarer confiants quant à l’aboutissement de leur projet ces six prochains mois. Et pour cause : actuellement en position de force, les acheteurs sont conscients qu’ils peuvent jouer de leur pouvoir de négociation pour obtenir une correction des prix.

Transférer cet article à un ami