Avec ses offres de biens à moins de 150 000 €, Primaximmo séduit les agences immobilières


Le mercredi 04 novembre 2015 | Publi-reportage - Sites pour les professionnels
Avec ses offres de biens à moins de 150 000 €, Primaximmo séduit les agences immobilières

Prix maximum pour primo-accédants : c’est le cœur du concept de Primaximmo, un site d’annonces (maisons, appartements, terrains, parkings, commerces…) qui diffuse uniquement des biens dont le prix n’excède pas 150 000 euros. Un positionnement malin et prometteur, porté par un modèle freemium. Interview de ses co-fondateurs, Aristide Vaz et Frédéric Heude.

Où en êtes-vous depuis le lancement de Primaximmo fin 2014 ?

Le site rassemble désormais plus de 65 000 annonces et des milliers de visiteurs par jour. Notre audience augmente de jour en jour, notamment grâce à nos investissements en webmarketing sur des supports ciblés. C’est une belle victoire sachant que nous partions de zéro. Nous travaillons par ailleurs avec 300 annonceurs professionnels : des agences immobilières, des promoteurs et des études notariales. Primaximmo est également ouvert aux particuliers. Notre business model basé sur une offre freemium est resté le même depuis le lancement. Nos clients peuvent poster gratuitement leurs annonces à moins de 150 000 euros et opter s’ils le souhaitent pour des options de visibilité. Nous avons également une offre professionnelle à 49 euros TTC/ mois, qui permet aux agences de diffuser automatiquement leurs annonces de manière illimitée, grâce à des passerelles et sans engagement. Nous travaillons en partenariat avec la quasi-totalité des logiciels de multidiffusion. Nos clients qui souscrivent cette offre bénéficient en outre d’une boutique en ligne, avec leur logo et lien vers leur site, la mise en avant de leurs annonces et d’un accès à une « mandathèque ». Nous leur offrons aussi 30 euros de crédit pour « booster» leurs annonces.

Pourquoi avoir choisi la niche des biens à moins de 150 000 euros?

Car ce n’est pas une niche justement, mais un véritable segment de marché. Entre 40 et 50 % des transactions, hors Paris, concernent des biens dont le prix est inférieur ou égal à 150 000 euros. Ce marché est énorme. Nous nous positionnons comme un site non pas concurrent, mais complémentaire aux grands portails d’annonces, sur lesquels certaines agences n’ont souvent plus les moyens de communiquer systématiquement l’intégralité de leur portefeuille et donc donner voire redonner de la visibilité à des offres absentes ou peu présentes sur d’autres supports

Quels sont les prochains chantiers pour Primaximmo ?

Nous proposons jusqu’à la fin de l’année une offre d’essai aux professionnels, qui peuvent bénéficier gratuitement de la diffusion automatique illimitée de leurs annonces sur notre site, sans engagement. Objectifs : atteindre les 200 000 annonces rapidement et assoir notre notoriété en France. Par ailleurs, une nouvelle version du site est prévue l’an prochain, ainsi que le développement d’une application mobile pour géolocaliser les biens à moins de 150 000 euros autour de nous et un « chat online » à la manière des réseaux sociaux. Nous avons également des projets de développement international ; nous avons eu des demandes entrantes sur des offres d’investissement locatif à l’étranger – en Europe du sud et plus particulièrement au Portugal et en Espagne. Nous savons qu’il y a du potentiel. Après une levée de fonds d’amorçage l’an dernier, nous travaillons activement sur un deuxième tour de table. 

Transférer cet article à un ami